657 644
questions
1 415 563
réponses
1 427 912
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

J'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ? - Page 47

Question anonyme le 13/02/2011 à 15h42
Dernière réponse le 13/09/2018 à 08h10
[ ! ]
J'ai un qi de 160 et j'aimerais savoir qui suis je ,que puis je en conclure concrètement ?
Répondre
944 réponses pour « 
j'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ?
 »
Réponse de The_monkey
Le 06/04/2018 à 17h35
[ ! ]
“Dépendre de soi-même, c’est parfois la pire dépendance.” Je sais que je me dois d’un silence maintenant. Inutile de soulever le paradoxe, de la bergerie et tout ce qui s’ensuit.
Viendront 180 jours et 180 nuits d’une traversée nécessaire, le Drakkar, qui se fait de temps à autre d’une perturbation : un sentiment que l’univers se courbe sur lui même, comme un son de vide et un écho qui n’a ni appréhension ni excitation. Le corbeau qui déchante au petit matin, Sans pour autant se faire menaçant. Taule de la Sabaneta 12 mois, comme pour se rappeler les fondamentaux, avant de rejoindre la Daintree Rainforest et ses multiples couleurs de méditation « futiles au monde », la charpente en liane de la Rôme antique. A propos des scientifiques frustrés, aujourd’hui : -Pourquoi jamais d’autre cailloux ? » —Les cristaux sont rares pas plus de 2 par millénaire, sinon on déborde » -Est-ce que tu es un spath ? » —Je n’ai rien fait de si considérable » -qu’est ce que signifie ? » —De faire un apport reconnu sur le plan d’experts le validant mondialement » -Pourquoi tu ne le fais pas alors ? » —Je n’en ai pas les capacités. » -Qu’est ce qui te dit que tu ne les a pas ? » —Il faut être lucide, tu as des indices quand t’es aussi des 4 rats» -Pourtant tu as un QI très élevé » —J’ai au moins réussi à me faire à une certaine modestie, vois-tu » -Oui je vois, mais que dire de vouloir être considérable ? » —Tu ne veux pas toi ? Tu en est juste incapable même avec deux points de plus marqué dans ce message. Il faut être lucide et savoir honorer les grands. -C’est par piston qu'on entre au paradis. Si c'était au mérite, mon chien y entrerait et moi je resterais dehors. » Premier point donc de non dit mais écrit à ce monde imaginaire : Vas jaser du deuil de ta soumission molestée à un territoire que tu te fais à élaguer à être expert, les Sbirrs s’en viennent à créer des starlettes pour le respect de leurs gonds intéressants, pas fini hein ? La hiérarchisation est toujours une volonté d’en bas. Le prosélytisme une façon d’extension de corps, comme d’hab, j’en viens même à penser que la morale n’est que de mendier, la méthode de propagation de « sa personne » à définir en sismographe. De passer son temps à se faire une belle gueule, se faufiler entre tous les bourreaux, voilà de quoi les faire sointer. Voilà de quoi aussi se foutre en l’air de toute choses géniales, passer son temps à les extérioriser, Tu me détonnes que t’a rien d’un caillou, mais ce coup-ci c’est pas la cognition, c’est que toi c’est du genre j’étais à Capolavoro, mention s’y faire. Mais c’est sans blâmer l’ensemble, qui ne fait qu’appeler succès d’aller bouffer dans des squelettes pour avoir un rôle à jouer dans les fluctuations du prix des péts de lol. Fallacy gangbang d’une mythologie de prédilection sans ouvrage pour nous faire émerger un nouveau cyborg surpuissant et fantasmagorie de révélation en basculement de l’ombre impériale a la luminescence de savoirs qui finalement aurait besoin de ce même bazar naturel pour penser ou désirer un milieu de semblables mutants distincts de simpliste fleuraisons aux dépourvus de se répandre. Non plutôt les rayons de soleil d’un amour stérile et de la machiavélie dans l’art, sucré d’une domination réconfortante dominée en renversement dual d’une fébrilité assumée et vacillante survolant cet imperceptible effondrement amoureux du monde, un petit geste, juste un de mettre l’autre à son égal à l’écart d’une perfection possible. Et que les imparfaits se morfondent à la recherche d’une exception à eux-même ! Ils ne seront jamais harmonieux ceux là, à se rechercher un ennemi dans leurs dérives. « Ne laisses pas l’autre te fouetter, fouettes toi toi-même, puis fouettes l’autre qui ne se fouette pas » Ainsi les chouettes, inventèrent le martinet et les joues rouges. Le deuxième, cette histoire d’affection. Le plus grand subterfuge du moderne est le suivant : « Tu as besoin d’affection, petit animal social, sinon tu périras dans ta propre annihilante » J’avais peur des fantômes quand j’étais petit, jusqu’au jour ou je souhaitais leur apparition, là alors d’un exorcisme, aucun ne s’est jamais manifesté, soyez tranquille, avec un peu d’insistance nous arrivons à être possédés ! Ahh, que cette terre, à labourer de pesticides paranormaux. Mieux vaut, dans sa jeunesse, plancher sur des exercices de fractions et d’algèbres, N op ? Alors la pessimisation de la solitude est l’acte du Diller. Un cul de bouteille, pour apprécier une musique écrire un truc, te voilà dans le trouble à devoir guérir, pour cet eudémonisme (et si j’insiste la dessus c’est parce que c’est la clé du paradoxe contemporain avec en compagne l’hédonisme comme substitution à toute volonté qui s’oppose aux trois primitive à la base sociale : le cannibalisme, le meurtre et l’inceste, ça c’est Freud) L’humain occidental serait devenu une petite nature ? L’oriental est toujours aussi limité (avec toute l’aide possible pour) est n’est pas la solution miracle non plus. Mais déjà soulever cette contradiction de la dépendance affective dans le coin. Nous ne faisons que vous la créer, en proposant une solution à un existentialisme. Le plus économique avec la métaphysique c’est un coup de pied au cul dès que tu te sens en dehors de la répétition pop. Besoin d’un court-circuit ? la culture pour pondre des oeux dans la peau, puis cela éclôt, et ça déchire bien plus qu’un demi-litre de jus d’orange à l’acide du corpus, quand il faudrait prendre son pied respectable, d’être gaga encore, allé être adulte, c’est au moins d’être un grand enfant, en ce sens d’une personnalité renouvelée du rois des cons. Non ? L’an prochain j’aurai dans ma boîte mail plein de sme : ______/ V`-, } /~~ /_)^ --,r' (Merci de le retranscrire dans le bon code, il y a un mot avec les nombres autre qu’un dessin.. Truc de société Haut QI, essayez y vous.) Sur ce je vous laisse à vos butineries pour un long moment. Quand à Red, rapidement, ne pas vouloir d’accord, est-ce être en mesure de corriger tout désaccord en dehors d’un silence ? Moi je pense qu’il faut du temps pour tout, plutôt qu’un automate. Le renvoie à la réflexivité, ou plutôt au groupe de décider ! Et j’aimerai juste à être votre spectateur maintenant sans télépathie, d’une action envahissante désormais en construction spéciale.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 06/04/2018 à 19h01
[ ! ]
Comme la nature se fait, De vous, Que je regarde, Et remarque des schémas par la similarité, Je suis spectateur, de l’arbre qui se fait des ses mauvaises racines sous terre, À en percevoir les branches flottantes dans l’air m’entourant, Des pommes sur la tête, Le bien c’est le ménage ? Il y a toujours ce côté destruction pour être bon. Et voilà ce que personne ne contredira. Manifestant ces racines, Le monde ne se veut que du feuilletage en échange, Et quand le tronc est questionné, Il nous répond : « je ne suis qu’un liant » Et l’idée même de responsabilité n’a pas de sens autre que son immersion dans la flore sensée du bavardage, Dans un univers intemporel, rien ne se crée vraiment, Dire qu’une dualité autre que spatiale et temporelle, Est parallèle en évolution, c’est l’humaniser. Chose que je me questionne, Quand vous aurez humanisé la nature, Il vous faudra, vous mettre aux jambes, Du supérieur, du transcendant, Une masse trainante. Mais dans son essence, Celle-ci créant conscience du moindre en atome, L’accomplissement universel. Comme sa méthode. Ainsi, Vous seriez tout en bas et tout en haut. Ainsi, La logique n’en a pas terminé !! De quelques discours.. Même si le monde s’y plie un instant. Comme à la renaissance, Nous parlions d’épée, De nos jours nous avons avons inventé le pistolet. Et demain ce sera, Comme arme, La logique sans couperets. Ainsi, de bonne guerre, Nous pouvons, à ma plus grande déception et surprise, toujours se réaliser en dehors de l’entendement.
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 06/04/2018 à 19h29
[ ! ]
Rassurez vous j'y travail! Long et lent mais chaque chose en son temps... Il aura fallu laisser courir le tsunami et que les vagues laissent le sable se reposer entre deux laminoirs. Veuillez comprendre que ma sensibilité ne supporte pas les illogismes même s'ils maîtrisent les foules dans ce besoin de chercher une "intelligence" dans l’émotionnel. "Ce n'est pas parce qu'on comprend ou qu'on nomme les choses" qu'elles en deviennent plus clair; Preuve en est, j'ai nommé les ténèbres et la coupure d'électricité. et alors? J'avais prévu la lampe à huile mais pas le fait de n'avoir personne à éclairer! Chacun ici, moins un coup de pied au cul, se targue de progrés préférant la mort par inanition plutôt que l’arrêt du crédit à micro onde. que voulez vous des patates à bouffer ou bien la fin de la faim? Des faux cils pour un regard vide... J'aime assez votre génération pleine d'un potentiel qu'il vous faudra du temps pour digérer... Gavage de foi... Je peux tout expliquer et alors rien ne change: ... "Ne pas vouloir d’accord, est-ce être en mesure de corriger tout désaccord en dehors d’un silence ? Non certes.Mais laisser le temps justement d'une réflexion sans autre jugement que celui d'attendre. La "gravité" quoi qu'on en dise, trie nettement mieux les "idéologies" et leurs lourdeurs dans le calme d'un petit matin de printemps. Portez vous bien dans la certitude que les mauvaise questions n'apportent que de mauvaise réponses... "A question stupide, réponse idiote!"... Et que les imparfaits se morfondent à la recherche d’une exception à eux-même ! Réponse identique au coucouille de psy de l'armée qui me demanda si je me sentais supérieur et rire tonitruant. "Garde à vous!" Et moi je répondais "mais de quel garde s'agit il?" "Ta gueule: Je gueule!" "Mais vous allez vous faire mal mon bon monsieur." "Je suis ton supérieur et c'est moi qui donne les ordres!" "Et bien permettez moi de vous dire que vos ordres sont idiots." (La flemme de mettre partout des petites virgules...) En rang par deux colonne par trois et que ça saute classant vos matricules par ordre numérique! Oui mais monsieur lequel? faites pas votre malin vous là! Et l'autre devant que me dit c'est quoi ton numéro? Pourquoi c'est quoi le tiens? Bin c'est pour savoir su je suis avant ou après toi. Et on s'en fiche non ? On est là c'est déjà beaucoup parce que l'autre sergent qui râle, il en donne pas envie. Heureusement qu'on est gentil et qu'on se souci de lui parce que sinon... Escalier A porche D deuxième étage troisième section et que ça saute ou je vous colle au gnouf!!! Excusez moi su vous dérange mais j'aimerais savoir si le gnouf est plus facile d'accès? Parce que là voyez vous, vos explications manquantes de clarté, s'il y avait un moyen de ne pas perdre son temps en allant chercher l'inconnu dans un endroit mal indiqué plutôt que dans un endroit plus rapide à trouver... Enfin moi ce que j'en dis voyez vous, c'est que je manque d'indices... un petit parcours fléché? Non? Allez hop vous là au gnouf pour y apprendre à respecter les ordres! Ah mais là si je peux me permettre "de qui sont donc ces ordres?" Ah vous faite le petit malin? Ah mais pas du tout, loin de moi de vouloir vous tourner en ridicule. non juste que je ne comprend pas très bien la nécessite de répondre par une action à vos demandes incohérentes... Ah vous foutez moi la paix et je vous envoi au bureau du troisième bâtiment 4 escalier 6 porte 23. Et que je ne vous revois plus! C'est compris? Et bien oui si c'est votre souhait. Si je puis me permettre combien de temps ais je pour rejoindre la porte 23? Aller dégagez ou je vous en colle une! Et c'est ainsi (entre autre) que ma carrière d'inadapté social commença... du moins officiellement!!! A gauche ou à droite? ah "merdre" dégagez et foutez nous la paix! Bon les autres (disa t'il en gueulant bien fort) Oui chef! On fera de vous des hommes lorsque vous ramperez! A bientôt! Su wu kong... UAQVVDB.
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 08/04/2018 à 15h33
[ ! ]
"Nous pouvons, à ma plus grande déception et surprise, toujours se réaliser en dehors de l’entendement." L'inverse aussi et rien de ce que nous pensons, "raison" du "mérite" ou d'une quelconque causalité n'y est pour grand chose! En somme la conscience d'une chose ou non, et même la conviction, la foi en quoi que ce soit, ne change rien au fait que nous sommes ici et maintenant tributaire d'une plus profonde réalité. Que la causalité puisse être constatable au travers de nos actions vient encore du fait qu'à vouloir en chercher des preuves, nous rafistolons tout et n'importe quoi dans un langage par des conjonctions. Si l'on se réfère à ce que nous savons de ce qu'il s'est passé, nous pouvons juste dire que savoir ou ne pas savoir n'interfère aucunement dans le mouvement des étoiles...
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 09/04/2018 à 06h15
[ ! ]
« This image shows the distribution of dark matter in the universe according to our best cosmological models » 

