604 510
questions
1 207 986
réponses
1 143 319
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !
Vous êtes ici : Accueil > Spécialités > Droit > Aide juridique

Exemple de la dissertation juridique

Question anonyme
Dernière réponse le 10/12/2012 à 11h48
[ ! ]
Bonjour !

Je suis un élève d'université en filiére Droit, je veux savoir comment faire la dissertation juridique,et je vous demande aussi de me donner un exemplaire de cette dissertation si vous pourrez!
Merci d'avance
Jojo à Madagascar
Répondre
12 réponses pour « 
exemple de la dissertation juridique
 »
Réponse de hervius
Le 18/01/2011 à 13h23
[ ! ]
Salut moi aussi je suis étudiant et je n'ai pas la prétention de maitriser complètement cette méthodologie.toutefois l'esprit de partage est selon moi quelque chose qu'on doit cultiver. de prime abord il faut savoir qu'une bonne dissertation juridique passe par une bonne introduction.à l'exemple: la population suffit t_elle pour définir un état? voici une esquisse d'introduction
la définition de l'état ou que l'on se trouve tient en considération deux aspects essentiels a savoir l'aspect juridique et l'aspect sociologique.par le premier aspect l'état peut se définir comme la personne morale souveraine et en tant que tel les éléments de sa définition sont la personnalité juridique et la souveraineté.par le deuxième aspect par contre,l'état peut se définir comme une population vivant sur un territoire et soumis à un gouvernement politique.il apparait donc que par ce dernier aspect,les éléments constitutifs de l'état sont la population,le territoire et le gouvernement politique.dès lors s'il apparait que la population qui est un élément de définition sociologique de l'état n'est qu'une donné parmi tant d'autres,on est en droit de se poser la question substantielle de savoir si la population peut -elle à elle seule définir l'état?autrement dit la définition sociologique de l'état ne tient_elle en compte que la population?ces questions ainsi posées ne manquent pas d'importance.d'autant plus que son interet juridico-politique nous permet d'étudier d'une part l'importance de la population dans la definition de l'état(1)et d'autre part le recours malgré tout à d'autres composantes pour une definition complète(2)
Répondre
Réponse anonyme
Le 26/01/2011 à 18h36
[ ! ]
Bonjour je s8 etudiant 1ere anne en droit je voudrais une aide sur la methodologie merci pour tous
Répondre
Réponse anonyme
Le 25/03/2011 à 19h30
[ ! ]
Http://195.83.2.16/enseignants/fichier/799-Methodologie_Dissertation.pdf

