649 424
questions
1 388 804
réponses
1 419 024
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

J'ai un qi de 160 que puis je en conclure - Page 38

Question anonyme le 13/02/2011 à 15h42
Dernière réponse le 28/09/2017 à 01h13
[ ! ]
J'ai un qi de 160 et j'aimerais savoir qui suis je ,que puis je en conclure concrètement ?
Répondre
754 réponses pour « 
j'ai un qi de 160 que puis je en conclure
 »
Réponse anonyme
Le 20/09/2017 à 22h55
[ ! ]
Einstein était une véritable brute en math il n'y a jamais été un cancre ou avec un niveau peu élevé c'est entièrement faux et constitue une légende urbaine trop répandu à mon gout. voici une source entre autre: https://www.superprof.fr/blog/albert-einstein-et-les-mathematiques/
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 21/09/2017 à 03h48
[ ! ]
Remarque sur un point que que que la faire c’est pas avoir saisi le point. deux points : le premier une tache , brutale,, tu sors du milieu toi ? avec des gants de boxon sur la reconnaissance à l’auspice iréalisée.. le second de la nature matérielle, la logique L’est, la musique a ses ondes pour chacun qui s’y promène, tout surdoué est bon en l’amateur, qu’est ce que calcule l’amateurisme ? rien qu’avec seulement la bonne note. classif, canic, ô dieu dis moi que je suis bon, non dis donc, à ce qu’il y a des tendances dans une rigueur accordée, mais t’as oublié la sixième partie de bobby fisher !!! qu’à s’y bosse s’y cogne avant l’imprévisible de pas se mordre dans le gruyère fondant, qui plus est souriant, automédication.. deux parties du mots à inverser, et la révélation sera qu’Astone savait additionner les tons et les mesures quand il avait besoin de 1+1 au détour d’ un 2+2 amical ? du fondamental,, le 3+3 est venu plus tard
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 22/09/2017 à 12h10
[ ! ]
Ah les mathématiques!!! Génialement génial que le boss démâte... Aussi tout se ramène à ça: Que du chiffre et ça explique tout. Pythagoricien, va que je t’emmêle les pinceaux avec la rhétorique de la raison pure en la confondant avec sa critique. Que la logique pour elle même et "t'as vus? Je te le prouves" et que "c'est donc juste!" Oh le nombre de discours prononcés en ce monde depuis que l'homme se joue de la parole pour affirmer son pouvoir de sainte thèse. Mais me direz vous que sans le balbutiement d'une approximation empirique, la science n'aurait fait aucun progrés... Et on se demande encore s'il est possible de tracer un cercle sans avoir de compas! Moi si j'avais un marteau, talala, talala... Mes frères et mes sœurs... Ce serait le bonheur Bien besoin de valoriser le professorat en ce début de nouveau siècle. "Nous qui sommes nés et avons passé notre adolescence au milieu des terres nous nous sommes fait une idée de la mer à la seule vue d'un peu d'eau dans une petite coupe." Et c'est déjà de Saint Augustin 354/430 et donc 76 ans! Ce qui est un record lorsqu'on pense qu'à l'époque, seul les personnages les plus importants savaient la date de leur naissance... 76 ans et cela veut tout dire non ? (Que lorsqu'on enlève d'une moitié ce qu'on remet d'une autre nous obtenons un tout.) Probablement d'un cancer ou de sénilité s'il avait su ce que c'était, et bien il nous l'aurait dit lui même! "Ah je meure en ce jour comme un autre mais il faut encore que je laisse à vous autres la plus petite étincelle de vrai savoir: Que Dieu en ce jour m'a fait connaitre le nom d'une maladie qui probablement complète et achève ainsi mon destin..." Saint Augustin rendit alors sa plume à la main son dernier souffle. Tâche d'encre. Que de découvertes qui révolutionnèrent le monde lorsqu'on y pense! Tiens l'autre jour, observant mon pipi du matin ce mélangeant à l'eau froide au fond de la cuvette, j'observais une chose assez curieuse qui souleva ainsi toute mon attention. Selon l'endroit ou le jet était projeté, les bulles de la mousse en train de se faire n'était pas les même! Étonnante révélation que je retrouvais le soir même en regardant l'écume au dessus de ma casserole de nouille! Alchimie du savoir qui nous emmène dans ce monde si complexe qu'est la réalité dés lors qu'on l'observe... Étrange tout ceci; Oui vraiment bizarre (tiens j'ai dis bizarre et il serait idiot de ne pas le signaler!) Hors je savais pertinemment que j'avais bu une bière quelques heures avant et que la mousse de la bière se trouve à peu prés homogène. Que donc, le facteur bière ne peut rentrer en compte dans l'expérimentation pour la raison que sauf dans le cas ou je constate que l'eau du robinet ayant servi à faire cuire mes nouilles a la même particularité que la bière, il n'y a aucune incidence entre ceci et cela dans la