Les étoiles ne sont qu’une diversion pour nous aveugler de l’arbre dans les ténèbres sidéraux.
 Je vous le redis : Méfier vous des étoiles ! Elles sont sournoises, leur mouvement est le notre, selon votre position elles vieillissent ou rajeunissent. Elles se veulent, au vu et su de tous, que d’une vulgaire imitation de notre majestueuse chaleur l’épique du genre, débarrassée de la vermine du faux-semblant de son arborescence absolue de mauvaises initiations. Elles nous inviteraient dans des travers spatiaux du fin fond des galaxies lacunaires ou le bruit en est étouffer tellement l’air est vide ! Pour le simple argument pédant qu’elles nous éclaireraient, ces étoiles ! Que cessent tous ces débats, il est de notre seule respectable augure que le centre de l’univers est soit notre Hélianthe soit la Terre. Je vous le dis, l’astronomie en arrivera à cette conclusion dans son apogée, resplendissante. Tout le reste, ces mirages, ces vulgarisations sont des échecs, des choses que les scientifiques frustrés voudraient rabibocher dans une science frictionnelle ! Ces idiots !!! Au mieux d’en faire un terrain d’affront le jeudi matin. Prenez l’exemple d’Icare. Ce que nous avons vu retomber ce sont ses boulets, ses chaînes maintenant il est toujours vivant, l’incarnation de l’accomplissement, il s’amuse sur la boule de feu avec la plus harmonieuse des fougues en brasier de ses crachats de flamme pendant que vous croyez que la joie est de se jeter des tartes au pamplemousse dans la crémation. Icare est autrement nommé RÂ, faîtes moi confiance, allez-y dans les plus hautes altitudes de la logique, et de l’audace, à couper les fougères de la contradiction sans adhésion cafiste, sans cordées, grimpez la théorie du tout ! Et lorsque que serez assez loin du sol, regardez en bas, ce sera devenu un nouveau ciel, plus de vertige.. Surtout plus de couleurs ! Avez-vous déjà vu un aigle sortir du système solaire ? Non. Voilà donc, l’inversion de la gravité sans se perdre dans les broiements du fond diffus des limites universelles. Remarquable n’est ce pas ? La Porte 3141. A part ça, dans la mallette, il faudrait quand même savoir quoi y mettre, pour ne jamais rien se changer, ce sera un short et un polo de bandes jaunes et noires. Quand Sir QI intégré, pour appeler un chien un chien concluera « Je concevrai cet ordinateur pour vous. Et le nommerai également pour vous. » 

