668 981
questions
1 467 646
réponses
1 451 830
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

Mon fils a 19 ans comportement difficle

Question de Saint EX le 04/01/2009 à 21h11
Dernière réponse le 24/11/2011 à 14h43
[ ! ]
Mon fils a 19 ans est a un comportement difficile. Il a obtenu son bac S après une scolarité brillante jusqu'en 1ére. Après une année de prépa il abandonne pour la fac de sciences (résultats catastrophiques) il ne fait que sortir rentre à des heures impossibles et n'en fait qu'à sa tête. Malgré de très longues discussions et quelques disputes, rien ne change et sa mère et moi sommes décontenancés sans savoir quoi faire (fermeté ou laisser faire). Il n'a aucune passion si ce n'est les jeux vidéos. On ne le voit jamais ne veut rien faire avec nous. Il est fils unique. Nous sommes professeurs tous les deux.
Répondre
4 réponses pour « 
Mon fils a 19 ans comportement difficle
 »
Réponse de Dezus Ex
Le 05/01/2009 é 04h27
[ ! ]
Je ne suis pas psychologue, mais je pense pouvoir, toutefois, vous apporter quelques réponses, étant moi-même dans cette tranche d'age (21 pour moi). Vous mentionnez comme symptômes d'un éventuel mal-être les sorties; les sorties ne signifient pas forcément qu'il y a un soucis; moi-même je sort souvent avec des amis de mon age, au bar (eh oui ...), sans pour autant poser des soucis a mes parents que de les réveiller a des heures poussées. Le soucis des sorties vient pour beaucoup des gens qui nous accompagne; les soirées arrosées peuvent finir n'importe comment, depuis la simple gueule de bois, jusqu'au poste pour outrage a agent. Connaitre les fréquentations de votre fils pourrait vous mettre la puce a l'oreille sur ses activités, ses fréquentations et son état d'esprit, car de mon point de vue, et surtout dans ma région, les jeunes ont plutôt tendance a ressembler a des clichés de ce qu'ils voudraient être; les filles qui veulent être mannequins (comme toutes les filles je suppose) s'habillent comme des sacs (ça c'est purement mon point de vue, et ça n'engage que moi), et les gars qui se prennent pour des dragueurs seront toujours habillés en chemises ou je ne sais quel autre vêtement un peu classe. Les jeunes marchent beaucoup au cliché, n'ayant pas l'expérience leur permettant d'avoir leur propre personnalité, et pouvoir analyser son fils, en repérant par exemple son idole cinématographique, ses chanteurs vedettes, permet de déterminer si oui (fan de scarface et assimilés) ou non (écoute Dido et vénère Spielberg p.ex) il suit une mauvaise voie. Je dis mauvaise voie tout simplement par-ce-que, en s'imprégnant d'une quelconque idole, il va tenter de lui ressembler de plus en plus, et si jamais votre fils se prend vraiment pour Tony Montana (ça reste un exemple), pour lui, (je sais, ca va vous faire peur, mais c'est volontairement exagéré), le cannabis ne sera rien d'autre qu'une cigarette sans TVA. En partant de cela, votre fils peut-être (comme je l'ai constaté dans ma région, mais c'est plutôt local ce genre de comportements) un "Skater" (c'est peut-être du gros cliché, mais regardez bien les attroupements en sortie de lycéé/fac ...), un "bobo", une "racaille" (nous aussi on parle comme ça entre nous, sarkozy n'as pas le monopole ...), un "émo" (là je vous plain, même si a 19 ans ça me parait peu crédible), ... tout ça c'est plus ou moins un ensemble de "genres", quasi-obligatoires dans un lycée, qui déterminent plus ou moins les fréquentations de votre fils, et je peut vous assurer que dans les lycée la démarcation entre ces différents groupes peut aller loin. Selon son genre, il sera confronté a des risques différents, et il évoluera d'une manière différente. Je vais prendre mon cas pour vous illustrer cela: j'aime bien m'habiller décontracté, j'apprécie les marques de sportwear ... techniquement je suis un skater. Devinez comment sont la majorité de mes potes ? (c'est au