mesure ou ,si ça se trouve, le bombardement photonique nique nique s'en allant par les chemins, était peut être une cause que je pouvais tout à fait prendre en compte pour la raison qu'elle manifeste souvent sa mesure dans une suite de nombres premiers dés que je souhaite la voir... Si, si je vous l'assure! Et donc Einstein n'était pas un monstre. Il l'affirma d'ailleurs toute sa vie avant d'en mourir un jour (d'une durée moyenne de vingt quatre heure à une vitesse moyenne compte tenu du fait que plus on va vite moins le temps passe): "Je ne suis pas un monstre." Disait il souvent lorsqu'on lui posait la question; "Monsieur Albert êtes vous oui ou non un monstre?" Il rajoutait encore avec malice: "Je suis hélas maintenant trop vieux pour vous le prouver; Mais un jour ou l'autre quelqu'un d'autre le fera." Eurêka! Tout ceci vient du protocole... Mais oui chers amis, c'est cela! Tout ceci vient du protocole qui d'ailleurs en anagramme se transforme en crotopole, proctoole, racine probablement issue d'une sémantique araméenne pré syntaxique, qui lorsqu'on la réduit au nombre de ses dénominateurs communs se trouve caractérisé par la voyelle O signifiant en ancien sanscrit l'énergie post pubère du potentiel de vie... Et tiens si tu veux je le démontre... J'ai trouvé des traces de tout cela dans le site Http.zigzag www Ctrl//azertiop/ABCD. Et s'il n'existe pas encore, un jour ou l'autre il le sera... (Suffit pour cela d'en émettre l'hypothèse!)
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 22/09/2017 à 23h47
[ ! ]
Concupiscence de la Chair. Augustin, s’en est allé en Août, à trois jours de la fin du mois. Retour à sa forme canonique ? « J’arrête pas de réfléchir aux morts aussi, comme dualité de ma vie. A l’amour comme dualité de pi. Au glamour comme dualité de prix. au contour comme dualité pour. » (Ringo) Mais en voici en voilà, une prothèse. « Toute l’impasse qui dit que c’est déchiffré, la disons déciphérante » Cela fait longtemps que j’ai pas serré la pince à Pythagore mais parlons-en pour en finir avec les mythes de cet aquabit. Pourquoi les problèmes ont des solutions ? Et qu’est ce qu’une vraie solution, redondante question sur ce forum irrésolue. Simplement parce qu’on impose les solutions plutôt que de se causer des problèmes, la causalité est primée sur l’induction silencieuse, ce qui sous-couvert d’un manque d’attention ne laisserait pas se révéler le problème de la solution en un milieu dont les deux Bon/Mauvais Flic s’alimentent sur un sur-protocole négligé sans interrogé critique, l’essence du réel. Le troisième oeil est primordial. Ceci n’est pas mathématiques. Non bien sûre que non. Non.. On aurait dit un langage, qui a, je suis d’accord une espèce de compression visuelle (dessins oh un anagramme anglais ! « des sins ») et auditive (comme tous) dans son sens. Cela n’en reste pas moins des mots. Cloisonnement de territoire à l’absurde des chemins de fer pour larguer les déchets au mérite (+1) partout. Donc en donnant du sens, à ce qu’on peut écrire , vient la thématique de chacun. Et si vous ne voulez pas comprendre cela, parlons de science : La science est un langage. Quel est son progrès ? a part l’inclusion ? Vous disiez il y a peu, l’intelligence s’en devrait de baleine à 6km excétéra… Peu importe ce sur quoi il faut se focaliser ici, c’est l’inclusion. Comprendre ce que dit l’autre, c’’est l’inclure dans notre propre construction (mutation protocolaire) de sens (ce n’est jamais autantiques). Et le progrès, il y en a un, se retrouve dans cette inclusion, la tache grandit et s’organise en son centre ou « milieu » de rosaces tracées aux cordes par la pression de « select » et de « start » par la cybernétique que l’on est en processus de la suivre et la faire. Un jeu nécessité des règles fixées que l’on utilise. Jouer revient à se « restreindre axiomatiquement » << site culturel populaire de - en - : htpt : // les 6v.bucheron sans hache. orgie >> Bref, être audible est fondamental, les surdoués doivent apprendre la parole. Savez pas pourquoi ? Parce que juste la prendre est trop usué de conspuer comme un chien battu me disait relevant le chapeau genre bob de ses yeux Saint Felix de Cantalice. Il ne s’agit alors d’être « branché » dans le débat mais de créer au travers du langage des nouveaux mots avec un sens commun résumant pour dire plus en espace de complexité moins en réduction déductive éliminante de Ha différent de Ha, théorie de l’information nous y revoilà. Exemple de type Ô (chiffre dont l’opposé est égale à l’inverse) : dénotons par £ la relation de provoquer un effondrement de chose notant par le mot Ø entre deux autres, le fait de se suivre