Répondre
Réponse de R.E.D
Le 10/04/2018 à 14h18
[ ! ]
"Ordinateur": qui ordonne... C'est drôle vous voilà épisodiquement dans mes favoris! Habituellement je vous recherche un peu, vous n'êtes pas "évident". à croire parfois que l'ordonnance devient régulation. Et donc la blague du jour: Comment font les éléphants pour se cacher? Ils mettent des lunettes noirs. Avez vous déjà vu des éléphants avec des lunettes noirs? Non. Ce qui prouve qu'ils sont bien cachés! Les étoiles sont froides et ne permettent qu'une métaphore qu'avec la "chandelle sous le boisseau". Comme tout ce qui est lointain, un simple rêve, une rêverie facile, un autobus sur la lune et le petit chat se meure entre deux voyages à l'intérieur de la terre... Introspection. Qu'y a t'il à l'intérieur d'une noix? Boite crânienne pensant du haut des neumes. Feuilles de canards qu'une chèvre broute à la commune. Initiation d'avant un "qui êtes vous" et d'un après "je n'en sais rien, mais j'ai volé à m'en fondre la cire". Alchimie de l’œuvre au blanc, fumisterie un beau métier comme ramoneur des conduits d'échappement. Clapet anti retour, CO2 et réchauffement des relations à vous embuer. Nuages dans la douche froide. Un meurtre a été commis: Celui de l'innocence. Il /elle n'avait rien fait et c'est bien ce qu'on lui reprocha. Ce manque d'ambition à changer qui que ce soit, sinon la part à dieu... à ce que j'en sache: Science sans conscience n'est que ruine de l'âme. Produit dérivé d'une canalisation du sens. Une fuite au robinet? 10% vous dis je; 10% au minimum et quel-qu’en soit la pente, pas moins c'est une moyenne à l'écoulement des eaux usées. La mécanique partout partout jusqu'à l'eau minéral qui brique l'intestinal. Et donc des haut le cœur en don d'organe. Un muscle juste un muscle et quelques hormones; ça vous fait une belle ordonnance oh malades du chaos d'avant votre néant. L'homme est intelligent: la preuve c'est qu'il le sait... ou on lui a dit. D’où vient ce talent? Retour à la caverne entre deux dionysiaques. Agapes à sauter hors du feu et apprendre à nager. quoi l'eau n'est pas assez profonde à manifester mon courage? Qu'importe je ferai couler suez et découvrirais des pyramides dans ce monde cubique! J'ai trouvé le module. Petits et grands sont du même moule mais pas la même échelle à gravir les palissades. Un seau et un pelle à la plage: Plastique en rut. "ça ne coupe pas" du moins le dit on. Et l'on trouva plus hygiénique de boire dans un gobelet jetable, s’essuyant les commissures d'un tampon sain. Voilà que les bactéries font leur apparitions et le vinaigre encore et l'eau à blanchir. Je ne chie plus, non j'évacue simplement des résidus en faux sceptique. Tout et rien à la fois... un peu d'une colique d'une bucolique s'attardant à pousser la chansonnette en défroqué. Ah ce commerce de proximité, ces arrangements de généralités. Nous sommes d'accord, nous sommes d'accord, nous sommes d'accord... Au fait que nous sommes d'accord. Point n'est à dire. J'envisageais alors la solution suivante; Puisqu'il apparait que tout ce qui est logique est vraisemblable, tout ce qui est vraisemblable se doit d'être logique! Aussi la question qui m’asseyait fut de comprendre la vie au travers des transformations et des putréfactions... Il ne pouvait être de naissance ou de création qui fut spontanée. Un jour, sortant de mon laboratoire j'allais me promener à y cueillir du romarin. Une forte envie d'expier mon repas me fit m'assoir une fois de plus entre les roses, entre les senteurs qui pour on ne sait quel raison viennent corriger mes humeurs. à peine ce besoin satisfait, une mouche vint se poser, le temps d'un si peu et la vie naissait. Je me retournais. Un bousier passant par là me fit remarquer Sisyphe en haut de la colline. J'avais de l'or au bout des doigts et j'en défiais les dieux. Mes écuries se nourrissaient de chers humains. Et puis soudain désœuvré sans outil qui ne vaille la peine d'être affuté, Cherchant encore une quête comme une requête, j'allais postulant à on ne sait quel emploi. "Si ce sont les plumes qui font le plumage, ce n'est pas la colle qui fait le collage." La tentation de Saint Antoine vous dis je... Je sais que vous comprendrez! UAQVVDB.
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 10/04/2018 à 14h21
[ ! ]
Quelques coquilles de ci de là, les clapotis d'une fenêtre qui claque. Le bruit de l'école d'à coté, c'est la récréation... Pompon! Erreurs de sainte taxe et autre billes jetées... Veuillez m'en excuser!!!
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 11/04/2018 à 06h15
[ ! ]
La porte 14586 ? « Présumé de boîte à forme ? » « oui chef !? » « Rentrez votre output avec votre chat si pénible de son propre dégout, il commence à pleuvoir ! » « Mais « les chats d’intérieurs.. » s’entrechaînent mon p’tit gars et ce ne serait pas que question de lance requette pour se bousiller ses désires idéalisés ? Nous devons réagir » « Ordre stupide Chef, où est notre drapeau des multijoueurs polis frustrés? » 
« Les Ragamuffinchat se collent à se transformer en chat « nutmeg » dans les rues de chez l’autre » « Vous êtes incohérent chef » Colonel Louis XVII arrivant pour y remettre vraiment de l’ordre ronchonnant : « Il me fait encore passer pour un bourgeois du treizième pourtant je laisse toujours la porte ouverte à toute les chaleurs du monde» «Bon, je comprend rien à vos trucs d’allistics ça vaut pas tripette, on se fait une partie de squash? » Bref, dans la phénoménologie déduite pour nous rappeler que le sens de la vie c’est de boire un gobelet d’eau avec les petits chiens entouré de croquettes.. Ah le concret tiens, « Puisque les gens se cachent quand ils en ont besoin, il est évident que le vraisemblable est à l’intérieur de la pomme verreuse » Et inspecteur gadget forçant la sérrure y trouve un phoque qui joue de la contrebasse en chantonnant « great balls of fire », et alors ? Photo ! Les singes préhistoriques seraient vulnérables donc, s’en allaient derrière les roseaux pour leur empan infini. « J’en conclu que Walt se cache bien, mais je me fais de ma motivation de découvrir les vrais histoires de Disney Land ! » Et Boule de Neige à la régulation bepour conclure : Voyez ici, mes chers collègues : La bretelle est dans l’intonation de Berkley. L’auto-tamponeuse de ma blague sur la catapulte alto puriste de ma carte bleu que j’ai pommée dans ma buanderie, mettez vos casques 3D pour être surs de rien voir des vidéos 360 degrés nous disait juste l’autre. Et en fin de compte le sergent-chef y se ramène à l’hôtel pour romper, et dis à l’accueil : « Un peu de sérieux bordel ou je te fais une coupe au carré, quel est mon chemin pour ronfler comme un vrai bonhomme ? » « Trop facile, monsieur de trouver votre destination, juste une référence et un lien po-potassée. » *Bang Bang* et promenade dans la résidence libre. Alors je refermais cette porte. Qu’y manque t-il à cette étoile là. Il y avait certes un raffinement dans les parcelles, mais le tout ne s’agglomérait pas dans une pioche de quelques notes pour en faire une musique audible dans son ensemble, même au rythme rapide, le désaccord absolue. La réalité est tout autre : « Nous sommes d’accord » (1) « Nous sommes d’accord que nous ne sommes pas d’accord » (-1,1) Ou « Nous sommes d’accord que nous sommes d’accord » (1,1) Dans les deux cas (1) devient soit plus prononcé soit un paradoxe. Nous pourrions continuerainsi et dans la plus développée des complexités qui pourrait même se manifester dans le monde un de ces jours.
Mais rien est-il que le mieux est de voir ce lien de profondeur qui se crée dans l’énonciation d’un comportement de l’autre qui le pousse à se diviser pour ne pas être « évident », ou « sous-contrôle », l’explication détruit dans la révélation des côtés du tétraèdre ci-dessous. Car son autre choix est d’affirmer l’évidence, par la force ou ce que nous nommons couramment « assumer ses propos ». Cela se fait par le triangle, plutôt que de continuer dans l’argumentation logique, pour conserver son affirmation l’autre ne fera que créer une nouvelle dimension comme par exemple foutre une patate, ainsi l’expression physique en parallèle donne du poids en « causalité » à son affirmation initiale et nous obtenons une « vérité dans le prosélytisme ». De cette manière chaque affirmation logique se ramifie dans la « socialisation » de domination par biais du troisième homme/femme ou « civilisation ». La logique donc, disons pure, ou la complexité n’importe que peu dans l’argument social, mais plutôt ce que chacun des protagonistes en triangulation va lier dans l’affirmation des ramifications. Une sorte de pari en somme, mais sur la vérité, la pop. Alors pour un réel chercheur, logicien et rigoureux, il n’a d’autres choix que de transcender ce mécanisme, et ne pas se satisfaire de la triangulation limité pour se définir un véritable. Et ce que tout oeil non creux pourra y observer est cette dissociation de l’affirmation de base infinie, ou deux logiques (1,-1,1) et (-1,-1,-1) sont purement vides de préférence sans ces jeux l’entourant. Mais lorsque l’on constate que cette triangulation elle même repose sur cette aspect social où beaucoup ne se voudrait que d’une efficience pragmatique de se VOIR CONSIDERER d’avoir agit en renforçant par les biais une affirmation, il/ elle se fourvoie dans son propre paradoxe dès que la ramification en est soulevée. « Ce n’est pas parce que tu as cassé la gueule à tous les autres que ton théorème est vrai » La triangulation est donc prise en conscience dans la triangulation elle même, et nous avons en remontant l’ensemble de ces biais de biais, qu’une autre suite qui se divise. Pour aborder de fait la logique par delà le social (paradoxelement), nous n’y trouverions qu’une télescopie dans l’auto-similaire. Le retour au fini, est ce que les autres peuvent comprendre et ainsi de ne pas être marginaliser logiquement dans le domaine aux résultantes causales convoitées. Et je pense que tout surdoué sera confronté à ces choix, dans toutes les formes d’alternalternations possibles et lui en même en sélectionner des prépondérantes ou de se « spécialiser », d’être physicien ou peintre. Voila pour le dyonisacre et surtout cette cohésion de la nature à remarquer dans sa magnificence. Quand à l’hyper-ramification, que nous pouvons ressentir, elle est simplement résultante de ce principe universel de dissociation infinie, et il y a une réelle noyade à tous ceux qui n’ont pas d’ailes pour battre l’air, quand à la fonte des ailes, elle n’est que votre aveuglément, votre fantaisie illusoire quand un éléphant invisible est tout de même perceptible. Une cuvette de chiotte n’y changera rien non plus, même si beaucoup peuvent y voir une certaine ridiculisation pour vous donner « raison », alors il faut couper le cube et aborder la notion de triangulation des valorisations. Ou, si vous n’en avez pas le courage, du véritable philosophe, d’aller vous plier aux tendances, ce « pragmatisme ancien de retour dans les bacs des félins occidentaux » pour un quelconque « intérêt langoureux» qui à la côte en ce moment dans le genre, celui-ci à triangulé la chose, d’un meurtre moderne des pensées, pour être clair comme ceci : Philosophe < Scientifique.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 11/04/2018 à 07h53