moment ou je tape ce message que je m'en rend compte ...) pareil, vêtement décontractés et attitude "no-soucis" en général. Pour connaitre votre fils, regardez le, observez son comportement, et ses fréquentations; les jeunes qui sortent en boite seront plus exposés aux problèmes d'alcool, et assimilés, les émos ... je n'en parle même pas, quand aux bobos, eux, mis a part se la péter ils ne risquent rien ... Chaque jeune est exposé a des soucis différents, et ainsi deux jeunes voisins du même age peuvent avoir des fréquentations totalement différentes, des sorties différentes, et surtout être exposés a des risques différents. Après avoir déterminé où votre fils en est dans son genre (c'est peut-être con a dire mais c'est la chose la plus importante a faire), vous devez juger a quel point il rentre dans son cliché, ce qui vous permet de dire si oui ou non vous avez encore une quelconque influence sur lui, et de quelle manière, car au final c'est ce qui détermine ses objectifs dans la vie. Pour reprendre un exemple cité plus haut, un jeune qui se prend pour un "mafieux" ne recevra (ou ne tolerera pas de recevoir) des ordres de ses parents, par-ce-qu'il croit tout savoir, et il croit surtout être ce a quoi il veut ressembler. Un jeune fan de surf (skater par définition), quand a lui ne se rebellera pas, mais n'en fera pourtant qu'a sa tête. Chaque jeune, et plus généralement chaque groupe de jeune, réagit de la même manière; j'ai pendant longtemps été au milieu de bobos v2 (le genre "papa-maman subventionne 80% de ma vie, et je veut être indépendant chez moi avec mes parents qui payent mon loyer ..."), je peut vous assurer qu'ils n'étaient, avec le recul, que des moutons, se prenant tous pour les rois de la boite de nuit ... Les réactions a l'otoorité étaient alors les mêmes pour tous: ils s'écrasaient devant leurs parents, par-ce-que les parents ne rentrant pas dans leur cliché, ils redevenaient alors des parents normaux, qui donnent généreusement de l'agent et qui pourraient très bien ne plus le faire. On peut résumer le rapport a un simple affection/autorité, mais soumis a énormément de conditions. Tous les jeunes ont des buts dans la vie, plus ou moins glorieux, et par défaut de but, ils ont alors le but de leur idole/des gens qui leur ressemblent. Penser qu'il joue aux jeux vidéos par-ce-qu'il n'a pas de but c'est faux; les jeux vidéos marquent l'ennui, car dans tous les cas le jeune qui a une copine réduit le temps qu'il passe devant l'écran. Les jeunes qui sont chez eux ne jouent pas aux jeux, car ils ne s'ennuient pas. Un jeune qui, pendant des vacances par exemple, sort, ne s'ennuie pas, donc je joue pas aux jeux vidéo. Ça peut paraitre stupide, mais moi aussi je joue aux jeux vidéos, et c'est surtout en dépit de faire autre chose. Je sort a chaque fois que j'en ai l'opportunité, car personnellement je m'intéresse a tout, mais un jeune qui a quelque chose a faire arrêtera la console. C'est sur (d'ailleurs pour solutionner ce problème chez un ami, on lui a trouvé une copine ... 100% de réussite, même si ça a pas duré longtemps entre eux, ca a permi de temporiser, lui faire voire du monde ... bref). Si vous le privez de console, par exemple, ce ne fera que le pousser a sortir plus souvent. D'un autre coté, si vous le faites sortir (si vous y arrivez seulement sans le forcer, sinon ça sera énervant pour lui), alors il ne jouera plus a la console; personellement, quand je sort avec mes parents, c'est uniquement pour des trucs qui me plaisent, mais sans plus; aller a un salon d'une quelconque de mes passions avec eux c'est la honte assurée, ou plutôt c'est ce que je ressent, car je suis dans mon élément, et eux non, et comme je sais qu'eux s'en foutent, il ne viennent que pour moi, et je me sent traqué (c'est dingue a quel point j'arrive a parler de moi a la 3eme personne); vous dites qu'il ne veut rien faire avec vous, mais