temporellement appelons Y le fait de bruler un élastique avec un chalumeau imposons le moment où «  the winner » fait tomber sa coupe par X puis par Z tout observateur. Marchant dans la pénombre des échecs YØX£Z = XX ? (problème moral originelle ? le bien n’a presque plus de mystère sous cet angle évolutif, si ce n’est un : l’évolution biologique aboutit à la création de langage de plus en plus complexe, ne peut-on pas y voir comme une volonté universelle ?) Ø NR+ mais il manque £ de peine pour être entendu, allez me dire. Tiens, celui là est solliptique même si je trouve la notion personnellement réconfortante. Soit £ Ø = ¿ (naturel pour la solution attendue) L’autre jour, y en a un pendant le black jack il nous sort : « Mes chers compatriotes de macave, la logique ne s’apprend pas,  Stu Unger s’est fait virer dès qu’il à su compter : 3 ¿ 6 Z ! »
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 24/09/2017 à 09h34
[ ! ]
"La science est un langage. Quel est son progrès ? " Noyé dans la spécialisation, redondante dans ses explications en essais de vulgarisation, son opacité en est devenue total. Lieu commun d'un no man's land ou l’ânonnement du jargon en messe du dimanche (saint concept priez pour nous) exclue la parole simple et concise. On ne dit pas: "je ne comprend rien" de peur d'admettre qu'on est dans une ignorance quelconque mais on chantonne d'une manière désabusée: "il me semble à bien y réfléchir que la formulation de votre affirmation me pousse indubitablement à me poser la question de savoir si oui ou non nous pouvons être en mesure de comprendre véritablement la teneur réelle de l'énoncé du problème sous sa forme généralisatrice." Une manière de noyer le poisson rouge dans du verbiage qu'on aurait tout aussi bien pu résumé en un : "Quoi? Qu'est ce que tu dis?" L'usage du langage n'est pas de réfléchir à le comprendre mais de transmettre la pensée sous sa forme la plus exacte. Ce qui suppose non seulement d'avoir le maximum de vocabulaire apte à la communication "d'idées abstraites" mais encore la volonté de vouloir la faire comprendre en triant les mots, quitte à en faire autre chose qu'un tissus de banalités rationalisante du genre: "Il semble que selon le quota d'affirmation rétroactive confirmée dans cette communication impromptue, la somme de la globalité des informations subséquentes sont à mettre au nombre d'une théorie optant pour la réalité d'une entité du vide..." Bon cessons de rire un peu! Depuis maintenant plus de vingt ans s'oppose la pseudo découverte du haïku (dans ce qu'il semble être simple) à l'usage de la lettre de type rapport "scientifiste" et "journalistique". (Et d'ailleurs veuillez recevoir Madame, Monsieur, la certitude que les grattes papiers suffisants dans leurs analyses à la petite semaine de la flagornerie pompeuse, je ne les porte pas dans mon cœur... Ni même ailleurs!) Tout le monde va de son petit mot, fière de son savoir, étalant sa tartine de vérités comme une tarte à la crème. Performance... Qui n'a pas réfléchi de nos jours à au moins une chose fondamentale? Qui ne se targue d'être un tant soi peu philosophe, mathématicien, esthète ou même critique de quelque chose? Au point qu'on en arriverait à passer une soirée entière sur le bon fonctionnement des feux de signalisations extrapolant sur la probabilité qu'ils soient un élément essentiel de la structuration sociale! Summum du sophisme: La définition est devenue le sujet! Et preuve encore de cette nouvelle réalité Buzzante: Nous assistons même à "l'émergence d'un nouveau concept": La méta culture! Et là, parler pour ne rien dire, être pour ou contre afin d'éviter le vide le plus sérieusement du monde est devenue une "mode" d'intelligence, un mode intelligent... 0n ne dit pas: "Mélange les pâtes avec la cuillère en bois pour pas que ça colle au fond." On dit: "Dés que le point d’ébullition est atteint, tu dois savoir, lorsqu'on approche des cents degrés Celsius, tu places les "sponsatogelis" aux œufs frais qu'on a fait venir directement de Sicile par chronotrope sans empreinte carbone en téléchargement interractif en optimisant les probabilités de livraison, dés à présent possible grâce la fidélisation d'une clientèle directement gérées en 4g de com, tu les places dans une disposition capable d'enrober chacune d'elles d'une humidité apte à conduire la chaleur de façon homogène, et le tout sans éclaboussure!" Sincèrement au bout d'un petit moment ça devient particulièrement agaçant et on n'a qu'une envie c'est de gueuler justement "ta gueule et ferme là!" Non mais des fois! à force de parler pour ne rien dire, le temps qu'on comprenne ce qui est dit... Merdre! Café bouillu café foutu!