[ ! ]
Il en est très vite fait que l’imagination d’un cap, Change en ces gens, Leur motivations, Ce qui nous amène à considérer que la motivation, N’est qu’un point fictif à atteindre, Dont l’engrenage est en résistance de sa logique, Il n’y a donc aucun objectif, Autre que l’engrenage qui oriente une trajectoire mouvante, Par cette méthode de croire en une destination. Et la force serait non plus de garder le cap, Mais de prendre conscience de ces rouages, Et de les inverser, vers un choix qui s’y accorderait, le piano brûlé. Aux roues grinçantes, dans notre volonté de s’y opposer en contrôle incontrôlé. Ainsi l’évolutionnisme de première espèce, Mais alors le vide serait ces rouages, Quelle forme suivent-t-ils ? Suis-je dépendant d’eux, puis-je retourner les océans ? La réponse est oui. Le non-sens est celui du philosophe à juste titre, Non tous ces orateurs, qui rencontrant le réel se contente, De dénigrer l’espoir, Dans la déchéance d’un charme de leur pouvoir dérobé par la vieille comédie. Ceux-là sont faibles, et nous le voyons de nos jours, Ce n’est pas un manque du monde, C’est qu’ils sont écoeurants, L’amoralisme, prônant que tous ces dialectes n’ont que pour but D’écraser les masses. Les philosophes ont été éradiqués, parce qu’ils n’avaient, aucun d’eux, de la philosophie Autre que la fumisterie du viol des peuples, dans leur chambrées de doutes, Parce qu’ils étaient incapable d’être d’une rigueur autre que leur posture, Leur égotisme d’affirmer les choses aux vu de leur dire dans des explications validées de la foule acclamante, de mettre à bas tout rationalisme sans jamais le tuer. Ils ont tous peur d’être des fous, ils ne sont au mieux que des propagandistes, sortant d’une école de gourous à la main moitte d’idéologies anti-populaires, un peu moins confuses que les petite gens. Quand les scientifiques, ont une rigueur, une possibilité de dire « tu as tords » autrement que par le zèle, autrement que par le faux-charme, Celui du piètre opportuniste, qui fait de ses méditations d’une classe qui ne se veut que sceptique pour aller s’en jouer de « l’humain ». Le monde les a vu ces fourbes de l’idiosyncrasie en domination, La logique existe dans les symboles, Et là, la philosophie contemporaine a encore échoué, Non pas de convaincre, Mais d’affronter la logique des choses, quand même la science les aide, Désormais, Ils ne savent plus chasser, ces philosophes, Autrement que par leur propre personne. Ils y ont tous manqué à la logique, celle que la mathématique effleure, Celle à laquelle la physique se cogne. Des encastrés de leur culture du maillot de bain parasitante, voilà les philosophes modernes. Ainsi, la philosophie erra elle sur une île déserte, Il faut aller la chercher, Ne pas avoir peur des tsunamis, Les courants l’y ont enfermée la bas. Pourtant elle transcende la preuve, dans le récit. Pourtant elle nous parle sans que nous la comprenions. Pourtant elle n’a pas besoin de temps, Je l’attendrais monstrueuse, Quand des monstres la déterreront de ses sables. En attendant.. Rideau.
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 11/04/2018 à 09h51
[ ! ]
Lapidaire Etienne! La philosophie de ces trois derniers siècles fut plus préoccupé par des valeurs de mœurs que par des valeurs de morales et encore de vérités. Libérer les mœurs au nom de la liberté personnelle, le droit de jouir de vendre et d'acheter cette jouissance sans autre considération. Et puis philo-sophia aurait voulu dire quelque chose du temps ou il y avait encore une notion de "sagesse". Celle ci fut remplacer par une sapience: Celui qui sait conquière le monde... Et ça devait suffire. Le pouvoir certes et oui encore lui mais pourquoi en faire? Rien qu'être au plus haut de l'échelle. Cette sorte d'égalité qui fait que les roses ont des épines, que les moutons ont de la laine et que dans l'ordre des choses chacun se défend contre un autre en passant d'accord à compromis. Simplification du système en termes binaires western à bouc émissaire, sacrifice orchestré d'un hourra la coupe du monde.... Foultitude de préoccupations annexes pour un manège à sensation. Toujours en guerre; à guerroyer contre vents et marées, contre les sources claires devant les tsunamis. Eclosion du terrorisme pour ce qu'il contente les âmes simples dans leur besoin d'être brave. Non pas ce terrorisme vulgarisé rabaissant le besoin de sensation à celui de violence mais de celui fait tituber entre deux étourdissements des extrêmes. Vendre jusqu'à la liberté!!! Sensations à la presse du stress, râpe à grenades et décibels à masquer l'harmonie. Lénifier les conflits des différences minimes puisque chacun a des narines, sentir l'humeur du monde et des fosses communes. "Les gens heureux n'ont pas d'histoire et c'est l'histoire qui vaut la vie." Éloge de la folie: III. — Écartons les sages, qui taxent d’insanité et d’impertinence celui qui fait son propre éloge. Si c’est être fou, cela me convient à merveille. Quoi de mieux pour la Folie que de claironner elle-même sa gloire et de se chanter elle-même ! Qui me dépeindrait plus véridiquement ? Je ne sache personne qui me connaisse mieux que moi. Je crois, d’ailleurs, montrer en cela plus de modestie que tel docte ou tel grand qui, par perverse pudeur, suborne à son profit la flatterie d’un rhéteur ou les inventions d’un poète, et le paye pour entendre de lui des louanges, c’est-à-dire de purs mensonges. Cependant, notre pudique personnage fait la roue comme un paon, lève la crête, tandis que d’impudents adulateurs comparent aux dieux sa nullité, le proposent, en le tenant pour le contraire, comme un modèle accompli de toutes les vertus, parent cette corneille de plumes empruntées, blanchissent cet Éthiopien et présentent cette mouche comme un éléphant. En fin de compte, utilisant un vieux proverbe de plus, je déclare qu’on a raison de se louer soi-même quand on ne trouve personne pour le faire." Erasme de Rotterdam. S'inscrire dans le temps à coup de mort imminente en évoquant les revenants. Lorsqu'il n'y a pas d'avenir, revenir aux âges d'or et ainsi de suite progresser par boucle récursive. Se prouver l'intervention et sa nécessite: N'importe laquelle pour sortir du troupeau et devenir un loup pour l'homme. Vaste vapotage faisant d'une buée un nuage d'orage pour y vendre des armes et la fleur au fusil convaincre encore convaincre qu'il faille pour exister prendre les armes pour en acheter. Et dans ce sens monter des troupes comme ceux des laboureurs droits aux champs pour un miroir aux alouettes... la moissonneuse batteuse et toutes ces métaphores agraires. L'ivraie et le bon grain. "V. — Nul besoin de vous le dire ; je me révèle, comme on dit, au front et aux yeux, et si quelqu’un voulait me prendre pour Minerve ou pour la Sagesse, je le détromperais sans parler, par un seul regard, le miroir de l’âme le moins menteur. Je n’use point de fard, je ne simule pas sur le visage ce que je ne ressens pas dans mon cœur. Partout je ressemble à ce que je suis ; je ne prends pas le déguisement de ceux qui tiennent à jouer un rôle de sagesse, et se promènent comme des singes sous la pourpre et des ânes sous une peau de lion. Qu’ils s’affublent tant qu’ils voudront, l’oreille pointe et trahit Midas. Une ingrate race d’hommes, pourtant bien de ma clientèle, rougit en public de mon nom et ose en injurier les autres..." ...
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 13/04/2018 à 19h50
[ ! ]
« L’humanisme ne connaît pas d'ennemis et ne veut pas d'esclaves. » (La variante anti-néo-orthodoxe) Erasme a glissé sur une peau de banane cette semaine là. Il est curieux de voir que ce qu’il nomme folie se manifeste aussi sauvagement que d’en manquer trop longtemps. Non il n’a jamais su être fou, d’aller vraiment de transcendance. Et le deuxième texte que vous en donner le prouve, assez tristement d’ailleurs, faire rougir, nom d’un chien ! Deux choses : -Les enfant s’entraînent à la bagarre sur les autres pour aller plus tard affronter les alphas qui les harcèlent d’ordres et avoir des amis. Cela me paraît assez logique dans justement l’idée de domination morale pour un quelconque progrès. -Il jouit de sa domination en l’écrivant, ce qui nous amène à conclure qu’il s’élève en triangulation, et ne se voit qu’au travers du comportement qu’il infère chez les autres en rapport de domination. Puis cette histoire de singes, de races, je dirais qu’il y a deux races sur terre. « Moi et les autres » (et ça fonctionne pour toi aussi) Le reste ce que nous mettons dans le mot « race » ne sont que des marquages de similarités statistiques, « la race des grands yeux de manga complexés », « la race des mangeurs de bouillabaisse » etc. (Expression de confusions, pour se familiariser de groupe de soumission, esclavage désiré de fuite de cette folie véritable) Et puis le regard revolver, encore faut-il aller le trouver dans sa bibliothèque le sage en puissance de son contraire ! et c’est pour faire fuir les mouches qui l’emmerdent, non ? Et vous allez me dire que c’est une pierre philosophale ? Il a moins su prendre l’épée dans les mots, mais nous en revenons à cette idée de guerre dans la littérature. Si vous étiez aussi doux que de parler de guerre et de lassitude, vos textes devraient l’être aussi. Pourtant j’y trouve toujours un chewing-gum collé sous la table.. Si mes cours vous ennuie Stephane, je vais vous donner un problème du millenium pour vous occuper, et vous aller plancher dessus toute votre vie. Les plaques sismique ne vous