avez vous déjà essayé de l'emmener dans des endroits ou il y a quelque chose qui l'intéresse un peu ? (c'est le un peu qui est important) Par exemple si il est passionné d'avions, ne l'emmenez pas dans un musée de l'aviation (c'est des choses a faire, lorsqu'on est passionné, a son rythme, et sas présence étrangère), mais préférez plutôt des choses qu'il n'irait pas voir lui-même, et pouvant se rapporter a ce qu'il aime. Les sorties shopping, cinéma (faut pas que ce soit le film qu'il va voir avec ses amis -il vous dira qu'il ira le voir avec eux, par-ce-que sinon il se sentira gêné par votre présence-, ni un truc qui ne lui plait pas -évidemment-, mais plutôt un film qui lui inspire la curiosité par exemple), ... La console (a noter que par console j'entends jeux vidéos en général), je le répète, n'est pas un problème, le problème c'est que pendant qu'il joue il ne fait rien, et les options pour vous c'est ou de l'épuiser pendant ce temps là, avec des petites boulots par exemple, pour qu'il sorte moins (méthode dure), ou de les mettre a profit pour qu'il fasse autre chose, entre autre qu'il reprenne ses études (voir plus bas). En dehors de ça, évidemment, en termes de jeux vidéos, il y a toujours des exceptions, par exemple tous les jeux en ligne ont toujours tendance a rendre dépendant, j'en fais l'expérience (dans une moindre mesure), j'ai un ami qui en fais l'expérience, et si jamais il est, comme vous le dites, vraiment fan de jeux vidéos, il est probable qu'il soit tombé dans ce piège, car certains jeux rendent véritablement addictifs. Des jeux de rôle en ligne par exemple comme World of Warcraft (WoW pour les intimes), comptent plus d'un milion de joueurs, totalement drogués (mais ils ne s'en plaindront jamais, car pas d'effet secondaires visible dans a plupart des cas), qui ne décrocheront probablement jamais. Ces jeux là (les jeux addictifs) ne sont pas véritablement une plaie, mais lorsqu'ils ne sont pas maitrisés par le joueur, ils deviennent un trou noir pour la famille et les amis. C'est probablement a pire chose a réguler pour vous, car vous avez en toute logique une génération de retard la dessus, et vous mettre au gout du jour (wikipedia est toujours un allié) vous permettra en plus, de pouvoir vous rapprocher de votre fils, car comme je vous l'ai dit, il est probable qu'il ne joue que par ennui, et qu'il vaut toujours mieux s'intéresser a ce que fait votre fils de manière secondaire qu'a ce qu'il fait réellement, qu'a sa vraie passion. Concernant sa scolarité, je suis désolé de vous décevoir/choquer (quoiqu'en étant enseignants vous devez vous en douter), mais pour moi, après une première S, il faut faire absolument des études supérieures. Un bac S n'apprend aucune connaissance pratique, contrairement a un bac pro, un bac STI ou assimilé, et sortir des études avec un bac S c'est comme sortir avec un brevet des collèges. Après une année sabbatique, ça sera quasiment impossible pour lui d'être admis quelque part (certains BTS pourraient accepter, les Fac aussi en général), et donc où il se lance dans la vie active maintenant, a ses risques et périls, ou alors il retourne dans les études. Étant professeurs je pense que vous êtres plus au sujet que moi la dessus, mais il est possible, il me semble, d'être admis en IUT après un entretient et d'éventuels tests écrits. Pour moi ça me semble être l'idéal pour quelqu'un ayant abandonné la prépa (on dira ce qu'on voudra, mais c'est pour les concernés la période la plus dure dispensée par l'éducation nationale) et la fac. Faut pas oublier que la fac n'a, au final et dans l'absolu, aucune finalité professionnelle, je le vois bien avec mon joli diplôme de fac, une belle licence a bac+3, qui ne m'apporte strictement rien (aussi bien en connaissances qu'en emploi ou en salaire) par rapport a mon BTS pourtant a +2 ... Un DUT c'est une formation relativement courte, bien