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 24/09/2017 à 09h57
[ ! ]
... "au nombre des théories optant pour la réalité d'une entité du vide..." Dieu que le monde est devenu chiant depuis que la moindre mouche qui pète nous en fait des discours! Et ça ne s'arrange pas avec internet depuis quelques temps! Qui n'est pas encore le nouveau messie de la révélation qui changera la rotation du soleil en une conspiration? Ah ça! Je plains profondément le pauvre type qui n'a pas la mémoire suffisante pour engranger le surplus de vocabulaire indigeste... Combien de fois se fait il passer pour un con lorsqu'il ose dire: "Bin, c'est pas possible de faire plus simple?" Toujours un gland qui vient en rajouter une couche en disant: "Et toi tu n'as rien à en dire?" Non mais ça ne m'étonne pas, tu n'est jamais au courant de rien? tu sais lire au moins?" AH, AH, AH!!! Qu'est ce qui s'est passé ce matin? Bin je me suis levé vite fait parce que j'avais une envie de pisser et puis j'ai fais mon café tranquillement, y avait un nuage qui passait et il était rose avec un peu de jaune dedans et c'était beau! Ah oui j'ai réparé la châsse d'eau hier! y avait un truc qu'était desserré et ça marchait pas..." Bon sur ce, vous renvoie à quelques études (d'il y a plus de dix ans) qui ont l'avantage d'être rédigées clairement sur le propos du morcellement sociale par le jargon! Non que je sois pour ou contre la novlangue mais là franchement il y a des limites!!! UAQVVDB.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 24/09/2017 à 14h58
[ ! ]
Je me rasais au calme de l’intimité après avoir saigné du nez dans la douche et être surpris des saut du sang en tant que tache, j’en arrivais comme la théorie unique à : Ω. Personne ne pouvait me donner tord, rien ne pourrait jamais contredire ma théorie. Ce fut si concis Ω, si élégant qu’on pouvait expliquer tout le superflu à partir de celle-ci en superflu lui même déboussolé car désorienté, il n’y a que la moitié de pi vers sa complétion constamment. Je les voyais se démener (vraiment) avec de la réthorique et des équations. Ils en avaient fait entre autres une guerre sainte insolubre, le but était soi de trouver une équation qui résume l’univers comme une horloge mécanique panique panique, soit de savoir écrire la plus puissante des pensées dans le charme d’un savoir auquel on pourrait croire à jamais. Je leur disais tout le temp, « mais tu comprend pas, tout est là : Ω. » alors il m’on tourner en bourrique, en me montrant une main et avec l’autre me donnant une pichenette . « Avec la science tu aurais su la voir venir , c’est un jeu» Certes ça fait presque mal, leur science doit bien exister un clue quelque part dans Ω, c’était là mon irréductible philosophie. Puis on m’a montré que je pouvais dominer le monde responsablement pour le « bien commun » ! « trois axiomes de deux lignes chacun et le monde serait à ta gouverne un temps infinitésimal, sans notoriété, sans argent, sans même un pistolet. Guides nous dans l’ordre imposé, ô prédateur de la puissance véritable, contre notre chaotique auto-destruction et nous te comblerons de tes chars canon scié d’elles ainsi que de ta volonté de dessein dans l’absolue harmonie de notre soumissions à ton illustre émission déferlante d’un laser divin se reflétant en chaque conscience microbolantes que nous sommes» « Flagornique de la maternelle.. prenez donc notes disait Shakespire .» D’une réthorique le levier de l’humanité m’en offrirait un contrôle presque totale, oui je serai beau avec cette coupe de cheveux et leur bigoudi que je me refuserais à l’humble preuve du pouvoir l’être , jusqu’a ce que mon destin achevé dans la volupté de mon rayonnement mystique et céleste, j’expirerai quelques secondes avant mon exil spirituel éternel : « pourquoi donc n’ai-je pas cherché à comprendre plus l’univers que ces messieurs dames , quel pantun..» Et Dieu , ensuite fit sa toilette.. Avec comme preuve que moi même j’était « inférieur » à tout ceux qui arrive à se faire comprendre avec des petits vers qui contrôlent des grosses masses, pour en faire des vagues comme un poisson dans l’eau. Ces vagues, mon attraction à bulles, et quand cela pète moralement , que cela pu la société révélait son homéostasie du feedback à garder l’équilibre dans le développement de son langage vivant : l’ontologie. J’ai compris à ce moment que les autres, ils étaient un peu comme une tempête, il sont l’environnement théoriquement prédicable de nous briser le crâne avec n’importe quel hachoir humain ou physique autant qu’ils sont un décor pleins de spirales qu’ils ne contrôlent pas. Ceci étant je quittais le bac à sable pour y réfléchir, je détenais la théorie totale, mais j’allais m’éteindre bien vite dans l’espace matériel avec tous ces autres et leurs razs de marrer. Il faut croire que ma vision de l’univers n’était pas utile pour palier à ces problèmes . Alors je me suis dit : « Puisque en se croyant le centre de l’univers, les epicycles furent trop noyants dés Qu’on regardait le ciel, l’héliocentrisme à réduit la complexité atteinte