659 137
questions
1 420 717
réponses
1 430 856
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

Lahmar est-il bien et autre que Al Ahmar

Question de lahmar52 le 14/06/2010 à 11h03
Dernière réponse le 21/09/2018 à 02h10
[ ! ]
Nom de famille composé revenant de l'Andalousie Espagne sur l'Algérie colonisation Espagnole après le 02 janvier 1492
Répondre
35 réponses pour « 
Lahmar est-il bien et autre que Al Ahmar
 »
Réponse anonyme
Le 01/07/2010 à 17h57
[ ! ]
Le nom EL-AHMAR vien de YEMEN , yemen-algerie-espagne, les français ont divisé le nom entre lahmar et el-ahmar , on parle de EL-AHMAR aussi au maroc en tunisie donc sur le chemin entre Yemen et Espagne . merci
Référence(s) :
je suis EL-AHMAR
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 02/07/2010 à 10h28
[ ! ]
Merci pour votre réponse, cela confirme mes recherches et je très content de savoir que vous êtes un membre issu de cette grandes famille. Je serais heureux de pouvoir partager avec vous certaines de mes recherches, mais recherches remontent bien avant el hidjra de notre prophète slws, j'ai même en ma possession l'arbre génialogique ADNAN II ème siècle! je serais à votre écoute et échanges encore plus sur le nom Lahmar ou Al ahmar!=====)) qui n'est autre que El Himer? aussi! au fait avez vous l'arbre des Al Ahmar de Royaume de Grenade (Ghar nata) Andalousie? moi si?
Répondre
Réponse de nouass
Le 13/01/2011 à 21h44
[ ! ]
Le nom de cette famille remonte très loin seulement l'origine est l'Arabie lors de la conquête de l'Andalousie et des leurs retour ils se sont éparpillés a travers le Maroc l'Algérie,la Tunisie et Mauritanie d'autres sont restés sur place en Syrie et au yeman le nom d'origine de tribu est bani el ahmer ayant subi une mutation a travers les temps pour devenir al ahmar puis lahmar et lahmer avec la différence d'un E après le M cela est du probablement a la traduction de l'arabe phonétique au français VOILA CE QUE JE POSSÈDE COMME INFORMATION MERCI je suis un LAHMAR d'Algérie et je connais en Tunisie au Maroc et j'entends de leurs existence au moyen orient
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 02/02/2011 à 17h06
[ ! ]
Histoire d'al-Andalus Al-Andalus III: Le Sultanat de Grenade (1232-1492) BULLETIN N ° 53 -08/2006 R.H. Shamsuddin Elia Et un résumé de l'Alhambra Arjona est une commune appartenant à la province andalouse de Jaén, dans la région de l'Andalousie. La vieille ville est située à 45 km au nord-ouest de la capitale provinciale et ses origines remontent à l'époque romaine. En 1232/629 résidents Arjona proclamé sultan Muhammad Ibn Yusuf Ibn Nasr, connu sous le nom d'al-Ahmar (le Rouge "). Voilà comment a commencé la dynastie des Banu Nasr ou Nasri, qui castillanisation Nazari, également appelée Banou l-Ahmar (Sommaire 23 sultans entre 1232-1492). Depuis cette époque, Mahomet je étendre son autorité à Jaen, Porcuna, puis Guadix et Baza, profitant de circonstances négatives pour les musulmans, comme la conquête de Cordoue par Ferdinand III, et le mécontentement croissant contre Ibn Hud (l'un des rois Taïfa qui avaient saisi une grande partie de al-Andalus au sud de la baisse du pouvoir almohade. La mise à mort d'Ibn Hud à Almeria (1238) élèvent finalement lui le chef des dirigeants d'al-Andalus. En 1237/1238 commence Les travaux de construction sur l'Alhambra de Grenade. Avec la dynastie Nasri fermement établi à la Grenade, la chute progressive des différents territoires de l'Est et du Sud de domaines Andalus musulmane se réduire à une bande de Tarifa à l'ouest au-delà de Almería à l'est, et de la mer Méditerranée dans les montagnes de Grenade, dans le nord. Dans ce territoire les musulmans de Grenade ont été maintenus pendant 280 ans, et a formé le gouvernement plus harmonieux et durable dans l'histoire de l'islam, en gardant à l'esprit que ce sultanat ne devint jamais un empire comme l'Empire ottoman (1299-1922) ou le Mogul ( 1526-1858), et qu'il vivait un exemplaire de toutes les écoles de pensée, de sunnites et chiites, avec des Juifs monothéistes et leurs frères chrétiens. Contribué à cette persistance de la constitution idiosyncrasique morale et physique et de Grenade, et les technologies militaires bien et militaires, ainsi que l'allié posés crêtes orographiques sous-Béticas et des problèmes internes des chrétiens. Le Royaume de Grenade se caractérise aussi à cause de l'architecture que nous avons reçu militaire et le palais (Alhambra et Generalife), et une foule d'Artit riches et des démonstrations scientifiques, sans précédent dans l'histoire islamique, avant et après. Merci pour le travail des historiens musulmans de cette période, surtout celle d'Ibn al-Khatib, nous avons reçu beaucoup de nouvelles qui permettent la reconstruction tout à fait acceptable de l'histoire du sultanat de Grenade et même plus tôt les étapes de al-Andalus. CHRONOLOGIE GRANADINA Muhammad j'avais participé en tant que témoin passif de la victoire de l'armée castillane dans le sud d'al-Andalus. Un an après la chute de Séville en 1249, les dernières îles musulmans avaient reconnu la souveraineté de Saint-Ferdinand (1201-1252), roi de Castille et Leon (canonisé en 1671). En 1260, son fils Alfonso X le Sage (1221-1284), annexé Cadix. Saisis en 1261 à Jerez. Brouillards capitulé en 1262. En 1264, Muhammad j'ai repris les hostilités contre Alfonso X, en essayant de ne pas subir le même sort que les régulateurs dans le soi-disant troisième Taïfa ", son coreligionnaires. Il s'allia avec le Marini dynastie ou Banu Marin (1258-1465) qui a alors supplanté les Almohades au Maroc. Cette même année, ou Mérinides benimerines guerriers venu d'Al-Andalus, afin de participer au jihad (guerre de défense pour préserver le territoire musulman ") contre la Castille. Le mudéjar, à savoir les Musulmans qui sont restés dans les pays chrétiens, se sont rebellés contre Alfonso X de 1264 à 1266 les régions de Jerez et de Murcie. Muhammad Ier alliées avec eux. À Jerez, Utrera et Lebrija, la population musulmane a reconnu sa souveraineté. La révolte des Ashqilula Banu, les proches parents du sultan de Grenade et de Guadix et les gouverneurs de Malaga, a eu lieu précisément au moment où les armées chrétiennes ont été victorieux. Pour la même raison, le Ashqilula Banu ensuite offert leur allégeance à Alfonso X, qui était en guerre avec le sultan de Grenade. Au début de 1273, après son retour d'une expédition militaire punitive à la périphérie de Grenade, Muhammad j'ai eu une chute fatale. Et sa vie a été éteint pendant la prière du soir sur Janvier 22, 1273. A trente-huit ans, Muhammad II est arrivé au pouvoir au milieu de