intéressent pas ??? Attends voir sale gosse, il est où le délégué là ?? Oui Antoine, vas donc amener cet ingrat à la sortie du lycée et craches lui dessus je t’ajouterai un point au prochain exam si tu m’en rapporte une preuve visuelle. Et le lendemain, je retrouvais Stephane en train d’injurier les autres de son quartier ! Et le surlendemain je suis convoqué chez le dirlo, qui me crache dessus et me vire à coup de rectorat. Du coup je viens injurier le monde entier qui finira par lui donner un retour sur PQ formel. Parce que tout ça c’était que un bobard de Melissa, une cinquantenaire qui est allée dans la concession avec tous les parents de différentes classe pour organiser un complot à mon égard. Et pourquoi ? Parce que j’ai dis à une réunion parent-prof qu’elle était nulle pour faire les DM de sa fille. Et que du coup Emanuel son amoureux, le pion du jeudi et du vendredi, la rejeté comme étant inapte, lui surdoué premier de la classe à Paris 6 (comme tous les vrais surdoués). Arrivant au prud’homme, le principal se fait renvoyé ! Et il s’en va rejoindre la taule, nous avons découvert qu’il consultait des sites façon hollywoodienne de « coupé ! ». Alors il est allé injurier son fournisseur d’accès internet il était en fait piraté, par Stéphane l’élève de la classe ! La boucle est bouclée, et la guerre est finie. De retour à mes fonctions, Question donc Stéphane, qui est l’ennemi ? « Les plaques sismiques msieu ! » Alors je lui prend son portable, regarde l’historique et je vois « Ducobu modernes entre deux sites de boules» Ouf j’ai cru que j’avais un élève déséquilibré parce qu’il est dernier de la crasse (comme tous les vrais surdoués) Cette histoire étant écrite en motivation, je recevais une lettre aujourd’hui, « vous êtes accepté dans une entreprise d’entretien-voiture, et nous savons que vous pourrez le faire ! » D’un Erasme, je décline l’offre. Car cette nuit j’ai eu qu’une idée. « Prends garde seulement à la rêverie : c’est un bien vilain monstre qui attire et qui m’a déjà mangé bien des choses. C’est la sirène des âmes ; elle chante, elle appelle ; on y va et l’on n’en revient plus. » En effet, à part de dire que le papillon rêve d’être un singe (évolution Chinoise de Descartes), Que les extérieurs rêve/réalité sont distincts physiquement, Ce que toute l’humanité et sa médiocrité ne sait pas « considérer » est le reste imaginatif du rêve ou du cauchemar qui lui fait interférer les deux « extérieurs ».. Ainsi la réalité rêveuse est en échange avec la réalité dans une marge commune, notre imagination. Nous avons donc un emboîtement de réalité avec intersection possible. Mais voilà qui n’est pas pour ceux, fossoyeurs de la désillusion en réconfort de plumes dérobées, qui se glorifient de crêve-coeur imminent, il est une faiblesse à laquelle je n’ai presque jamais vu un ne pas s’y prendre les rotules et la guirlande comprise, celle que l’intelligence devrait être cynique. Car ceux là, ne font qu’affirmer les opposés sans rien apporter que de vraiment cynique ils batifollent leur désarroie dans les tranchées et se font humer des lionnes tout en les haïssant. Car, ceux-là les sélectionnent ainsi pour le reflet de leurs désir. S’il y a un synonyme de cynisme, il est la foudre de la transcendance qui rend le fanatisme naïf par une folie universelle, celle qui n’a que d’un pouvoir, celui de démonstration de son propre inaccessibilité, et lorsque nous nous louons, les autres nous utilisent, La perfection est dans la seclusion, mais celle qui n’est pas d’abstinence mais la plus violente, d’oser trouver dans son intérieur toutes les rancoeurs de l’histoire, qui alors deviennent si minimes qu’il nous faut prendre conscience que dans un univers sans sa dualité de vos plaisirs, vous seriez bien nuls. Voilà comment trouver une joie non triviale, et une réelle liberté, celle qui rend le monde fini petit, un paysage, certes mortel, mais dont mon existence en est indépendante, Ainsi la jungle en antarctique, Et la discussion avec l’ourse polaire, Qui dans mon songe déchirer le corps du lion. Le romantisme dans la logique d’une mise à l’écart, d’une communication réflexive, du viol à la caresse sans domination et que l’idéalisation, celles, ces idéologies, de la culture, s’en passent à s’ingérer dans votre propre poissonnerie, vous reniflant sous la porte, le parfum de vos menstruations masculines. Les voilà les vieux philosophes, qui vous y trouveront un peu d’humour pour une nouvelle dose de doctrine frivole de leure moleste. Ainsi Xenophon, Terminera de pointillés.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 18/04/2018 à 17h58
[ ! ]
« La véritable ampleur de l'intelligence des dauphins est vraiment inconnue à l'homme dans le sens que nous-mêmes, nous avons évolué au fil du temps pour maintenir notre subsistance sur la terre alors qu'ils ont évolué pour vivre dans l'eau. » Peu importe où vous poser votre attention, Vous y trouverez une baleine ou un caméléon. L’une sort de de l’océan entièrement pour y retourner. L’un s’en est définitivement déterminé de saillir dehors. Du mieux que vous ferez de la logique sera D’y trouver leur lien. Que ce soit de guerre, de romantisme, d’échec, De rien, Une ramification, puis un liant, En enroulement pour le déroulement, Une singularité de la naissance, L’histoire en mythe causale. Et un recommencement à chaque instant abstrait. Le kaléidoscope, que nous nous créons, À s’en croire que nous orientons son inclinaison Dans l’abstraction d’un choix. Sur un siège 4D, du futuroscope, Plus tard les lunettes noires. Pour un bain d’oreille. Qui gratte, la simplification, Qui nous devrait de se recroqueviller, Dans un tableau de signes, Juste pour cliquer, sur une explication, Dans le concret d’une force d’action, Qui devrait avoir un effet, Celui d’au moins ne pas se faire néantiser. Et puis, une fois dans le bounker, Sans plus de méchants, Il n’y a plus qu’à le trouver en soi. Et s’affronter soi même, Pour de petite sensations, Car le monde, est devenu barbant, Une sortie courageuse, Comme aller ramoner une cheminée ? Voilà qui est la médiocrité, Je les vois, ces humains, Fébriles, d’un refus du dernier homme, Le mal ne s’identifie pas, Ne se caractérise pas, Il est le dauphin. Il n’a rien de mauvais, de dangereux, Se trémoussant sur les vagues, Celui-ci tourne en rond de bulles. Tranchant les vagues en sa fractale que les bon corrigent. Alors le cachalot, Ecrase les coquillages, Quelle destruction ! Que l’évolution si nous en regardons La respiration, comme une hécatombe d’oxygène. La morale, est une transition. La prédation : la culture, la famille, l’amitié, l’empathie. Secouées de leurs ombres s’annihilent, En sublimation de cette attraction d’une distinction Mensonge de notre existence pour la nier. S’en allait, La sirène d’ambulance, À se dire que nous ne sommes pas dedans. C’est réconfortant ? Comme une voiture de police pour éliminer Un trojan moderne aux résistance du maki amical, Chasse à l’homme, en guépard dont l’accélération gratte le sol. Se trouver d’une sortie d’autoroute à tout prix. Pour ce venter de contre-sens. Ne jamais être de se déchaîner, Dans la putréfaction. Le chef d’oeuvre n’est pas de s’en sortir par la chatière.. A celui qui saura voir au travers des mots, Il est une logique, Qui m’est venu en deux temps. Le premier : La naissance est une singularité réelle. Le second, Le coeur a bon dos, Dans ses discours. Pour écarteler, sans raison. Mais la logique sait aimer. Dans la distinction qui se rejoint impassiblement, Le cyclone de l’existence. Il est encore ce mystère du temps, De nos jours, en créationnisme Comme en apocalypse N’est pas encore appréhender comme similaire. Et la présence parmi ce fanatisme d’un futur à accomplir, à dorloter l’enfer, Ce sera le paradis en brûlure indienne. L’idiotie moderne, De croire, un temps, qu’il fallait, Dans une caractéristique de vilains, Toujours y rester. Si je recommande la séclusion, c’est parce que l’orchidée, Grandit, à ses racines, D’un cannibalisme morale et idéologique, A vous y promener, Il vous faudra être des guerriers, Il n’y aura aucun autre choix, Que d’apprércier d’être un chevalier des ténèbres, Resplandissant. Beaucoup ne seront jamais des dauphins, A résoudre les problèmes d’un autre. Plutôt que le problème des autres, Nous ne devrions pas choisir pas ce à quoi on se resoud, Ce que l’on conquiert, Même si nous tendons à s’accorder à la Terre. De divergence commune, Si rarement, Mais là où vous seriez abominable, Serait de me dire un jour que quoi que ce soit, De la réalité, à la société. Ne vient pas d’un univers qui semble éveillé Tout autant que m’être moi, D’un univers qui se dépisterait, Du virus que je piste. De ces mots, La falaise est proche et je suis un wingsuit. Le dédain du mutisme sélectif guette lentement. Le puritain, vole aux ailerons du sophisme. Plutôt, Kairos, je truciderai, Pour une escapade, Encensée.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 17/08/2018 à 04h48
[ ! ]
Les maitres du monde se reunion de leur patrie, Il y tenait en son milieu le plus prestigieux, Pour vous dire, lorsque l’on. Lui faisait passer un test de QI , Les psychiatres tremblaient, Il fut de ceux qui donnant réponse à chaque solution envisagée, quand on lui osa de demander une explication une centaine de scientifiques, pendant deux ans, investissait sa réponse d’une minuterie.
et lorsque lui fut posé moindre problème, il détenait la seule solution.
s’en été allé de mesure son activité neuronale, il n’y avait rien de spécial, Pourtant le monde entier lui avoué inculte, Nous nous posions alors les problèmes seulement dans la question « va t’il oui ou non le résoudre », Et il les résolvait de jours, sans le moindre des forts, au point qu’il fit un jour une expression « je peux vous faire de vos théories vous en serez comblés, pour moi fontainiste» Tout écrivant «unicité » il devrait l’intelligence, l’anomalie, on lui fit une garde rapproché pour s’assurer qu’aucun chanpin ne vienne l’éliminer,
quand un jour, il décidait d’une réunion avec les autres maitres du monde. 1: je vous prie de convier à mon appel qu’il est de notre de mesure de faire de la terre notre existence, d’une organisation que je tiens que je façonne, je me viens vers vous, maitres du monde pour que vos armes soit haine guisées d’une universelle volonté dans le baiser touchant salvateur de notre être.