telechargé sa peut etre ke sa vous aidera
Répondre
Réponse anonyme
Le 15/06/2011 à 16h20
[ ! ]
Je veux une disseration de la separation du pouvoiur
Répondre
Réponse anonyme
Le 03/12/2011 à 21h46
[ ! ]
Bonjour,je suis également au Département de Droit.De ce fait,j'aimerai comprendre la dissertation juridique puisque je suis novice dans celui-ci.
Répondre
Réponse anonyme
Le 19/12/2011 à 13h37
[ ! ]
Tu commencera ta dissert par la pensée de Montesquieu en soulignant que ces le moyen d’établir un bon fonctionnellement de l'appareil Étatique. sinon ton sujet est vague j' aurai bien aimé le traité
Répondre
Réponse de serena michelle
Le 08/01/2012 à 17h52
[ ! ]
Salut je viens d'aller sur le lien que tu a mis sur ta réponse mais je n'arrive pas a voir ce que je peut télécharger.sa m en voie a la page d' accueille dit moi ou je doit cliquer s'il te plait.
Répondre
Réponse anonyme
Le 17/05/2012 à 15h07
[ ! ]
Slu je m appel awa tout ce que je peux dire c est que la dissertation juridique comporte 2parties c est a dire sans conclusion en 1ere année une introduction et un développement ainsi l introduction doit etre vaste comportant des elements tout a fait importants elle debute par amener le sujet; poser le sujet; definir les mots clés et delimiter le sujet; faire la problématique; voire l interet et enfin un plan cohérent avec 2 parties grand 1 et grand 2 chaque parties doit comporter 2 sous parties grand A et grand B et le developpement doit suivre le plan enoncé
Répondre
Réponse anonyme
Le 06/08/2012 à 15h45
[ ! ]
L plus important c dabord de respecter la methodologie en dissertation juridique.En premiere annee c la forme qui est plus privilegie apres l fond.Faut imperativement amener l sujet, poser l sujet,definir les termes du sujet,delimiter,poser la problematique, degager les interets theorique et pratique, annnce plus jusificatin du plan.
Répondre
Réponse anonyme
Le 23/11/2012 à 11h24
[ ! ]
BONJOUR je suis en faculté de droit privé 1ere année et je n arrive pas a faire une dissertation meme pour faire une phrase je ne trouve pas les mots;je veux vraimeent pouvoir le faire pour ce fais jai besoin de votre aide....mercii
Répondre
Réponse anonyme
Le 02/12/2012 à 15h13
[ ! ]
Bonsoir je suis en faculté de droit pde tanger 1ere année et je n arrive pas a faire une dissertation meme pour faire une phrase je ne trouve pas les mots;je veux vraimeent pouvoir le faire pour ce fais jai besoin de votre aide..et merci bcp
Référence(s) :
tanger maroc bni mekkada city
Répondre
Réponse anonyme
Le 10/12/2012 à 11h48
[ ! ]
Salut, voilà une bonne méthodologie pour la dissertation en Droit :
"Il faut garder à l’esprit que le but d’une dissertation est d’offrir une construction ordonnée du développement explicatif permettant de présenter un sujet donné. Pour cela, il faudra s’atteler à proposer une construction intelligente au lecteur dans un plan simple pour permettre une grande clarté. Il faut se rappeler que le but premier est que le lecteur (bien souvent correcteur) vous comprenne !
S’agissant du plan à proprement dit, il faut néanmoins rappeler, pour se rassurer de suite, que « les plans parfaits sont rares. Il faut souvent se contenter des moins mauvais » [GRUA (F.), Méthode des études de droit, Dalloz, p : 48].
La dissertation impose donc une réflexion sur un sujet donné. Selon Mme Muriel FABRE-MAGNAN, « il s’agit d’analyser la problématique du sujet et de donner des pistes permettant de résoudre celle-ci » (Introduction générale au droit. Cours et méthodologie, PUF, 2009, p : 269). Elle va permettre à l’étudiant d’exposer ses connaissances personnelles à travers une réflexion ou une confrontation des règles ou principes juridiques.
Attention, le but n’est pas de retranscrire les connaissances apprises dans son cours. Il s’agit de présenter sa réflexion personnelle sur un sujet, à l’aide de ces connaissances tirées notamment du cours. Il ne faut donc pas avoir une attitude descriptive mais une attitude réfléchie et critique.
Pour réaliser ce travail, il semble judicieux de suivre un cheminement précis. Voici les différentes étapes qui composent ce travail.
1) Lire le sujet
Cette première étape provoque bien souvent un sourire aux étudiants. On ressent même parfois une certaine moquerie de plusieurs étudiants ou une vexation laissant croire que l’on prend ces derniers pour des idiots. Pourtant, tel n’est pas la volonté de l’enseignant présentant une méthodologie de la dissertation.
Il apparait essentiel de lire très attentivement le sujet. Le but est d’éviter toute mauvaise compréhension de celui-ci. En outre, dans l’excitation d’un examen ou d’un concours ainsi que la fatalité d’une épreuve dans un temps imparti, l’étudiant tend à vouloir se précipiter pour débuter au plus vite une écriture rassurante d’idées sur un brouillon. Au contraire, il convient de lire plusieurs fois le sujet pour permettre d’en prendre connaissance, le comprendre et le définir. Pour éviter tout hors sujet, il semble nécessaire d’avoir une attention pointue :
- Définir chaque terme du sujet, évitant les hors sujets et mettant en exergue les possibles subtilités de la problématique.
- Prêter une attention à la ponctuation. Une question laisse supposer qu’il s’agira de répondre à celle-ci en argumentant sa prise de position.
- Attention à la rédaction du sujet lui-même, en prêtant attention aux singuliers ou aux pluriels, les mots de liaison, article défini – article indéfini…


Par exemple : « Peut-on réviser l’adage « Nul n’est censé ignorer la loi ? » et « Faut-il réformer l’adage « Nul n’est censé ignoré la loi ? ». Ces deux sujets nécessitent les mêmes connaissances. Cependant, la copie ne sera pas construite de la même manière. « Peut-on » implique que l’on réfléchisse aux obstacles d’une telle réforme. « Faut-il » oblige à envisager une réponse positive ou négative (avec de possibles nuances).