maturité politique. En Juillet de 1273 a réussi à arracher le Banu Ashqilula Antequera. En 1274, il envoya une ambassade auprès du sultan de Grenade Marini d'appeler un djihad d'Al-Andalus contre Alphonse X. Entre 1275 et 1277 les troupes castillanes Mérinides infligé deux défaites écrasantes, l'un à Ecija, un autre sur la périphérie de Séville. Benimerines contre Grenade et la Castille Mais, paradoxalement, Alfonso X de Castille fait un accord avec la Marini Sultan Abu Yusuf (G. 1258-1286) et le Ashqilula Banu, et leurs troupes combinées ont attaqué la Grenade sur deux fronts entre 12 Mai, 1280 et le 22 avril 1281. Au nord, le second fils d'Alfonso X, Sancho, a subi une défaite devant les murs de Grenade (Juin 24, 1280). La deuxième attaque a été dirigée par Alphonse lui-même, soutenue par la Ashqilula Bau, mais Muhammad II a réussi à repousser les envahisseurs. Pendant ce temps Marini facturé à l'avance comme convenu avec le roi de Castille et arraché la Ronda Granada. Plus tôt 1288/678, pour des raisons qui demeurent obscures, Ashqilula Banu Sultan laissé ses biens à Nasri et a émigré au Maroc avec ses guerriers et leur famille. En 1295, la conquête militaire nasri Quesada (à l'est de Jaén) pour les Espagnols et les expulse en 1300 Alcaudete (sud-ouest de Jaén). Muhammad II mourut en 1302. Après le long règne de Muhammad Muhammad I et II, le règne de Muhammad III ne devait durer que sept ans. En 1305, ils ont construit la mosquée de l'Alhambra. Cette même année, la paix Muhammad III concertée avec Ferdinand IV de Castille (1285-1312) et James II d'Aragon (1267-1327). Toutefois, en 1308, à Alcala de Henares a signé un traité d'alliance entre la Castille et d'Aragon offensive contre la Grenade. En 1309, Muhammad III est contraint d'abdiquer sur Mars 14 en faveur de son frère Nasr I. Pendant ce temps, le castillan et aragonais assiégèrent Almeria et Algésiras et Ceuta, Grenade possession depuis 1306, a été repris par le Marini. Au début de Septembre, les Espagnols ont pris au sujet de Gibraltar. En 1310, le castillan-aragonais coalition a été contraint de lever le siège d'Almeria et de retraite. En 1312, les Espagnols conquis Alcaudete. Face à une série de revers militaires au début Mars 1314, le peuple de Albaicín rebellé contre l'autorité du sultan et proclamé son cousin, le prince Abu al-Walid nouveau monarque. Cela a pris ses fonctions avec le nom d'Ismail I. Avec emphase, le nouveau sultan mettre immédiatement les frontières du royaume en état de défense afin d'être préparé avant la menace d'invasion chrétienne. En 1316, les musulmans 716/abril-mayo Safar vaincu les Castillans à proximité de Guadix. Cette même année, le gouverneur de Ceuta'Azafí ibn Yahya al-proclamé son indépendance de l'Amer Beni et a aidé les marins Grenade, qui a réussi à vaincre les Espagnols dans les eaux du détroit. Ils ont menacé a réussi à entrer à Gibraltar et dans sa banlieue. La bataille de la Vega Mais il s'est vite repris l'offensive contre Grenade. Nourrissons Don Pedro et Don Juan, co-administrateur d'Alphonse XI (1311-1350), a réussi à rassembler une croix et est arrivé à la Vega de Granada brûlant et détruisant tout sur son passage. La bataille décisive eut lieu le 26 Juin 1319, se terminant en faveur des troupes d'Ismaïl moi qui avait l'appui des troupes Marini. Les deux enfants sont décédés dans la mêlée. La bataille de Castilla la Vega privés de leurs gouverneurs et a marqué un recul majeur de la société dite du "Reconquista". Ismail J'ai ensuite repris Baza Huescar Galera et Orce (attenant à la région de Murcie). De retour à la Grenade après une expédition qui avait libéré la ville de Martos (à mi-chemin d'Arjona et Alcala) de la règle castillan, a eu une altercation avec son cousin, le gouverneur d'Algésiras, Muhammad Ibn Ismail qui, pour venger , le tuant, le 27 Rajab 725 / 6 Juillet 1325, à Alhambra. Le nouveau souverain Mohammed IV en raison de leur jeune âge ne pouvaient plus remplir leurs fonctions dans les premières années. Le Marini, Grenade et les milices soutenues par les navires génois, Gibraltar 733/1333 récupéré après un siège de cinq mois. Cependant, la faction des Banu-l'ulâ, mécontents de l'alliance du sultan de Grenade avec benimerines ourdi un complot qui a conduit à l'assassinat de Mohammed IV, le 13 Dhul-Hijja 733/25 août de 1333. Yusuf Je n'avais que quinze ans quand il a adhéré. Régnerait plus de vingt ans (1333-1354). Imposées par la dignité qui émanait de la personnalité princière, l'intelligence et la perspicacité a conduit à devenir plus difficile avec l'ISO de fortune. Tel est le portrait de vizir du sultan a préparé son avenir, l'esprit universel, Ibn al-Khatib. Pendant son règne, la grenade était rarement en paix avec leurs voisins chrétiens. Depuis 1337, Castilla et benimerines se préparaient à la guerre sur la forteresse de Gibraltar. La confrontation navale précédé les combats terrestres. Le Marini escadron, avec le renforcement de seize navires qui a envoyé la dynastie Hafshíes de la Tunisie (1228-1569), entré dans les eaux d'Algésiras, et en déroute une flotte de l'amiral de Castille Alphonse Jofre Tenorio en avril 1340. La bataille de Salado Zénètes cavaliers berbères de la "moudjahidin combattants de la foi», al-Andalus a atteint en Juin 1340, à la demande du sultan Yusuf I Marini Abu al-Hasan (G. 1331-1351), pour faire le siège de Tarifa. Alfonso XI était alors allié avec son père, le roi du Portugal Alphonse IV. Le grand choc a eu lieu sur les rives du Salado, le 7 Joumada I 741/30 Octobre 1340. Les chrétiens ont remporté une écrasante victoire sur les troupes de Yusuf et Aboul-Hassan. Plusieurs dignitaires ont été tués pendant le voyage de Grenade à Tarifa. Ibn al-Khatib, qui a perdu son frère et son père pendant la bataille, a déclaré la défaite musulmane par l'intervention des forces de réserve de Castille qui a facilité l'entrée de la chevalerie chrétienne dans la ville. Après la catastrophe de Tarifa, Yusuf I se hâta de retourner à Grenade, tandis que Abu al-Hasan se réfugia à Algeciras, d'où il passa au Maroc. Alfonso XI, avec la victoire du Salado, a finalement été transporté à l'Marini Péninsule. Le roi de Castille prend immédiatement le relais de Alcala la Real, Priego et Benemijí; site à Algeciras puis mettez le 3 août en 1342. Algeciras Alfonso XI donnait le 12 Dhul-Qa'da 744/27 Mars 1344, après deux ans de résistance. The Black Death sauve Gibraltar Alfonso XI attaqués Gibraltar (qui avait perdu 14 ans plus tôt) en 1349. De fréquentes escarmouches ont combattu les musulmans et les chrétiens. Mais l'épidémie de peste noire qui étaient arrivés en