2: je règne de la folie, Monsieur, que ce soit effrayant, je suggère le génocide de 97% nous pouvons desormais mesurer, de la population selon l’échelle, il est triste que chaque arme de destruction de notre espèce se retrouve de plus grand nombre, à appuyer sur le bouton, si nous ne détruisons pas entre nucléaire et virus aisé de nous terrasser, un jour ou l’autre, l’humanité sera vaurienne, d’un idiot toujours plus nombreux d’appuyer sur la gâchette de notre fin ensemble. 1: Je vous entends, mais dominance mortelle fut fréquente et jamais n’amenait à leurs idéaux jusque las, notre reunion serait alors l’aigle du QI flamboyante, que le livre de la vie nommerait notre plus grande constante erreur.. je les connais ces humains, ils feront des lors que nous les massacrerons semblant d’échouer la lune de Chronos, 2: nous pourrions les enfermer, avant de passer le test d’une mesure sur le cerveau. 1: Ah que je vous loue, mais moi même il m’est aisé de me diminuer de 60 altitudes dans le QI d’une brève pensée, comme ces êtres ou nous ferions d’onde leur développement d’une mémoire photographique, à écouter la precise musique. Quand je divine plus puissant que ce qui me daignent me tester.

3: Votre métaphysique n’est que ruine de l’âme. « 1/3 des maitres du monde partent »