2) Travailler au brouillon
Chaque terme qui compose le sujet doit être défini et étudié. Certes, la construction de la dissertation se base bien souvent sur la scission d’un des mots du sujet (ou de l’unique terme du sujet s’il se compose d’un seul mot). Il convient alors de bien repérer le terme prédominant du sujet posé. Néanmoins, il faut avoir prêté attention à tous les termes du sujet, ainsi qu’aux différents sens qu’ils peuvent revêtir.
Il faut ensuite noter au brouillon toutes les idées en relation avec le sujet. Ne cherchez pas à organiser ces idées… notez tout ce qui vous semble avoir un intérêt pour travailler sur le sujet. Il s’agit de ne rien oublier : notez toutes les réflexions qui vous viennent à l’esprit (le tri viendra après…). Pour cela, utilisez vos connaissances personnelles : cours, travaux dirigés, lectures personnelles d’articles de doctrine ou de la jurisprudence…
Lorsque vous avez épuisé toutes vos idées et vos « souvenirs », vous allez pouvoir travailler à les classer. Vous allez rapprocher les idées entre elles. Vous allez remarquer que certaines se complètent et d’autres s’opposent… Certaines idées pourront aussi apparaître complètement isolées et n’avoir aucun rapport avec les autres ; mettez-les de côté.
De même, certains sujets proposés devraient nécessiter plusieurs centaines de page pour être complet. Il va de soit que vous n’allez pas épuiser le sujet en quelques pages ! Il s’agira alors de présenter le sujet au travers les idées essentielles.
Vous allez alors remarquer que plusieurs grandes idées directrices vont apparaître.

3) Construire un plan
C’est la suite logique de l’organisation que vous venez d’effectuer. Les idées directrices dégagées par cette mise en ordre permettent bien souvent de dégager votre construction.
Attention, votre plan doit bien être le résultat de ce travail, c’est-à-dire : lire le sujet, écrire toutes les idées vous venant à l’esprit, organiser vos idées, réfléchir à un plan …
Il ne faut surtout pas que votre plan soit à l’origine de vos idées, c’est-à-dire : lire le sujet, poser un plan, rechercher des idées pour mettre dans ses parties…
Vos idées doivent être à l’origine de votre plan … et non pas l’inverse. Attention donc de ne pas se laisser tromper par une « révélation » lors de la lecture du sujet ! Bien souvent, on croit (en lisant le sujet) avoir trouvé un plan idéal… Vous risquez de mal comprendre le sujet, d’oublier des pans complets de réflexion, de répéter des idées…
Votre plan doit alors se caractériser par sa cohérence et sa logique. On ne doit pas avoir de répétitions. Si des idées se retrouvent à différents endroits de votre copie, c’est que votre plan est mal construit. Votre raisonnement doit aussi se poursuivre logiquement et de façon fluide : aucun retour en arrière ne doit être effectué. Par exemple, ne présentez-pas les exceptions avant le principe !
Vous allez remarquer que lorsque vous aurez organisé vos idées, deux grandes idées directrices vont apparaître. Vous pouvez éventuellement repérer (bien que plus rare) quatre groupes d’idées, qui se rejoindront sous deux grandes idées. Ces groupes vont constitués vos deux parties, deux sous-parties.
Les étudiants en droit se voient imposés cette construction juridique symétrique ou bipartite : deux parties composées de deux sous-parties. Il est vivement déconseillé de passer outre cette construction… D’aucuns soulignent qu’il vaut mieux un bon plan en trois ou quatre partie, qu’un mauvais en deux parties. En théorie, cette observation est tout à fait louable… mais le défaut de plan en deux parties sera souvent perçu comme un manque d’analyse, de réflexion, etc…
I) …………..
A) ………………….
B)………….
II) …………………
A) …………………
B)…………………