Espagne de 1348 a fait des ravages dans le camp chrétien et tué 751/marzo Alphonse XI en 1350. Les Espagnols étaient de lever le siège et le séjour à Gibraltar atteint dans l'islam pour cent et douze ans. En interne, les monuments de Grenade portent encore l'empreinte de la splendeur du règne de Yusuf I. En 1348, il bâtit la porte monumentale de l'Alhambra appelée Porte de la justice et une grande partie du palais royal d'échevins travaux ont été entrepris en milieu urbain Yusufiyya madrasa, ou école religieuse qui porte son nom, a été fondée en 1349. Au printemps de 1347, le Sultan Yusuf j'ai entrepris une tournée d'inspection des frontières orientales de l'Nasri émirat. Ibn al-Khatib a décrit Australie, il a été entre les villes traversées Guadix, Baza, Purchena et Vera. Ensuite, le garde du corps royal est allé à Almeria et, à travers Pendentif, Marchena et des finances, il est retourné à Grenade. Yusuf J'ai essayé en vain de mettre en oeuvre la solidarité avec le monde islamique en général. Il était allé, par exemple, Imaduddín Bahri sultan mamelouk al-Salih Ismail (1342-1345 g.) à mendier pour son soutien dans la lutte contre les Espagnols. Mais leurs efforts n'ont pas été couronnés de succès. Sous le prétexte de la nécessité de défendre ses frontières menacées par les chrétiens (pas de preuve d'une telle menace), le souverain mamelouk au Caire a refusé d'envoyer une expédition de secours et se contente de faire un appel pour la victoire à Grenade. Visitez Ibn Battuta's En 1351 sont arrivés à Gibraltar à Tanger voyageur infatigable Ibn Battuta (1304-1377). Ce sont là quelques notes de son Rihla (livre Voyage): «De Gibraltar Je suis allé à la ville de Ronda, que parmi les bastions de l'Islam est l'une des usines les mieux placés et défendu ... A Malaga, l'or magnifique céramique qui prend la plupart des pays éloignés. Sa mosquée a une portée immense et est réputé pour Barak. N patio similaire à cette mosquée, à l'orange énorme ... De là, j'ai déménagé à Velez, qui a vingt-quatre miles. Ceci est une belle ville, avec une mosquée de mauvais augure. Sur le site il ya des raisins, des figues et de fruits à Malaga. Nous Voyage à Alhama, une petite ville qui a une mosquée qui se trouvait à merveille et bien construit. Burgas il existe peu d'eau chaude de ses berges, un mile away, plus ou moins, le village, avec des chambres séparées pour le bain, les hommes et les femmes. Ensuite continuer vers Grenade, capitale de Al-Andalus, la petite amie de leurs villes. Ses alentours sont sans égal parmi les régions de la terre entière, couvrant une superficie de quarante miles, traversé par la fameuse rivière Genil et beaucoup plus de canaux. Les vergers, les jardins, les pâturages, fermes et vignobles embrasser la ville de tous les côtés ... "(Ibn Battuta: A travers l'Islam, Londres, Penguin, 1988, pp. 761-763). Le jour de la fête de la rupture du jeûne du Ramadan (le premier de Shawwal 755/19 Octobre 1354), Yusuf I a été poignardé dans la Grande Mosquée de Grenade par un fou qui faisait partie de son ménage. Le premier règne de Mohammed V, l'alliance avec Pedro I et la crise dynastique Le fils aîné de Yusuf I, Mohammed V est monté sur le trône à seize ans. Il confie le pouvoir de l'ancien ministre de son père, Ridwan, qui était également le commandement de l'armée-Andalus. L'érudit Ibn al-Khatib a occupé le poste de vizir et personnellement connaissance avec ce titre et a servi Mohammed V. Il a fait un portrait élogieux du souverain, beau visage, sérieuse et douce à la fois. La modération de son caractère, la fermeté de sa foi et sa générosité lui valent la confiance et l'affection de l'aristocratie. Caractère modeste, Muhammad utilisé pour faire de l'équitation sans l'entourage dans les rues de la capitale. Ainsi, les vertus civiques et religieux ont été appréciés par le peuple de la Grenade. Le royaume puis Nasri a atteint son plus haut degré de prospérité et de prospérité qui ont vanté les musulmans chroniques. Par régnait alors à Séville Pedro I (1334-1369), roi de Castille et Léon (1350-1369), fils d'Alphonse XI et de Marie de Portugal. Cette règle a toujours eu un penchant pour la culture musulmane et les coutumes. Par exemple, ne rétablit l'Alcazar de Séville pour les architectes et les artisans maures, qui a fini par être son propre palais à partir de 1353. En 1358, l'Aragon et de Castille reprise d'un conflit qui avait éclaté entre les deux royaumes en 1356. Mohammed V, comme un vassal fidèle de Castille sous le traité de 1354, puis aligné à côté de Pedro I, qui a probablement été appelé "le Cruel" par leurs sympathies et des alliances avec les musulmans de Grenade. Nous préférons appeler «le Juste» comme le font les historiens les plus objectifs. Le sultan alors envoyé trois galères nasri bien équipée à la Castille, en attirant et a contrarié les Cérémonieux Pedro IV (1319 -1387), roi d'Aragon (1336-1387). Bases navales Nasri, notamment Malaga, ont été mis à la disposition des unités de la flotte castillane ancré là-bas. Par terre, Muhamamd V voulu monter une opération en faveur de Pedro I: Messieurs Grenade s'apprêtaient à se rendre sur le territoire de Murcie pour attaquer la frontière sud des États de la Couronne d'Aragon. Mais le Sultan Nasri ne pourrait pas réaliser ses projets a été détrôné le 28 ramadan 760/21 août 1359. Le complot avait été ourdi par deux princes Nasri: le frère de Mohammed V, Ismail, et le frère et le cousin, le raïs Abu Abdallah Muhammad qui a une ambition dévorante. Poussé par la mère intrigante d'Ismaïl, Mariam, une centaine de conjurés escaladé les murs de l'Alhambra la nuit, a surpris le gardien et la lueur des torches, courut à la résidence du Ministre des Ridwan et le tua. Sultan Ismail a été proclamée dans le palais de l'Alhambra et Mohammed V, qui était près du Generalife, ont réussi à fuir à cheval, arrivant le lendemain matin à Guadix, dont la citadelle fut le serment d'allégeance à la population de la ville, merci le chef de la "Combattants de la Foi» Badruddin Ali Ibn Musa Rahhu. Un partisan du souverain légitime, Pedro I de Castille, qui était alors engagé dans la lutte contre Henry II de (1333-1379) Castille, fils illégitime d'Alphonse XI, soutenue par Pierre de la cérémonie, se trouve incapable d'aider son vassal. Pendant ce temps, Mohammed V avait demandé l'asile à la cour Marini de Fès. L'usurpateur règne fut de courte durée Ismail II. Ibn al-Khatib a présenté le duc avec un mépris sans personnalité, corpulent, grossier et incompétent. Indolent et efféminés, se trouvait avec ses tresses de cheveux entremêlés parmi lesquels des fils de soie. Il ne