1. Il nous faut resumer millier d’années par delà l’enchevêtrement de notre être, qu’est-ce donc que cet univers notre conscience ? Je vous le demande simplement. 4:Nous pouvons changer le monde si je vous suis, mais quelle serait l’orientation à choisir pour notre eveillement de nous comprendre nous même ? 1: Détruisons en préalable le mal physique, de ce que nos corps soient immortels, 
nous ferons du mal une substance de notre grandeur, et nous sélectionnerons chaque être qui nous rejoint, de ce qu’il peut être maitre du monde. 4. SI je puis me permettre infinie intelligence, un maitre du monde nous questionnera, et sera autant mauvais que bon

1: Nous les trouverons dans l’ivraie, de ceux que ne font pas du bon leur valeur pour nous dérober plus tard, nous leur ferons des flammes bleus à l’enchantement d’un de nous encore

5: Le monde m’appela je suis pré-occupé et en désaccord ,


Tous alors quittèrent la salle.


C’est seul que jack pris son flingue, sa troupe le regardant mais acceptant peu importe ses mouvements, Il le braque sur son front, à peine un pincement de dent, 
je connaitrai la vérité, il fit de la table de reunion une flaque de sang du génie,
quand se réveillant, à l’hôpital, les murs furent blanc, un docteur venant vers lui « je suis heureux que vous soyez de retour »
Il sortait de sa chambre, rien n’avait changé excepté une cicatrice sur le front, il croisait une oeuvre un chat avec une soucoupe volante, avec en commentaire « tu n’en sortira pas tant que »,
ce fut l’oeuvre du seul artiste qui dépassait toute intelligence, que l’on s’en était effrayé .
Jack énervé souffrant d’amnésie, il courait dans les rues clamant « je suis mort, je suis mort, je suis ce génie ! » 
il écrit qu’il s’était tué, qu’il voyait le futur,

L’allégorie que l’on ne comprend pas au paravant,
Jack alors croisant de tempe
desormais il fut surpris de toute part et nota brièvement :

«ainsi les autres,
 dont expirerais l’unicité de ciblimade  »




 et ceux, dans le reflet, moquerons. 



 

Répondre
Réponse de R.E.D
Le 29/08/2018 à 11h50
[ ! ]
Toujours dans ce problème de confrontation avec la folie? De quoi avez vous peur exactement? De vous y perdre pour de bon? La question n'est pas là; Il y a autant de réponse que d'envie d'en donner... Et alors? Cette recherche qui vous anime, recherche d'une solution unique pour une unique vérité n'a t'elle pas assez fait de dégât autour de vous? Gloser sur le nom des choses juste pour avoir un prétexte à mieux définir... Peut être!?... Faites moi plaisir, allez faire un tour en foret primaire et regardez donc un coucher de soleil un lever de lune ou tout autre chose avec un peu d'émerveillement et rangez votre tête comme on vide une poubelle au moins une fois par jour... (J'aime assez la manière dont vous décalez le sens, mais ceci, s'il est possible de le lier avec une forme de poésie "moderne" ne suffit pas. Au même titre qu'un grand bluff conceptualiste à charmer les gogos en mal de reconnaissance. Quelques petits problèmes de go en somme en attendant le bus.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 29/08/2018 à 22h20
[ ! ]
« De quoi avez vous peur ? » Trouvons nous une peur, mes frères ! Mieux, je vous propose d’avoir peur de moi, je m’offre à vous dans l’ennemi commun. Votre sens moral se veut d’un bûcher, ne vous voulez vous pas d’une renaissance d’un sacrifié pour vous faire à une civilization et vous centupler, sempiternelement ?
Venez donc me tuer, je vous promet une dignité dans le combat, aucun coup bas, et je serai honoré que vous acheviez mon destin terrestre dans la grandeur de votre force me surpassant. Enlève ton casque ameno, sort de ton château et faisons s’émerveiller l’humanité d’un art martial !!!

Mais non, on a juste droit d’être envoyé à la poubelle après qu’une bande de gorets te laisse crever dans la pourriture de piques pockets. Regardez-moi je suis sur une rocher et je pousse tout le monde ! C’est inné mon petit cul surélevé cherches pas.