à la réponse au problème considéré en expliquant plus de l’évident déductible, mais si l’on fait la différence de complexité entre regarder le ciel et expliquer le mouvement de ce qu’on y voit après Copernic, alors la complexité a tout de même grandit » Il ne faut pas confondre être la compression et la puissance de contrôle ? Lorsque vous « fermer la gueule » à disons un individu lambda qui raconte « n’importe quoi ». Vous sous-entendez à l’univers entourant que vous pouvais en résumer son ensemble en une règle plus courte d’information, il s’agit donc d’une compression déductive accessible aux éléments qui s’y accordent dans l’élimination que vous créez du conspuant dominant. Mais on ne peut compresser le « rien » il faut donc une émergence de complexité « inutile » pour en résumer des liens fondamentaux et une fois le processus terminé, d’un saut et d’une descente vous avez grimpé et toute l’espèce en complexité sur l’ensemble rétroactif (en haut puis en bas et cela ne semble pas être nul pour l’humain en complexité entre l’initial et le final). La théorie de l’information nous semble rétorquer qu’il y a beaucoup de répétition (100 surprises), ce qu’un surdoué trouve chiant et tend à s’orienter vers des centres d’informations plus denses ?(récursivité, mais l’idiot contient l’univers, nous sommes toujours à moitié responsables de ce que l’on trouve ennuyant, donc le milieu plus dense n’est pas toujours « attracteur »). Dans le cas opposé où vous « fermer la gueule » disons d’un avantage naturel dans l’idée d’orienter vaguement, vous êtes né baraqué, fait au moule comme on dit avec un peu de culture, vous imposer alors vos règles « bidons d’essence » par l’environnement . Est-ce mal ? Non c’est utiliser la sélection et la reproduire. L’intelligence elle va par l’amplification de la résonance (avec un levier, appuyer sur la gachette) contrôler des forces energitique prédisposées à basculer « supérieurs » . De sorte qu’on reste un choix de l’univers. Et ainsi de suite l’opposition permet l’équilibre réel, dualité du contre exemple qui a besoin de chaque un : 7+5+7=18-1. Nous vivons dans un apriori chaos entropique énergétique (les probabilités montrent notre faiblesse théorique au fondamental) où l’information n’est que la contre force ordonnée qui détermine la puissance sélective (cf la théorie du tout puissant). Le cerbère fait rejoindre l’infiniment petit et l’infiniment grand sur notre centre d’un « pourquoi », quand la science tentait d’expliquer le petit engendrant le grand causalement sur le milieu du « comment que quoi », les saints furent finalement dépassés par la logique. La récursivité, la répétition à différentes échelles d’une même spirale que la sélection opére sur ses niveaux récursifs. En d’autre termes, dans les relations sociales nous avons l’ensemble du fonctionnement physique de l’univers. Et z’ils courts « t’as pa vu ça, une nouvelle exoplanète où on pourrait vivre, ils réfléchissent l’information d’expansion du langage qui aura du sens quand trop déjà l’utiliseront de manière obsolètes ». La performance n’a rien d’un monstre métaphysique. Je vous laisserais au vortex du petit coin public pour en saisir les lois physique de l’effondrement méta-gravitionel.. « Le génie devient con quand il utilise obstinément le rasoir d’Ockham pour tondre la pelouse, mais cela, a fortiori, le rendrait au moins ridicule sympathiquement »
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 24/09/2017 à 17h18
[ ! ]
Bref j’arrive au club les songes dansaient, je décide de me prendre de la musique, de mes pas anormaux je capte la boîte, entre humiliation et audace. une femme plus agé que moi mais les formes semblaient fertiles au point de m’être « attractrice », m’interpelle : « ici on reflète ce que le monde pense » « ah oui ..» « vient faire un tour dedans pour en sortir sociable du oui dire» seul moment où je marchais sur la piste de décollage/collage, « eh bien vois-tu, la musique ne plait pas, cela ne provoque rien de mon ego, je suis impuissant dans ces circonstances, mais je te veux » « ha ha ha » en sortant, je regardais l’enseigne lumineuse, ce fut désormais de mon exception à être une mouche ce soir là. quand les coulisses me palpèrent de boite d’un tout autre genre : la tornade est l’universelle compensation entre deux types de potentiels, la limite du changement de milieu comme la mer et l’air ne tient que d’un nano observable, le poisson rouge sans mémoire l’utilisait pour être d’or et déjà misérablement brillant de se refuser d’être l’univers. avec le libre arbitre, la bonté devenait plus clairvoyante les décibels nous tempèrent
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 24/09/2017 à 17h47
[ ! ]