fallut pas longtemps avant l'arraez Abdallah Abu et n'a pas tué son frère et ses vizirs (le 8 Chaâbane 761/28 Juin 1360) et a pris ses fonctions avec le nom de Mohammed VI. Le nouvel usurpateur également rapidement suscité l'hostilité de l'aristocratie et le peuple de la Grenade, ils sont venus à détester l'homme nerveux, souffrant de tics, de mœurs dissolues, qui manifestement, porté négligée, était à pied, avec tête nue dans les rues de sa capitale, vêtu de vêtements élimés et usés. Comme si tout cela ne suffisait pas, Mohammed VI a interagi avec l'ennemi Pedro IV d'Aragon et les ambassades ont été échangés entre Grenade et Barcelone. Mais, Dieu merci, tout a été fait rapidement après un moment. Pedro I le Juste Trastámara défait les Aragonais et sur la bataille de Najera et a émergé comme le champion des droits de Mohammed V. Au mois de Joumada I 763/febrero de 1362, Pedro I et Mohammed V, la tête de leurs armées, se sont réunis à Castro del Río (Qasara) et avancé à marche forcée vers Grenade. Mohammed VI a fui et, peu après, a été tué par des soldats de Pedro I dans les champs de table, non loin de Sevilla, 2 Rajab 763/25 avril 1362. Mohammed V monte sur le trône une seconde fois le 20 Joumada II 763/16 Mars 1362. Sans difficulté régnera jusqu'à sa mort en 1391.Muhammad V Pedro I a rendu la pareille dès dispensé avec une grande générosité. Par exemple, en 1363, envoya six cents cavaliers de Grenade, dirigé par Faraj ibn Ridwan, fils du ministre de mur lors du coup de 1359, qui ont participé à la campagne contre les Teruel aragonais. Mais en 1369, Henry Trastámara réussi à recruter une armée nombreuse et Pedro I défait à la bataille de Montiel, Getting It assassiner le 22 Mars de cette année. Toutefois, la politique prudente de Mohammed V éviter les frictions avec le nouveau roi de Castille et d'Aragon alliés, et les frontières de Grenade est demeurée calme. Sur le plan intérieur, plusieurs faits ont transformé la politique de la cour de Grenade. En 1362, l'historien tunisien Ibn Khaldun (1332-1406) est arrivé à Grenade, où il fut reçu très cordialement par Muhamamd V et son vizir Ibn al-Khatib, qui lui donna l'emploi au tribunal nasri et même commandé une mission diplomatique à la cour de Pedro I le Juste. Mais Ibn-Khaldoun, après un temps, a préféré revenir à la Tunisie d'accepter le poste de Hajib (Chamberlain) de Hafshíes. En 1371, la faveur de Ibn al-Khatib a diminué progressivement dans l'Alhambra. Le détecteur de mensonges prestigieux et vizir de Mohammed V souffert de la calomnie de Movers and Shakers et envieux comme le poète Ibn Zamrak (1333-1393) qui ont fini par convaincre que le sultan Ibn al-Khatib a été un hérétique et un agent qui aspire à Marini la conquête du trône. Ibn al-Khatib, à ces pressions et les fausses accusations, il a été contraint d'abandonner al-Andalus et se réfugier dans la cour de Fès où il est mort étouffé Marini quatre ans plus tard, à l'instigation des émissaires de Mohammed V. En tant que Yusuf I, Mohammed V a envoyé une ambassade à Joumada I 765 / Février 5, 1364 à al-Bahri sultan mamelouk Asraf Nasiruddin Shaban (G. 1363-1377) pour le féliciter pour avoir refusé une attaque contre les chrétiens d'Alexandrie. Les envoyés retourné à Egyptiens Grenade Andalus deux mille dinars, mais pas prévu aucune aide efficace du sultan du Caire pour aller au bâton pour Grenade. Les Mamelouks d'Egypte avait signé avec les tribunaux d'Aragon et de Castille plusieurs accords commerciaux depuis la seconde moitié du XIIIe siècle et sa politique étrangère a toujours été très pragmatique et très sectaire. Quand Mohammed V mourut le 10 Safar 793 / 16 Janvier 1391, l'Hispano-musulman la civilisation était à son comble. L'Islam d'al-Andalus de 1354 à 1391 atteint une splendeur magnifique. Dans la forteresse de l'Alhambra ont construit des chambres qui faisaient la gloire de l'art Nasri. L'aîné des Muhamamd V, Abul-Hajjaj Yusuf Yusuf II prenne le relais dès régna jusqu'à sa mort prématurée le 16 Dhul-Qa'da de 794 / 3 Octobre 1392. Le nouveau sultan Mohammed VII fatigué des intrigues et l'arrogance d'Ibn Zamrak, le vizir, qui avait supplanté le poète Ibn al-Khatib, après avoir fui au Maroc, et ne les tuait une nuit d'été en 1393. Le Maître de l'Ordre d'Alcantara, Martin-Barbuda Yanez d'un ermite qui avait prédit une victoire éclatante et est considérée comme une croisade pour détruire à la grenade une fois pour toutes, Alcantara quitté le front de trois cents lances et quelques milliers marcher indisciplinés. Il avait à peine franchi la frontière le 26 Avril, 1396, quand il a subi une terrible défaite en raison des archers et des arbalétriers Grenade. Le Maître de l'Ordre d'Alcantara est mort pendant la bataille. La prise de Antequera Muhammad VII meurt le 16 Dhul-Hijja 810/13 de Mai 1408. Il fut remplacé par son frère qui prit le titre de Yusuf III. Ferdinand II de (1379 -1416) Castille, roi de (1412-1416) Aragon, régent de John II de Castille (1405-1454), a commencé le siège de Antequera, le 26 avril 1410. Une lutte très durs ont lieu entre la Castille et Grenade pendant quatre mois. Les Espagnols ont utilisé l'artillerie et des machines de guerre, mais leurs tours de combat ont été brûlées par les forces de nasri le 27 Juin. Le 25 Septembre l'arrivée des Espagnols à Antequera et il agitait les bannières de Santiago et de San Isidoro. The Chronicle of John II rapporte que, le 1er Octobre que l'infant Ferdinand a ordonné de bénir la mosquée des Maures qui était à l'intérieur du château ... et le mettre le nom de San Salvador. On ne peut sous-estimer l'importance d'Antequera victoire castillane, le premier dans le sol andalou depuis la bataille de Tarifa en 1340. La Fernando Infante avait révélé la vulnérabilité du Royaume-Nasri. La guerre civile La situation intérieure du sultanat de Grenade est devenue précaire de la date de Novembre 1417, 9 de la mort de Yusuf III. Il a été remplacé par son fils aîné, un garçon de huit ans, Muhammad VIII. Le castillan chroniques affirment que le véritable pouvoir appartient à vizir du roi défunt, Ali al-Amin. Une famille arabe, le sarray Banu, que la légende serait connu sous le nom de Abencerrajes, a commencé à jouer un rôle dans la vie politique du royaume Nasri. La guerre civile de 1419 pose d'aller à saigner et finalement la ruine Nasri sultanat. Longue série de conspirations, d'intrigues et d'assassinats ont été d'affaiblir le pouvoir royal. La lecture historique correcte, malgré la falsification et les représentations des chroniques espagnoles, indique que le clan Abencerrajes essayé désespérément de faire face à la double menace