669 365
questions
1 471 570
réponses
1 452 786
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

Les consequences de l'imperialisme

Question anonyme le 23/04/2010 à 13h01
Dernière réponse le 22/05/2018 à 20h26
[ ! ]
Les consequences et les solutions de l'imperialisme
Répondre
1 réponse pour « 
les consequences de l'imperialisme
 »
Réponse anonyme
Le 22/05/2018 é 20h26
[ ! ]
C'est :L'impérialisme est une stratégie ou une doctrine politique de conquête, visant la formation d'un empire ou d'une domination. Pour John Atkinson Hobson, la nouveauté dans l'impérialisme de la fin du xixe siècle et du début du xxe siècle, c'est qu'il n'est plus lié à l'idée d'un empire couvrant le monde connu, comme c'était le cas dans le cadre de la Pax Romana1. Au contraire, à la suite de la montée du nationalisme au xixe siècle, cet impérialisme donne lieu à une lutte entre empires concurrents1 (Empire allemand, Empire britannique, Empire russe, etc.). Au niveau économique, l'impérialisme est alors de nature protectionniste et s'oppose au libre-échange. Par ailleurs, ses liens avec certaines formes de capitalisme monopolistique sont mis en avant par de nombreux auteurs marxistes. De nos jours, ce terme est employé de façon large pour désigner tout rapport de domination établi par une nation ou pays sur un ou plusieurs autres pays.Des auteurs marxistes, principalement Rudolf Hilferding, Rosa Luxemburg, et Lénine avec son ouvrage L'Impérialisme, stade suprême du capitalisme (1916), reprennent le terme de Hobson et le popularisent. Dans le cadre de la théorie marxiste, l'impérialisme correspond à un stade de développement du capitalisme, et répond à une logique essentiellement économique et non pas politique. L'impérialisme est le moyen de faire face à la baisse tendancielle du taux de profit en étendant l'exploitation dans le monde colonial. Lénine analyse ainsi la Première Guerre mondiale comme le produit de la lutte entre capitalistes pour l'appropriation des colonies. Au cœur de ce stade de développement du capitalisme, on trouve, après la concentration ayant eu lieu au xixe siècle, le « grand capital », largement contrôlé par les banques et la finance selon Lénine. Cette thèse n'a cessé de faire l'objet de vives critiques. En particulier, de très nombreux auteurs ont contesté l'idée que la finalité de l'impérialisme soit avant tout économique. Un des premiers critiques de cette théorie, Joseph Schumpeter défend, par exemple, l'idée qu'il faut voir dans l'impérialisme un phénomène de nature sociologique. Il insiste ainsi sur l'importance de l'aristocratie, notamment les Junkers en Allemagne, dont la position sociale est fondée sur le contrôle de ressources politiques, l'exploitation de richesses terriennes locales et la domination des métiers des armes. C'est plutôt dans cet habitus guerrier, entré en synergie avec l'appareil de l'État moderne, que Joseph Schumpeter situe l'impulsion première de l'impérialisme.Nouvelle-Zélande d'avoir une influence territoriale directe sur le monde polynésien jusqu'en 1961. Le contrôle exercé par Londres sur Canberra, Pretoria et Wellington était d'ordre politique, du fait que leur politique étrangère relevait à l'origine de la Grande-Bretagne et que les armées de ses trois pays étaient parties intégrantes de l'armée britannique3. Exemple de colonie n'ayant pas le statut de dominion Carte simplifiée de l'hémisphère Nord, avec la partie euro-africaine, avec la Grande-Bretagne en rouge vif, l'Égypte en rouge clair et le Soudan anglo-égyptien en orange. La partie du Condominium cédée à la Libye en 1919 est hachurée. L'Égypte, alors sous protectorat puis sous la période royale, a établi conjointement avec le Royaume-Uni une domination territoriale directe sur le Soudan. Le mécanisme est ici particulièrement différent du modèle des Dominions dans la mesure où Londres exerce directement son contrôle sur la région. En effet, la partie égyptienne n'a aucun réel pouvoir militaire ou politique dans le condominium : la souveraineté proclamée de l'Égypte sur le Soudan sert comme argument légal au contrôle des Britanniques sur la région. Le raisonnement était que leur contrôle sur le Soudan dépendait théoriquement de la souveraineté égyptienne. Ce sous-impérialisme connut un sort différent de celui des colonies australiennes, néo-zélandaises et sud-africaines qui furent émancipées par leurs métropoles respectives (même si plus tardivement dans le cas de la Namibie sud-africaine). Dans le contexte du condominium anglo-égyptien sur le Soudan, la politique britannique avait été diviser pour régner : le Royaume-Uni avait ainsi privé l'Égypte de tout pouvoir réel sur le Soudan, administrant directement la colonie au nom du Caire. En effet, dans le cas présent l'indépendance fut précipitée, entre 1953 et 1956, par Londres malgré l'opposition du Caire qui souhaitait annexer la région. L'Égypte étant devenue ouvertement hostile à la Grande-Bretagne, au sein du monde arabe, Londres n'a pas souhaité la renforcer en lui laissant cette colonie.
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
les consequences de l'imperialisme
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T13.095