"Lorsque vous « fermer la gueule » à disons un individu lambda qui raconte « n’importe quoi ». Vous sous-entendez à l’univers entourant que vous pouvez en résumer son ensemble en une règle plus courte d’information, il s’agit donc d’une compression déductive accessible aux éléments qui s’y accordent dans l’élimination que vous créez du conspuant dominant." Mais non, mais non, j'opte pour la remise en place du pédant, de l'argotisme et non pour une synthèse grossière... toujours chez vous cette option "maître du monde"? « Le génie devient con quand il utilise obstinément le rasoir d’Ockham pour tondre la pelouse, mais cela, a fortiori, le rendrait au moins ridicule sympathiquement » L'usage des teintes fait qu'à voir le monde en nuance on en oublie qu'elles sont parfois une simple vu de l'esprit. Avez vous jamais regarder un nuancier? Exercice intéressant ou chaque fois on se demande s'il est bon ou non d'indiquer au spectateur le nombre de nuances employé dans la peinture d'un reflet d'eau. quelque part le prix du "réalisme" est d'aborder le naturalisme en se posant la question du "ou suis je exactement" et puis je en être neutre. Lorsque la métaphysique m'ennuie, je regarde les nuages! Un petit compliment au passage: Le slam est dépassé et l'octosyllabe qui semblait vous caractériser au tout début est dépassé. J'apprécie de plus en plus votre prose... en vers libres. Pas le temps ni la tête à vous répondre. Voyez vous je chasse les mots lorsqu'à certaines périodes je me contente de peindre, la moindre explication verbale m'encroute! « ici on reflète ce que le monde pense » est un vaste débat posant une fois de plus le propos du conditionnement et de l'esprit libre... Débat stupide mais tellement juteux qu'on s'en taperait bien un autre petit godet; mais voyez vous pas aujourd'hui! Ah une dernière chose! Ne prenez pas forcément tout ce que j'écris comme une simple réponse aux vôtres... Quelques réflexions parfois sont à mettre dans la catégorie du soliloque. UAQVVDB.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 26/09/2017 à 02h03
[ ! ]
Et vous, à quelle place devrait-on vous remettre ? Il y a de la mesure du mieux dans tout cela, de la sélection et de la hiérarchisation confuse, le bien est homéostatique ? Pas vraiment.. voici les ordres et le tri, bonhomme fonctionnel mais pourquoi ? Prenez 114 petitomes, dîtes leur que tous les autres sont morts, qu’ils sont l’humanité et que tous l’acceptent ! Ils nous crieront un coeur, créeront un cerveau et mastiqueront de la peau.. Le social reflète l’ordre de l’univers comme ces spirales massives et ces vortex vivants, il y tenait dans le système solaire de neurones des êtres pensants plus compliqués que les orbites, que serait alors l’intelligence de ces échanges de petits éléments en contenant des plus complexes qu’eux même à part d’un mandelbrot couplé à une sélection d’un univers pensant ? Le progrès nous a semble-t-il au moins permis de nous dire que l’univers n’était pas simplement déjà quelque part, dans le sens où il se parle à lui-même. Imaginons un horloger, alors on se retrouverait avec un horloger bizarre car il ne devrait pas être l’humain d’un autre horloger. Il serait son propre horloger. « Dieu créa Dieu » Le solipsisme au jeu de carte, il y a un autre univers qui envoie les messages or il devrait se satisfaire d’eux même dans leur propre création. Si l’on veut être logique un minimum sans s’ inclure tout le temp dans des ensembles plus grand que notre être ou plus fin de notre composition on est amené à sa limite qui s’y pli. Et la science se troublait de l’observateur sur l’expérience, ce que nous offre les récentes nouvelles visions de l’univers sont à partir de ce principe auto-inclusif nécessaire. De quoi sont composés les cordes, notre cosmologie est contenue dans quoi ? Il s’agirait là de la même question. La science ne découvre rien, elle crée simplement un sens au sensible de manière toujours plus complexe. Arrêtons d’être petit ou grand, soyons le milieu créateur : Tout ce qui ne se contredit pas est vrai, c’est là l’unique bonne respiration. Tout ce qui se contredit de l’information déjà acquise est mal et à fermer la gueule par la punition ordonnée. Tout ce qui est paradoxal n’est pas contradictoire. Le chaos est délicieux sans gourmandise instable. La société n’est que la stabilité pour générer du vrai, jusque la sans sélection sans mal nous serions dans un régime à la répétition, mais les petitomes avaient besoin d’une liberté chaotique qu’il ordonne intelligemment. Quand au style que vous appréciez ou non, il est temps pour vous même de vous voir comme un robot sensible à son environnement .. Le style doit évoluer selon moi et ne devrait jamais stagner intra-utile. L’inconnu est l’univers qui soliloque, le triplet y met de l’ordre en sélectionnant et en s’émerveillant de ce qui ne se contre dit pas. Le vortex ne se crée que du bon ordre et du méchant chaos, la limite est fine et précise, nous y sommes. Uh ! Le grand, petits cons à la distinction, est, par ailleurs, à mettre en relation avec l’avant et l’après, je vous laisse imaginer ce que devient alors logiquement le Jacquemart. allo oui? « ici les Profs super Sociaux, vos absences sont trop récurrentes. » « j’arrive, sans surprise, un peu retarded !!! je faisais devinement mes devoirs aux technoverses, non ne levez pas la main !! pas avant que quelqu’un d’autre vous décrasse.»