posée par les chrétiens, d'une part, et le traître du clan ou Bannigan Venegas, d'autre part. Les chefs Abencerrajes l'exercice du commandement militaire de Guadix et Illora se révoltèrent contre l'autorité du vizir Ali al Amin et a imposé comme un candidat pour le trône de Grenade, un petit-fils de Mohammed V Mohammed IX. Muhammad VIII, fortement soutenu par ses partisans était dirigée Ridwan Bannigan, temporairement triomphé rival. Mais le chef Yusuf Ibn al-sarray réussi à rétablir Muhammad Muhammad IX et VIII a été emprisonné dans la forteresse de Salobrena à la fin de 1429. C'est lorsque John II et son favori, le connétable Alvaro de Luna a alors décidé de reprendre la lutte contre la Grenade et de poursuivre la politique de Fernando de Antequera. En une nuit orageuse 12 Mars 1431, les hommes du maréchal Pedro Garcia de Herrera, qui commandait dans la région de Jerez, dirigée par des espions, prit d'assaut Jimena de la Frontera, une importante ville fortifiée située à environ une soixantaine de miles Gibraltar et les musulmans volé un riche butin. IX Muhammad a alors ordonné de tuer son rival, Muhammad VIII en prison Salobreña à la fin de Mars 1431, afin d'éviter toute forme de subversion de l'Bannigan. La bataille de Higueruela Au printemps de 1431, il a répété l'offensive castillane initié par le connétable Alvaro de Luna, qui, à la tête d'un corps d'armée entra par Alcala la Real dans la Vega de Grenade qui a frappé en Mai. Il prend sa retraite et est ensuite retourné à Ecija Antequera comme de nouvelles troupes ont été recrutés à Cordoue. Dans la deuxième semaine de Mai 1431, le castillan galères patrouille n'a pas empêché le Estreho de Gibraltar afin de prévenir tout secours sont arrivés d'Afrique du sultan de Grenade. D'ici là, Ridwan Bannigan quitté secrètement Grenade en compagnie de quelques disciples et vint à Cordoue à proposer au roi de Castille installé sur le trône d'un prince nasri Grenade, Ibn al-Mawla, petit-fils de l'usurpateur Muhamamd VI qu'il avait été tué par Pedro I en 1362. John II, qui était seulement intéressé à diviser les princes Nasri n'a pas hésité à soutenir que prétendant qui apparaît dans les dossiers sous le nom castillan Abenalmao. Profitant de ce contexte favorable, le roi de Castille gauche Cordoue le Juin 13, entré dans le royaume de Grenade, les 25 et pillé la campagne près de Moclín. Yusuf Ibn Mawla, son frère Ridwan Bannigan et sept de ses partisans se rendit au camp castillan et ont prêté le serment d'allégeance à John II. Le 1 Juillet, 1431 musulmans ont été battus et poursuivis jusqu'aux portes de Grenade. Les Espagnols ont reculé devant l'attraction forte des arbalétriers qui revendique la défense de la ville. Cependant, cette bataille appelé le Higueruela par un figuier qui se trouvait dans ces lieux, parfois appelé la bataille de l'Elvira de la Sierra, n'avait que peu d'importance stratégique. Cet épisode de la guerre frontalière, riche d'exploits, a fortement stimulé l'imagination des gentilshommes chrétiens qui savent peu ou rien sur la riche culture et la civilisation de Grenade Nasri. Liés à la satisfaction était avec les chroniqueurs castillans du XVe siècle et fait l'objet du roman célèbre anonyme Abenamar nous apportons ci-dessous: Abenamar, Abenamar, le Maure maure! Quelles sont les châteaux? Altos sont et brillaient! "L'Alhambra fut, monsieur, et l'autre de la mosquée; Alijares les autres, travaillé à la perfection. Le musulman qui travaillait, gagnant un cent fois par jour. L'autre était Granada, Granada anobli. Parmi les nombreux grands chevaliers et des archers. Il parle le roi Don Juan, ou vous pourrez entendre ce qu'il a dit: Granada, si vous voulez, vous me marier; Je me donne un gage et une dot, à Cordoue et Séville. "Je suis marié, le roi Jean, married'm pas veuve. Le Maure qui me tient à mon très grand bien que je voulais. John II a été incapable de capitaliser sur sa victoire. Après environ huit jours après le pillage de la campagne autour de Grenade, dans le Conseil Royal a décidé de se retirer parce que le différend avait éclaté entre les Castillans et parce qu'il n'y avait pas d'argent pour payer le salaire des bannières et des maigres dispositions. Ce moment d'inquiétude a été utilisé par les Espagnols et leurs alliés Bannigan d'introniser un docile souverain. Montefrío se révoltèrent en faveur du prétendant Ibn Yusuf al-Mawla. Le gouverneur militaire de l'Andalousie, Diego Gomez de Ribera, le Maître de Calatrava, don Luis de Guzman a apporté un soutien précieux. Ses agents intrigué à divers endroits à l'automne 1431: Cambil, Illora Casarabonela, Turon, gravez et El Castellar reconnu l'autorité d'Ibn al-Mawla. Le 3 Décembre, a été prise par un détachement de Loja, Granada, commandée par les fidèles à Abelnamao Bannigan et soutenue par les Espagnols. El jefe del clan abencerraje Yusuf Ibn al-Sarraÿ pereció en el combate. El pretendiente conquistó Iznajar y Archidona. Muhammad IX al-Aysar ("El Zurdo") decidió abandonar Granada donde la revuelta se hacía oir en el populoso barrio del Albaicín como consecuencia de la falta de víveres. Huyó de noche y se refugió en Almería con una escolta de ciento cincuenta hombres. Ridwán Bannigas y sus seiscientos jinetes vencieron a los no numerosos partidarios de El Zurdo que trataban de cortarles el paso y luego ocuparon Granada y la Alhambra. Yusuf IV Abelnamao fue proclamado sultán el primero de enero de 1432. Pero Muhammad IX no se dio por vencido. Desde Almería acudió a Málaga, cuya población le era favorable. Gibraltar, Ronda y Setenil lo reconocieron como soberano; en la misma Granada tenía partidarios, pues Yusuf IV se había hecho odiar por los habitantes a causa de su sumisión a Castilla. En febrero de 1432, el lugarteniente de al-Aysar, el príncipe nasrí Muhamamd al-Afnah ("El Cojo") se hizo abrir las puertas de Granada por los fieles de Muhammad IX. Yusuf IV resistía aun con algunos partidarios en la Alhambra y una parte del Albaicín. Recurrió a su señor Juan II, pero las tropas castellanas fueron rechazadas por El Cojo en la Vega, en el mismo lugar donde se había librado la batalla de la Higueruela. Finalmente, Yusuf IV se rindió y fue entregado a Muhammad IX quien lo hizo ejecutar en abril de 1432. Muhammad IX al-Aysar volvió a ser sultán de los granadinos. En 1445 la guerra civil estalló de nuevo en el reino de Granada, propiciada por las intrigas de los Bannigas y sus patrones castellanos. Dos sultanes se suceden, Yusuf V y Muhammad X El Cojo. A finales de 1447 vuelve Muhammad IX que subía así al trono por cuarta vez. A finales de 1453 o principios de 1454 Muhammad