Dans chaque sous-partie, vous prendrez le soin d’organiser vos idées. Il est conseillé de prévoir un paragraphe par idée.
Chaque partie et sous-partie possède un titre court et précis. Ce titre doit permettre de résumer les idées essentielles développées à l’intérieur. Attention à vouloir des titres originaux. Votre titre doit être compris par le lecteur. Court et ne se composant pas de verbe conjugué. Il est aussi déconseillé de faire des titres avec une phrase débutant en I ou A et finissant en II ou B.
Plans « bateaux » et plans d’idées :
On appelle plans « bateaux » les plans-types, qui peuvent être utilisés pour une grande majorité des sujets. Le reproche de ces plans est le caractère bien souvent trop descriptif. A contrario, ils sont bien souvent simples, permettant une présentation claire d’un sujet. En voici différents exemples, qu’il peut être judicieux de garder à l’esprit, faute de mieux :
I) Notion
II) Mise en œuvre
I) Conditions
II) Effets
I) Notion
II) Régime
I) Fondement
II) Portée

I) Création
II) Fonctionnement

I) Principes
II) Exceptions
III) Oui
IV) Mais

I) Non
II) Mais
A compter, on trouve les plans chronologiques. Il peut arriver que certains sujets connaissent des évolutions importantes dans le temps (par exemple, la situation juridique avant et après un revirement de jurisprudence), le plan chronologique peut éventuellement s’y adapter. De même, on retrouvera parfois l’utilité du plan chronologique en matière historique.
Le plan recherché est le plan d’idées. Ce type de plans permette de présenter une synthèse du sujet au travers une réflexion approfondie et personnelle de l’étudiant.
Plusieurs auteurs soulignent que la fusion des deux types de plan est le mieux : ne pas être trop technique, ne pas être trop abstrait… mais savoir doser les deux.

4) Rédiger votre copie
Vous êtes soumis à une contrainte de temps. Vous n’avez donc pas la possibilité de rédiger votre copie au brouillon. Il faut alors désormais travailler directement sur votre copie.
Avant de vous lancer dans l’écriture, rappelez-vous bien :
- Faites des phrases courtes … malgré les nombreux rappels, nous avons tous tendance à faire de longs développements. Malheureusement, nous sommes bien souvent pris dans notre travail avec une idée bien en tête. A la relecture (et à la lecture par un tiers), la compréhension devient bien souvent difficile. Pour éviter de perdre le lecteur qui n’arrivera plus à suivre votre développement, ayez une écriture simple et compréhensible ; ce que facilite les phrases courtes.
- Signez votre style.
- Faites attention à l’orthographe.
- Soignez vivement votre présentation et votre écriture. Il va de soit que si votre copie s’apparente à un torchon, le correcteur aura un avis immédiatement négatif sur votre travail. Cette appréhension aura consciemment ou inconsciemment un impact sur votre notation.
Pour la rédaction à proprement dite :
Une introduction :
L’introduction est un élément essentiel de votre copie puisque c’est ce que le lecteur va lire en premier de vous. Il est primordial de la soigner d’autant qu’elle correspond à une part importante de votre copie (1/4 à 1/3 de votre copie). Les étudiants ont trop souvent tendance à « bâcler » cet élément de la copie.
L’introduction est souvent présentée comme une sorte d’observation du sujet. Vous allez présenter le sujet, avant d’entrer dans le détail dans le développement. Son but est donc d’écarter toute incompréhension sur le sujet. Selon MM. GOUBEAUX et BIHR (Les épreuves écrites en droit civil, LGDJ, 10e éd., 2005), l’introduction doit préciser de quoi on parle et pourquoi, comment on en parle et pourquoi.
De façon général, l’introduction permet de définir les termes du sujet, de délimiter le sujet (dans le temps, dans l’espace), de présenter l’intérêt du sujet, présenter son plan, justifier son plan.
Votre introduction se compose de plusieurs points, allant du général vers le particulier. C’est donc une construction en entonnoir … c’est-à-dire :
- Vous pouvez débuter votre copie par ce que l’on appelle couramment « la phrase d’accroche ». Il s’agit d’évoquer de façon pertinente voire original (sans jamais oublier vous êtes étudiant en droit, non comique ou journaliste…) le sujet qui va être traité. En fait, vous opérez une présentation du sujet en quelques lignes.
- Vous allez ensuite dégager l’intérêt du sujet en situant le sujet dans un contexte plus général pour ensuite délimiter le sujet. Vous allez donc dégager la problématique du sujet par cet effort de présentation progressive : contexte large jusqu’à se recentrer sur le sujet à proprement dit. Vous allez donc délimiter le sujet (montrer toutes les questions possibles pour en venir au contexte particulier qui se pose) et indiquez tout son intérêt.
Pour cela, vous pouvez être amené à utiliser des éléments de droit comparé ou historique.
Par exemple, si le sujet de dissertation est « Le dol spécial », vous serez amené à parler dans le contexte général des éléments constitutifs de l’infraction (élément matériel, élément moral), puis de l’élément moral plus particulièrement, avec le dol général pour en venir au dol spécial… (à idée de l’entonnoir).
- Vous annoncez le plan. Pour cela, vous présentez uniquement les deux grandes parties, en les signalant avec (I) (II). Après cette présentation des points importants du sujet, vous indiquez que vous allez nous le présenter à travers ces quelques idées importantes.