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 26/09/2017 à 12h42
[ ! ]
"Dés l'instant ou on nomme les choses on structure le monde..." "On peut nommer les choses qui n'existent pas..." "ça nous rassure puisque ça donne un sens à ce qui n'en a pas." "La civilisation apparait comme étant le moyen pour les hommes de s'élever au-dessus de la condition animale."... ? "Le concept d’« empire » se superpose à celui de « civilisation ». Pas le temps de développer mais je vous fait confiance... Vous êtes très doués pour extrapoler, digresser et parfois vous perdre dans justement: "Tout ce qui est paradoxal n’est pas contradictoire." Si je peux me permettre une toute petite prophétie du genre statistique idiote; "à force de nommer de plus en plus précisément la moindre manifestation, il arrivera forcément un moment ou les mots perdrons leurs sens." à bientôt et tant pis pour le style "novateur". je vous aime bien vous et votre montre détraquée...
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 27/09/2017 à 23h19
[ ! ]
Comment distinguer deux choses ? En les comparant. Comment comparer deux choses ? Avec de la mesure. Une chose est-elle la réunion des mesures qu’on en fait ? Autant qu’avec beaucoup d’ombres on voudrait reconstituer votre statue.. Cela revient à : L’être se résume t’il à sa réelle fonction dans la civilisation ? Si on se limite à ce qui est fonctionnel en acte, l’apprentissage est totalement éradiqué, ça sonne pas terrible, non ? Si on se limite à nos fonction en puissance, l’apprentissage ne finit jamais et le résultat est carrément nul de but, ça sonne terrible, non ? « L’élévation » n’est que la manifestation de l’élevage. (à méditer) Tout revient donc d’un point de la civilisation à prédire pour statuer. Donnes moi des preuves de tes compétences, je te prédirai que tu seras statistiquement capable des les reproduire, tu es adapté ici : x ∈ X. Personne ne décide, tout se fait automatiquement. Ou du moins cela ressemble au système élo dans une infinité de jeux de société : X ∈ X. A cause de cette inégalité : Individu ≠ réunion de ses fonctions On est tracassé pour faire une quelconque hiérarchie sauf en invoquant le pragmatisme systématiquement : entretien d’embauche comme estimation des mesures suivi d’une sélection dans le positionnement fonctionnel puis évolution empirique dans la structure. Les mutations de la structure doivent être plus lentes que le « but » de la structure, sinon la sélection n’a aucun sens. Cependant on aurait l’inégalité : civilisation ≠ l’union de ses empires Ce parce que les empires s’entre croisent et interagissent les uns des autres. On se retrouve avec un système complexe où l’ensemble de l’information n’est pas une constante, ce qui signifie un système évoluant. Pour la prophétie, voilà ce que personne ne sera capable de donner sens : « Je crois qu’on peut structurer l’innommable, or ce qui n’existe pas est ignoble. Et , paradoxalement, nobles sont les nomades les plus monstrueux de nous faire peur comme un environnement dangereux. » « L’humain se distingue de l’animal parce que l’animal n’a jamais eu envie d’être humain. » Je dis la complexité de langage, il y a un « saut » entre notre espèces et les autres. Si on veut parler d’humain on devrait voir cela comme un dégradé.. Ce que l’humanité n’est pas prête à concevoir. On peut de fait imaginer des « intelligences » plus « élevées » que nous sans difficultés. De même que nous serions tentés de classifier les humains en différentes espèces sur ce critère de mesure observées dès qu’il serait quantifiable mais ce serait oublié qu’on est sociable, l’intelligence ne peut pas être considérée comme telle si l’envoi d’informations même hautement structuré est à sens unique (ou alors taper de manière aléatoire sur un clavier est d’une intelligence supérieure, encore cette notion de sélection et de filtre). Où alors cela est intemporel, pas rare qu’il faut le temps au pissenlit de se répandre. La questionnement plus curieux est le suivant : Imaginons un animal mutant qui est mesure par une exception inouïe de traiter un langage d’information nettement supérieur à son espèce au point qu’il communique avec nous sans difficulté, un peu comme scoubidou. Est-ce toujours un chien ? De même imaginons un humain mutant qui préfère communiquer avec une espèce alien d’intelligence supérieur (supériorité détailler plus bas), est ce toujours un humain ? Si maintenant on place sur différentes planète des mêmes humains et qu’ils sont incapable de communiquer, au bout de millions d’années (allé menton de côté la singularité technologique) les deux planètes ont laissé court à leur évolution et révélera qu’une planète a une complexité incluant l’autre comme l’irrationnel n’est que le plus simple degré dans la théorie de Galois (le paradoxe le plus simple après coup). Les deux espèces sont-elles encore humaine au même degré ? Je crois que ce qu’on veut qualifier intuitivement d’humain non animal c’est ce saut quand c’est pas naïvement la morphologie. Mais nous avons établi des lois se voulant égales pour tous, un alien dans notre espèce serait traité comme