reconnue, permettant des débouchés et surtout offrant un emploi, donc tout ce qui lui plairait je suppose; vous lui offririez une activité, un vrai diplôme, et un emploi. le soucis c'est, comme je vous l'ai dit, qu'après une année sabbatique c'est probablement très difficile d'y rentrer (et d'y rester, dans la plupart des cas le niveau est relativement costaud). Il cherche une simili-autonomie sans vouloir en assumer les conséquences. Ou vous pouvez le ramener a la raison de la manière la plus dure qui soit (le fameux "si tu fait rien de ta vie d'ici l'an prochain on te fous dehors"), ou alors en essayant de le connaitre mieux (ce coup ci la sonnette d'alarme est a tirer de votre coté, car dans votre message, mis a part "il ne fait que sortir rentre à des heures impossibles" et "Il n'a aucune passion si ce n'est les jeux vidéos.", on ne connait strictement rien de ses préoccupations, problèmes éventuels, a t-il une copine ..., comme si vous n'en saviez pas plus, or pour déterminer comment réagir il y a des centaines de paramètres a analyser; pensez vous qu'en citant "Il est fils unique.", vous trouverez la réponse applicable a tous les fils uniques ? non ... pour moi, avoir une copine a bien plus d'influence que d'avoir 2 frères, aussi je vous suggère d'en apprendre sur lui un maximum, car il va dans quelques années quitter votre domicile, pour aller dans le flou -comme tous les jeunes soi-dit en passant-, et si jamais vous être encore plus dans le flou que lui tout le mal que vous vous serez donné a l'éduquer n'aura servi a rien), de savoir là ou il veut aller, éventuellement le ramener a la raison (un autre tirade bien connue "tu sais que scarface c'est une fiction ?"), et lui expliquer qu'il peut avoir son autonomie n'importe quand, pour peu qu'il sache marcher (vivre seul) avant de courir(sortir tout le temps, console, ...). Enfin, car il commence a être tard pour moi, donnez lui un peu d'indépendance de manière claire, plutôt que de laisser filer; un bon "maintenant on juge que t'es assez grand pour rentrer a l'heure que tu veux, on évitera de râler" (ou autre) mettrait tout au clair par exemple, pour peu que cela ne se passe pas ainsi depuis trop longtemps. Évidement en dehors de cela, a vous de veiller, comme dit précédemment, que vous connaissez tous les risques auxquels se confronte votre fils, et que pour lui le fait de se sentir "légitiment" dehors a des heures tardives ne se transforme pas pour lui en l'occasion de pousser le bouchon encore plus loin. Personnellement je ne pense pas, c'est lorsqu'on dit aux gens "fait ce que tu veut je m'en fous", qu'ils commencent a réfléchir a leurs actes. Bref, je vous souhaite bonne chance a tous les trois, en espérant qu'il soit plus mature que ce que vous ne l'imaginez.
Répondre
Réponse anonyme
Le 19/08/2011 é 05h29
[ ! ]
Bravo, j'ai senti qu'il net paradoxe entre ce que vous prétendez être (21 ans, pris dans les meme engrenage que les autres jeunes de votre age, etc..) et la manière que vous avez traité la question, le temps que vous y avez consacrez ainsi comment vous l'avez analyser. Au cas ou vous n'avez encore tracé votre carrièere, je vous suggère psychologie, politique, éducation, etc. bravo, je suis content pour vous vous un bon potentiel dans l,analyse comportementale.
Répondre
Réponse anonyme
Le 24/11/2011 é 14h42
[ ! ]
Mon fils a 19 ans aussi je suis séparé depuis longtemps je l'ai soigné 6 ans petit, il a vécu une enfance instable, je culpabilise. Mais je lui dit que je l'aime très important. Il se calmera. J'en suis sûre.
Répondre
Réponse anonyme
Le 24/11/2011 é 14h43
[ ! ]
Mon fils a 19 ans aussi je suis séparé depuis longtemps je l'ai soigné 6 ans petit, il a vécu une enfance instable, je culpabilise.
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
Mon fils a 19 ans comportement difficle
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T13.108