- Encore une fois, il est primordial que votre introduction expose l’intérêt de la question sur laquelle vous allez travailler… Le lecteur doit avoir compris ce à quoi il peut s’attendre à travers l’explication et la délimitation que vous en aurez fait. L’introduction reste la partie la plus importante de votre copie… M. GRUA souligne qu’au terme de l’introduction, le correcteur a déjà une idée de note et qu’il est « rare que la lecture de la suite du devoir modifie son appréciation de plus de deux points » (préc., p : 57).
Evitez de parler à la première personne mais il est préférable d’utiliser des formulations impersonnelles. Si vous aimez utiliser la première personne, n’utilisez pas le « je », mais préférez dans ce cas le « nous ».
Vous pouvez aussi utiliser l’introduction pour évacuer des questions accessoires ou marginales du sujet. Vous pourrez ainsi les évoquer pour montrer au correcteur que vous les avez repérées mais que vous avez préféré les écarter compte tenu du sujet.

Les parties :
Chaque partie débute par un « chapeau ». Ce petit paragraphe situé entre l’intitulé de partie et de la première sous-partie doit permettre d’annoncer les deux sous-parties (A) (B). Entre les deux grandes parties, on doit retrouver une transition. Tant les « chapeaux » que la transition permettent d’expliquer la logique de votre raisonnement. Plus vulgairement, le lecteur doit avoir l’impression que vous lui indiquez : « Je commence par vous expliquer cela parce que … maintenant que je vous ai expliqué cela, je dois désormais vous expliquer ceci… ».
Les chapeaux jouent en quelque sorte le même rôle que l’introduction, en bien plus court.
Dans vos sous-parties, rappelez-vous de bien distinguer vos idées. Allez à la ligne pour chaque nouvelle idée.
Essayez que votre plan soit le plus possible équilibré.
Encore une fois, soignez les intitulés de vos parties et sous-parties. Il s doivent être courts, précis, équilibrés…
La conclusion :
En général, la conclusion est exclue. Si celle-ci vous est demandée, elle ne doit pas être un résumé de votre copie. La conclusion doit permettre de présenter une ouverture de la réflexion envisagée par le sujet.

5) Gérer votre temps
Pour terminer cette présentation, il convient de rappeler à nouveau de faire attention à la présentation, à l’écriture, au vocabulaire, à la syntaxe…
De même, il convient de se contraindre à un travail en une copie de 4 à 5 pages ; soit une copie double avec un intercalaire en plus au maximum. Ceci correspond à une longueur en copie manuscrite. Pour une copie informatique, celle-ci sera bien plus courte.

Introduction : 1/4 à 1/3 de votre copie
Parties : 3/4 à 2/3 de votre copie
Enfin, il s’agit de bien gérer son temps ! Le ramassage de la copie est souvent difficile pour les surveillants car il reste toujours des étudiants qui essayent de « grappiller » toutes les minutes qu’ils peuvent pour finir… Pour éviter de terminer en bâclant sa copie ou de ne pas terminer, chronométrez votre travail.
Voici quelques indications pour une épreuve de 3 heures :
1h-1h15 pour le travail au brouillon
1h45-2h pour le travail de rédaction"
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
exemple de la dissertation juridique
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Les derniers messages publiés
Posez votre question maintenant !
Titre de votre question :
Votre question en détails :