XI El Chiquito sucedió a Muhammad IX. Pero los abencerrajes le opusieron un candidato, Abu Nasr Sa'd, a quien las crónicas castellanas llaman Ciriza (deformación de Sidi Sa’d) o Muley Zad. En Castilla, Alvaro de Luna había perecido en el cadalso de Valladolid en abril de 1453. Juan II murió el 22 de julio de 1454. La reanudación de la ofensiva contra el reino nasrí de Granada incumbía a partir de entonces a Enrique IV (1425-1474), hijo y sucesor de Juan II. En la primavera del año 1455 tres reyes se repartían el poder en el reino nasrí: Muhammad XI El Chiquito mandaba en Granada, Málaga, Guadix y Almería; Sa’d residía en Archidona y la guarnición africana de Ronda le obedecía. Sin embargo, los castillos de Illora y de Moclín y la importante posición estratégica de Gibraltar seguían fieles a Muhammad IX El Zurdo. La caída de Gibraltar Como sus predecesores, Enrique IV de Castilla trató de atacar Granada aprovechándose de las luchas intestinas del reino. Las Cortes de Cuéllar le concedieron importantes subsidios en marzo de 1455. Una bula del papa Calixto III (1455-1458) —el español Alonso de Borja (1378-1458), en italiano Alfonso de Borgia—, le aportó la ayuda financiera de Roma. El príncipe heredero de Granada, Abu l-Hasan Alí, el 11 de abril de 1462, venció a Luis de Pernia, gobernador de Osuna, y Rodrigo Ponce de León, hijo del conde de Arcos, en la batalla de Madroño. El 16 de agosto el duque de Medina Sidonia don Juan de Guzmán y el conde de Arcos tomaron Gibraltar gracias a la traición de un musulmán convertido al cristianismo. La fortaleza de Archidona cayó el 30 de septiembre en manos de don Pedro Jirón, maestre de la Orden de calatrava, y de sus jinetes. En Granada, Sa’d intentó liberarse de la tutela abencerraje. En 1462 hizo asesinar a dos de los miembros más poderosos de los Banu Sarraÿ: Yusuf y Mafarriÿ que era su propio visir. Muhammad y Alí Ibn al-Sarraÿ huyeron a Málaga y levantaron contra Sa’d a Yusuf V que volvió a recuperar el trono. Pero Yusuf V moriría a finales del año 1463, mientras que Sa’d recuperaba el poder. En agosto de 1464 Sa’d fue derribado por su hijo Abu l-Hasan Alí, aliado de los abencerrajes. El aislamiento de Granada El erudito granadino Ibn Hudayl (vivió en la segunda mitad del siglo XIV), autor de un tratado de Ÿihad, escribía a finales del siglo XIV que al-Ándalus estaba aprisionado «entre un océano impetuoso y un enemigo con unos armamentos terribles y que uno y otro oprimen a sus habitantes día y noche» (cfr. Ibn Hudayl: Gala de caballeros, blasón de paladines, trad, cast, y comentarios de la profesora María Jesús Viguera Molíns de la Universidad Complutense de Madrid, Editora Nacional, Madrid, 1975). En el siglo XIV los sultanes de Granada se dirigieron a sus hermanos de Oriente con la esperanza de estos últimos enviaran una expedición de socorro a los musulmanes de España. Dos misivas nasríes han sido halladas por el investigador inglés G. S. Colin en la Biblioteca Nacional de París —véase G. S. Colin: Contribution à l'etude des relations diplomatiques entre les Musulmans d'Occident et l' Egypte au XVe siècle, Mémoires de l'Institut français d'Archéologie Orientale, El Cairo, 1935, tomo 68, págs. 197-206. En la primera, redactada en la Alhambra el 13 de Ÿumada I de 845/29 de septiembre de 1441, Muhammad IX al-Aysar pide la asistencia del sultán mameluco burÿí en favor de los andalusíes sitiados y amenazados por los cristianos. El portador del mensaje, el mercader granadino Muhamamd al-Bunyulí y sus compañeros quedaron deslumbrados por el ceremonial de la corte mameluca. Pero el sultán Sa'id Ÿaqmaq al-Zahir (g. 1438-1453) rechazó la petición alegando la lejanía de la España musulmana y se limitó a entregarles dinero, armas y suntuosos presentes. La segunda carta lleva la fecha de Ÿumada I de 868/enero de 1464. Los cristianos habían tomado Gibraltar y Archidona. Ante la gravedad de la situación, el sultán nasrí Sa'd solicitaba una ayuda urgente por parte del sultán mameluco Jushqadam (g. 1461-1467). El burÿí respondió con indiferencias y evasivas. Los granadinos tampoco podían contar con sus hermanos magrebíes. Los mariníes de Marruecos se hallaban en lucha con sus tutores wattasíes, y los hafshíes de Túnez no les preocupaba al-Ándalus en absoluto. El reinado de Mulhacén Abu l-Hasan Alí, el Muley Hacén o Mulhacén de las crónicas medievales subió al trono de Granada en agosto de 1464. Los historiadores musulmanes y las crónicas castellanas denuncian la decadencia de Abu l-Hasan, que están de acuerdo en situar poco tiempo después de la grave inundación que se desencadenó en Granada el 12 de Muharram de 883/25 de abril de 1478. A partir de entonces el sultán se divertía en companía de cantoras y bailarinas. Las costumbres disolutas de Mulhacén están precisadas en los relatos musulmanes. Sa’ad había casado a su hijo Abu l-Hasan con la viuda de Muhammad XI, Fátima, hija de Muhammad IX El Zurdo. Con esta unión esperaba sin duda llegar a una reconciliación con las facciones granadinas. De Fátima, Abu l-Hasan había tenido dos hijos, Muhammad, el Boabdil de las crónicas castellanas, y Yusuf. Pero una cautiva cristiana, Isabel de Solís, llamada Turayya (Zoraya) a aprtir de su conversión al Islam, tomó tal ascendiente sobre el sultán que llegó a abandonar a su prima y legítima esposa (acerca de la personalidad de la madre de Boabdil, véase el punto de vista reciente de E. De Santiago Simón: Algo más sobre la sultana madre de Boabdil, Homenaje al prof. Darío Cabanelas Rodríguez, Granada, 1987, tomo I, págs. 491-496). Mientras tanto, un hecho trascendental había sucedido en los reinos cristianos del norte. En 1469 el enlace matrimonial entre Fernando, hijo y heredero del rey de Aragón Juan II, y la princesa Isabel de Castilla, hermana de Enrique IV, supuso el principio de la unidad de España. En 1474, tras la muerte de Enrique IV, Isabel fue proclama reina de Castilla en la iglesia de San Martín de Segovia. En 1481 el marqués de Cádiz, Rodrigo Ponce de León, que se había unido a Fernando e Isabel, salió de Arcos, organizó una expedición contra los habitantes de Ronda y les destruyó la torre llamada del Mercadillo. En vista de ello, los musulmanes de Ronda se lanzaron al asalto del castillo de Zahara del que se había apoderado el infante Fernando a principios del siglo XV poco antes de la campaña de Antequera. El 27 de diciembre de 1481, los destacamentos nasríes tomaron el castillo por sorpresa y mataron a numerosos cristianos, llevándose ciento cincuenta prisioneros a Ronda. Cincuenta jinetes y doscientos ballesteros aseguraron la guardia de Zahara y el