un humain essentiellement pour son apparence physique, les même règles s’appliqueront pour lui que les autres. Ce qui est sûr est pour parler de différence « élévator » nous avons besoin de deux choses : -une possibilité de distinguer les groupes par des symboles facilement identifiable. -une preuve de domination intelligente d’un groupe sur l’autre pour le dénommer « supérieur ». (histoire humaine) D’où la maladresse, qui consiste à se mettre en jeu de règles compréhensible de tous les joueurs, et d’y exhiber une réussite plus grande : domination locale. Contrairement aux robots l’expression d’un « je te blesse et je te tue si je veux » nous est émotionnellement parlante (souvent du moins) comme nos instincts de survie de se concentrer sur ce qui nous menace. « Vous donnerez du sens à ce que je dis dès lors que je vous fait mal et votre question sera alors : comment a-t-il pu ? D’où la recherche de sens et l’imitation» à ce moment l’individu bienveillant (déjà présent) viendra éliminer la menace autant qu’il le peut, ce qui lui conférera aux yeux de tous, un sens encore plus grand et une autorité en cas de succès. En cas d’échec des gentils concertistes, nous aurons un basculement des valeurs « utiles » et l’individu agressif alors s’efforcera de contribuer à la moral de manière stabilisante, jusqu’au prochain. Empire et civilisation.. la société se hiérarchise de manière totalement « halostasique ». Et gare à vous, il n’y a pas plus agressif que ceux qui vous veulent du bien (pas pour vous red, il y a un peu d’ironie dans votre « vouloir » selon moi, mais votre signature à son propre « meta «  je crois) Et je pense que l’essentiel d’entre nous passerons notre existence dans ces questions, sans jamais se rendre compte que le renversement tenté de toute sorte d’opposition est la preuve formelle que l’on cherche à comprendre l’univers par cette sélection qui elle même est l’univers pensant. D’où la généralisation (idiote ?) à l’écart de s’opposer à soi même jusqu’a ce que les autres n’y voit plus rien au point d’en devenir indifférent. Pourtant l’extrapolation de la logique nous amenait assez naturellement à rendre rationnel ce « l’univers est irrationnel ». Le surdoué est semble-t-il bien souvent dans un conflit avec soi-même dans une application de la domination sociale à l’univers. « L’affirmation de soi » devrait plutôt être nommé « postulat au feedback de domination » ce qui à un coté écoeurant de s’y atteler, il faut le dire. Et votre prophétie se realiserait jusqu’a ce que vous l’écriviez..? j’ai mis mes habits de clown, ça pour l’occasion de vous donner raison d’être aller chercher les couleurs avant de peindre ! Avant de partir, Résolvons l’équation X est à l’humain ce que l’humain est à l’animal. Beaucoup serait tentés de dire X est génial. Mais si on cherchait alors à résoudre : Y est au génie ce que l’humain est à l’animal. Qu’obtiendrait-on ? Un ver de terre qui s’enroule.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 28/09/2017 à 00h12
[ ! ]
Comme l’irrationnel pythagoricien n’est que le plus simple degré dans la théorie de Galois*
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 28/09/2017 à 01h13
[ ! ]
Bref, j’arrive au motel, j’y entendais des gémissement aux alentours, je me paye ma tête, au moins j’aurais un endroit ou dormir, moment où je suis vulnérable. Dans la chambre tout était cradde, il ne me fallait que me dire que ce fut ma propre crasse pour l’apprécier. A la fenêtre , cela ne s’arrêtait jamais des autres entre cris et bagarre moderne. Un peu à l’étroit, va falloir partager les chiottes. Je me sers un verre à la russe conviviale, il y avait pas de télé. Et puis un moment plus tard, je me sentais chez moi dans toute cette fausse misère. Que serions nous d’autre, insalubre grandiose à mettre du PQ rose aux chiottes. Quelques temps plus tard dans la nuit tombée, je décidai d’une marche dans ce coin de Panam. Après plusieurs heures mon gps n’avait plus de batterie. « le métro ne tourne plus à cet heure, cher visiteur » je m’asseyais à un banc, une solitude me prenait de cours, mais à regarder autour je me contentais d’être là avec « d’autres ». Le lendemain après une courte nuit (j’ai eu la chance me surprenant de mémoriser des endroits remarquables et de m’y retrouver inversement) à mes devoirs qui justifierait ma présence dans la grande ville, je ne me remémorais que cette agitation humaine. A cette époque je me traqué dans un milieu dense de la franchise, j’arrivais à peine à me faire au décor, quand dans le métro, un slam est venu me tendre sa casquette, sans un sous je descendais à l’arrêt suivant et tous ces gens était fonctionnels, je ne me figurais pas d’avoir croisé un regard aussi englobant et perdurant que le mien pour ce que les vitrines m’offraient devant leurs biens. Un Pericles dont les objectifs sont faits pour être si temporaires que la carte mouillée refusait de se retirer, « La crasse du tympan et non Le sacre du printemps.”
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
j'ai un qi de 160 que puis je en conclure
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T13.662