abastecimiento de esta fortaleza fue cuidadosamente atendido. Esto produjo un profundo malestar en Castilla y marca el comienzo de la guerra contra Granada por parte de los Reyes Católicos, que se propusieron acabar con el último enclave musulmán en España. La conquista de Alhama El marqués de Cádiz buscó vengarse del revés de Zahara. En Marchena reunió dos mil quinientos jinetes y tres mil hombres a pie y conducidos por espías fronterizos, muchos de ellos renegados musulmanes, siguieron los senderos montañosos de la Sierra de Loja para burlar la vigilancia de los musulamnes. El 28 de febrero de 1482, al cabo de dos días de marcha, llegaron a Alhama al amanecer. Algunos hombres levantaron escaleras, mataron a los centinelas musulmanes, penetraron en la antemuralla, se introdujeron en la fortaleza y abrieron luego las puertas que daban acceso al campo. El marqués de Cádiz y el grueso de las tropas entraron así en Alhama donde los musulamnes, al darse cuenta de lo que ocurría, se defendieron encarnizadamente dentro del recinto, en las calles, en la mezquita mayor junto a la Puerta de Granada. El primero de marzo, Alhama fue saqueada por los castellanos que se hicieron con un rico botín. Luego se dedicaron a fortificar la plaza contra un eventual contraataque granadino. En efecto, Abu l-Hasan puso sitio a la ciudad cuatro días más tarde. El duque de Medina Sidonia y el conde de Cabra acudieron en ayuda del marqués y al cabo de un asedio de veinticinco días, los granadinos descorazonados, tuvieron que retirarse (29 de marzo de 1482). Para los nasríes, era vital recuperar Alhama que dominaba la ruta de Granada a Málaga y a Ronda. Pero todos sus intentos fueron frustrados. Esta desgracia musulmana fue narrada por el romancero anónimo del siglo XV con el título «La gran pérdida de Alhama»:
Référence(s) :
SOURCE GOOGLE
Répondre
Réponse anonyme
Le 29/05/2012 à 19h05
[ ! ]
Moi aussi je veux connaitre mes ancetres Lahmar ou Lahmer?Mon Grandpère n'est à Tunis et je croix aussi son pére mais je veux savoir excatement nous sommes de quel origine de la Tunisie beaucoup disent l'origine de la famille Lahmar de Sud d'autre disent de Sahil de le Tunisie d'autre disent de Nabeul d'autre disent de Kairoun s'il vous palis aider moi à connaitre mon origine et mes ancetres merci
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 30/05/2012 à 01h33
[ ! ]
Salam, En tout cas, je peux vous le confirmer le nom LAHMAR n'est autre que AL AHMAR, El H'imer ou Himer, ou encore LAHMER, Ben LAHMAR, AMMAR, AMAR, BENAMAR, BENAMEUR, ABENAMAR, LAHKMAR, LAKMAR, LAHMAR-CHERIF, ect...la transcription sur les registres de l'état civil en 1890 sous la gouvernance coloniale est due à la prononciation et surtout pour diviser la tribu de cette grande famille. Abû `Abd Allâh “az-Zughbî” Mohammed ben Abî al-Hasan `Alî[1] est le vingt-deuxième émir nasride de Grenade. Il est surnommé Az-Zughbî[2] (l'infortuné) et appelé Boabdil (déformation castillane de Abû Abdil-lah)[3] ou El Chico[4] (Le Jeune) par les Castillans. Il est né à Grenade en 1459. Il est le fils de Abû al-Hasan `Alî dit El viejo[5] (L'Ancien). Il lui succède en 1482. Il règne sous le nom de Muhammad XII az-Zughbî sur le Royaume de Grenade et en est le dernier souverain. Le royaume disparaît en 1492. Selon les écrits de l'historien tlemcénien Al-Maqqari, ( à ce jour, seule source historiquement admise) il décède en 1532 ou 1533[6],[7] à Fès. Les Espagnols s'en souviennent aussi sous le nom de El Moro, « le Maure », ramenant ainsi les conquérants initiaux à leur ultime représentant. de Boabdil Au XVe siècle, l'étendue des territoires soumis à l'Islam en Espagne se réduit de plus en plus et Grenade reste le dernier bastion que les Rois catholiques aimeraient conquérir. Une intrigue amoureuse au sérail du roi de Grenade facilite leur tâche. Le roi Abû al-Hasan `Alî (1464-1482) s'est en effet épris d'une belle chrétienne, Isabelle de Solis qui une fois convertie à l'islam prend le nom de Zoraya, et il envisage de répudier la reine `Aïcha, dont il a eu un fils, Az-Zughbî. `Aïcha s'enfuit avec son fils, détrône son mari et le remplace par Boabdil, le Petit Roi « el Rey Chico ». Les grandes familles maures prennent parti pour ou contre celui-ci. De leur côté, les Espagnols attisent ces rivalités qui les servent. Premier règne (1482 - 1484) En 1482 Boabdil évince son père Abû al-Hasan `Alî et monte sur le trône. La grande défaite chrétienne de l'Axarquía Au printemps 1483, le marquis de Cadix et le grand maître de l'Ordre de Santiago, Don Alonso Cárdenas, autour desquels s'est regroupée l'élite de la noblesse chrétienne andalouse, décident de lancer une expédition dans la région du littoral située entre Málaga et Vélez-Málaga appelée Ach-Charqiyya[8] par les arabes et l'Axarquía dans des chroniques castillanes, sur le conseil d'un musulman renégat d'Osuna. Trois mille cavaliers et mille fantassins partent d'Antequera le 19 mars. Arrivés à la côte méditerranéenne, ils prennent la direction de Málaga. Dans cette terre âpre des Montagnes de Málaga se produit la contre-attaque musulmane dans la nuit de jeudi à vendredi 21 mars 1483[9]. Les chrétiens sont complètement mis en déroute. Les chroniques castillanes elles-mêmes admettent avoir perdu mille huit cents morts et prisonniers dont d'illustres nobles castillans[10]. La bataille de l'Axarquía est la dernière victoire des musulmans dans l'histoire d'al-Ándalus La débâcle du 02 janvier 1492, a éparpillé cette grande famille sur toute l'AFRIQUE notamment le Maroc, l'Algérie, la Tunisie (D'ailleurs en Tunisie vous avez toute un quartier des LAHMAR qui porte ce nom idem en Algérie et au Maroc pour vous donner une idée sur l'ampleur de ce nom. Aussi, ce nom est présent en Syrie, en Egypte et peu partout. Le YEMEN, c'est de ce pays le départ vers SAKIAT AL AHMARA, EX SAHARA occupée par les Espagnoles maintenant le conflit entre le Maroc et Le Polisario. Vous avez peut-être entendu parler du titre honorifique que porte cette famille CHORFA. Plusieurs autres familles ont elle aussi ce titre. Pour ne citer qu'une seule famille celle que le dernier Roi Al Ahmar Boabdil, Al==)) un article en espagnole, en arabe El==)) semchia.Boabdil n'est autre que Bouabdelli ou Bouabdellah et en Espagnole c'est Boabdil. Je suis en possession d'un titre de propriété datant d'avant 1883 sur lequel cinq génération se suivent en prenant comme base une moyene de 70 années par génération je cite: LAHMAR==)) 1-Djilali 2-ould Kaddour,3-ould Benama, 4-ould H'imer, 5-ould LAHMAR alors, faite le compte ce n'est que le résultat d'un titre de 150 hectares près d'Oran.
Répondre
Réponse de jallal69
Le 29/09/2012 à 19h04
[ ! ]
Jallal; moi je suis de Sidi Bèl Abbès (région de Tessala = Monts de Tessala) , je porte le nom de El Ahmar , ma famille est connue sous le nom des Kwaddis en relation avec notre premier grand père installé dans la région qui fut un célèbre Kadi , son temple existe toujours , une famille de science et culture et surtout de tolbas (Zawiat ouled riabe el kbar), l'histoire raconte qu'on fait partie des banou El Ahmar qui ont fuit l'andalousie passant par fès au Maroc , Nedroma puis Tlemcen. je remercie el ahmar52 pour son apport trés enrichissant et je l'invite ainsi que tout El Ahmar ou Lahmar ou......à me contacter sur mon Email perso jallal_emj@hotmail.fr pour se partager d'avantage de renseignements concernant cette noble famille.
Référence(s) :
Jallal de Sidi Bel Abbes ; Algérie
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 29/09/2012 à 22h19
[ ! ]
Bonjour, Je sais que le mont de TES SALA est une des régions de l'Afrique du nord où vive un nombre important des LAHMAR, si vous connaissez la région Sidi Ghalem, dont son vrai nom est AMAR, Sidi el Houari d'Oran est bien lui aussi porte le nom AMAR, mes recherches ont prouuvé que ce nom et issu de AL AHMAR qui n'est autre que LAHMAR le vrai nom du temps des maures d'Espagne et bien avant ce nom était bel est bien EL H'IMER. JE RESTE A VOTRE ÉCOUTE POUR TOUTE AUTRE INFORMATION, mon mél lahmar52@yahoo.fr
Répondre
Réponse de nouass
Le 03/10/2012 à 20h15
[ ! ]
Il y a toute une tribu de la famille LAHMAR et LAHMER et ils sont cousin a oued sly dans la wilayas de chlef ex (orleansville) il sont propriétaire terrien depuis le 18eme siècle Paraît il c était une tribu d intellectuels et de religieux qui vivaient en communauté Lahmar23@gmail.com
Référence(s) :
Je fais partie de cette tribu
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 03/10/2012 à 21h54
[ ! ]
Les LAHMAR et LAHMER, C'est un même et seul Nom, je le confirme.
Répondre
Réponse anonyme
Le 12/11/2012 à 23h30
[ ! ]
Je suis de la tribu Ahmar du Maroc et ce que je sais sur ma tribu c'est ca : Ahmar est une tribu arabe , le mot Ahmar vient du Hamriyine, c'est une tribu arabe Maakilite venue s'installer au Maroc au XIIIe siècle. Leur présence dans la région actuelle est daté de l'époque des Saadiens (XVIe siècle), qui les ont mobilisés pour faire face aux Portugais, ces derniers ont pris des comptoirs tout au long du littoral marocain.
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 13/11/2012 à 21h22
[ ! ]
Bonjour, En effet, cette famille est venue du Yemen, elle est issue des Hémiarites ( ROYAUME) au II ème siècles, le Nom de initiale de Lahmar est El H'imer qui n'est autre que AL AHMAR. Bienvenue au cercle de la FAMILLE!
Répondre
Réponse anonyme
Le 29/11/2012 à 01h09
[ ! ]
Salam , je souhaiterais savoir comment je peux faire pour avoir l'arbre généalogique de ma famille, je suis de la tribu ahmar, mes parents habitaient EL YOUSSOUFIA au maroc , je réside actuellement en France et je souhaiterais en savoir plus sur ma famille. J'ai appris aussi que nous somme cherifien, je ne sais pas trop ce que celà signifie mais je souhaiterais éclaircir celà. Merci pour votre aide . Allah yejazikom bekheir.
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 29/11/2012 à 10h17
[ ! ]
Salam, Je vous adresse quelques informations sur le nom Al Ahmar, ce nom, qui a connu différentes prononciation et transcription sur les registres dont l’ouverture a été faite dès les années 90 du 18ème je veux dire en 1890 en tout pour l’Algérie. Le nom réel est bien H’IMER et ou El Himer, cette information est inscrite sur des actes de propriété de mes arrières grand parents c-à-d en 1883 voir avant cette date. Lors du voyage à Fès en 1993, je voulais échanger des francs français à Moulay Yagoub et comme il n’y avait pas de bureau de change on m’a dirigé vers un propriétaire d’un Kiosque qui a pour appellation El Himer, quant je me suis présenté au Kiosque il y avait deux ou trois personnes avant moi et lors de cette attente le facteur se présente et remet une enveloppe du fils de ce propriétaire j’ouvre une parenthèse proverbe ==)) il dise que la curiosité est un vilain défaut((== et non j’ai du relevé le nom LAHMAR de cette enveloppe. Et, là j’ai dû attendre qlq instants et j’ai posé la question et le propriétaire me répond notre arrière grand avait pour nom de famille El H’imer, je lui ai présenté ma carte d’identité et on a fait connaissance au retour de mon voyage j’ai confirmé qu’il s’agit du même nom ; que LAHMAR ou Al AHMAR et beaucoup d’autres modifications connues que vous pouvez prendre connaissance sur le site : http://experts-univers.com/lahmar-est-il-bien-autre-que-al-ahmar.html Pour en revenir à votre questionnement, si votre nom appartient à l’ordre Chérifien, je vous réponds oui sans aucun doute. En ce qui concerne l’arbre généalogique, d’après les informations il semblerait qu’il existe à Fès même, en effet je devais le récupérer mais depuis je n’ai pas eu l’occasion d’y retourner à Fès soyez en sûr je vous ferais part dès que possible. Voilà, ce que je peux vous donner comme informations aussi, restons en contact et n’hésitez pas à poser d’autres questions cela me permettras de mieux appréhender ce sujet, qui me tient à cœur. Allah innebanain oua yatina ilm alla ilm. Je vous remercie à bientôt.
Référence(s) :
Recherches personnelles sur le nom LAHMAR
Répondre
Réponse anonyme
Le 03/08/2013 à 02h35
[ ! ]
Pourquoi ne pas créer une communauté avec le drapeau que nos ancêtres ont utilisé en royaume de grenade ?? Je veux dire notre indépendance des autres pays !!
Répondre
Réponse anonyme
Le 03/08/2013 à 11h00
[ ! ]
Salam , j' aimerais savoir , je suis Marocaine de Safi et souvent j'entend dire qur nous sommes de la tribu Hmar , la plupart a Safi sont de la tribu Abda. Est ce qu'on parle sur ce forum du meme sujet ? Parce que nous ne portont pas le meme nom . Merci pour votre reponse.
Répondre
Réponse anonyme
Le 04/08/2013 à 07h38
[ ! ]
Oui c'est la meme tribu je suis aussi marocain de la tribu Hmar
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 06/10/2013 à 01h41
[ ! ]
Oui, c'est bien dit, je n'ai pensé et pourquoi pas!
Répondre
Réponse de lahmar52
Le 06/10/2013 à 01h50
[ ! ]
Essayez de bien écrire votre nom propre, si c'est Hmar non les occidentaux coloniaux on tout fait pour ridiculiser plusieurs noms propres, à mon amble avis le nom dont il est question sur le site expert ou du moins une des appellations du Nom c'est, H'imer ou Himer qui est très connu au II ème siècle ROYAUME DES HYMIARITES
Répondre
Réponse anonyme
Le 09/10/2013 à 12h55
[ ! ]
Je suis d'origine hamri du village de hnichate proche de youssoufia de par ma mère mais je ne savais pas que cette tribu a déjà était en espagne et se trouve même en tunisie. En toit cas je vous passes le salut du Canada en esperons continuez à en découvrire plus :-)
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
Lahmar est-il bien et autre que Al Ahmar
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T13.781