Nous commencions à voler RED, les ailes si rapides qu’elles semblent immobiles, d’un style inconditionné et une énergie naissante, embrasant la vérité dans les tréfonds de l’inconscient, le bonbon est trop sucré pour ne pas y prendre d’une domination facile ? Mais je crains qu’il me faudra me contenter d’un assez bien ici. Faute de correcteurs qui ne lisent pas entre lignes ironiquement de leur passé. Hier on m’envoyé un mail, un individu de société Haut Qi, il m’a énoncé qu’il voulu écrire autre que le journal de sa société haut QI dans un milieu pour surdoué en partie mais que ses dires furent rejetés par sa propre volonté auto-destructive. Vous voici maintenant dans la tête d’un surdoué : C’est dans la paisibilité que je naquis.D’abord m'est accordé une gourde dans le desert de la vie. Puis mon chemin, d’obstacles me présente l’hostilité de mes pas, ce fut le monde ! Le sanglot, ferait fondre leur cimeterre ? quand l’on me dépouillerais le goûter soigneusement préparé. Devrais-je laisser ce gâchis comme vérité au monde ? Que mon gouter soit mon injure !? J’ai alors dans les fin fonds des montagnes de l’Eiger, déterré des mes sables Caladbolg. Cette métallurgie, étincelante m’aveugle aux premiers mirages de danser de ses mouvements en cercle les yeux fermés, ma baguette fusse-t-elle de sourciller ? Ricochant, la rivière me murmura « Fils du tréfonds Ô fils de tréfonds, je te chante la mélodie d’une survie surpassée » M’esseyant aux aguets de l'ensorcelleuse, j’y soulève le rocher de la douce syllablé, Elle m’entoure de raisonnantes écumes, piètre calebasse ! dirait le prince, rempli donc mes veines d'émoglobine, soit de nourrir sans crouler de phosphorantes délictueuses plus belles que la marquise, Ordonnant de fait la sagesse de faire contre la vérité d'une vie d'effervescence inachevée. Oseras tu, oseras tu ne pas garder ce lyrisme pour un destinataire défini ? de colère, Tenderolle, ou peine appelez ceci, quelle dénégation, dans mon passé, mes mots, chapardant, cette civilisation me semblant niaise de jamais les raisonner pleinement. Je te défirai alors monde, à me faire oubliette ou prison de Loches ! millier surgissent éternellement. Je te défis société, pour me modeler, j'écris le tumulte que tu ne saurais jamais percevoir. Je me défis, multitude absente à vous, maintes fois votre menuisier.
 

 La table de go est encore une fois devenue un trou noir, mais j’aime assez votre approche passe partout je vous laisse un oeil dans le coin, 5 cases. Tenue Correcte Exigée.


Répondre
Réponse de R.E.D
Le 30/08/2018 à 08h49
[ ! ]
Ah! Le modelage voyez vous demande de la dextérité... Analogie constructive qui fait qu'un bloc d'argile n'est, après tout, qu'une éponge. Saviez vous qu'à l'image de bien d'autres choses, il suffit de la remuer doucement, la glaise, en lui trouvant son rythme, pour que celle ci devienne souple? Par ailleurs laissez là reposer un peu, et elle retrouve sa structure sédimentaire ( sorte de mémoire de forme)... à voir peut être avec les liquides non newtonien... Peut être ici y comprendre quelque chose sur l'agitation mentale...
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 10/09/2018 à 09h01
[ ! ]
En fait le problème c'est les autres... Non? Passer son temps à se taper des relations surfaites et des discussions absurdes avec des personnes qu'on estime que trop peu est extrêmement fatiguant: Voir parfaitement énervant... Le paradoxe c'est qu'on retrouve toujours un peu plus "d'humanité" dans la simplicité, surtout lorsqu'on a fait à peu prés le tour de tous les probables. Quand aux choix (quel-qu’ils soient), lorsqu'on parle d'intelligence et entre autre cognitive, on parle encore de compétences adaptatives. De cette faculté de dépasser la recette de cuisine pour toujours trouver un moyen de faire à manger; en quelque sorte... Très étrange cette affaire de QI! Très étrange aussi ces affaires de handicap ou de potentialité de réussite!!! Tout ceci semble sortir d'une mauvaise dystopie "new-âge" tendance eugénisme et nouveau héros prométhéen. L'être parfait, l"Homme total, l'animal supérieur, la modification génétique, le module de référence absolue. Je ferais remarqué ici que: Si toutes les abeilles ont un dard et que dans l'ensemble elles ne piquent que rarement la somme du carré exponentiel de la racine des possibles nous ramène au fait que la moyenne de l'ensemble de la biodiversité remarquable ne correspond, en tout état de cause, qu'à une moyenne de ce qui est actuellement reconnu comme étant acceptable... Ce qui limite un peu beaucoup les choses non? Et d'ailleurs pourquoi se poser une telle question? Du "cru et du cuit"... Du "ça vous chatouille ou ça vous grattouille?"... Concernant les propos sur la "réussite", prendre en compte que la "réussite" telle qu'on la présente communément n'est pas forcément une référence absolue: Dés lors qu'on s'attelle à une recherche naturelle (j'entends par la simple curiosité, en opposition à une recherche culturelle, réflexion sur les universaux...) la réalité dépasse souvent la fiction et les abstractions mentales. Confondre le nominalisme avec le conceptualisme pour la raison qu'ils s'expriment par un "langage", confondre un bilan comptable avec un irrationnel, c'est se borner à quantifier par défaut tout et n'importe quoi... Il me semble que le mythe de "l'intelligence" ethnocentrique est tombé depuis au moins plus de trente ans!... Depuis que les papoues ne sont plus des "attardés" mentaux. Et parlons en des véritables handicapés du bulbe! Tiens Stephen Hawking en est un bon exemple par le fait qu'il aura échapper à l'incompréhension générale par un manque total de discernement de son entourage à le voir tel qu'il se présentait: Moche et difforme et n'étant même pas foutu de se démerder par lui même!!! ça nous pose la question du "génie"... Personnellement je le qualifierais du miracle improbable (comme tous les miracles) de n'avoir pas été virer de son poste parce qu'ils faisait peur aux petites filles. (Du principe de déterminer un extrême pour en définir les autres.) « ce qui trouble les hommes ce ne sont pas les choses mais les opinions qu'ils en ont » et comme on dit de nos jours: cordialement!
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 11/09/2018 à 02h44
[ ! ]
Je vous propose un peu de mécanique quantique expliquée. Théorème : « Je suis mort » Démonstration : L’emplacement d’une particule est superposée. Celle-ci interagit avec mon couteau. Qui se trouve alors par inadvertance de probables dans le ventre de mon chat, ou alors dans mon assiette (le couteau). Notez que je ne suis en aucun cas « responsable absolument » que mon chat soit blessé puisque ma main est elle aussi dans un état superposé, ce n’est que ma prise de conscience des autres qui engendrera de leur observation, notamment s’ils sont dotés d’un sens moral « d’entité biologique identifiable proche à consommer» (similarité utile), une réponse « causale » de me renvoyer la balle. Je peux appliquer ce raisonnement aux autres. Mais mieux que leur « réponse causale », je suis aussi les autres, au moins dans le sens où l’ensemble de mes pensée en est conditionné et « actualisé » tant que je n’ai pas rejoint ma jungle, ce dont nous avons vivement débattu auparavant. Or si l’autre est dans un état superposé « mort/vivant » je le suis aussi. QED Corollaire : « Mourir c’est naitre » Démonstration : Evident, non ? QED Remarque : « A ne pas confondre avec la réincarnation, puisque la naissance équivaut au renversement symétrique d’à quel point vous êtes mort avant le phénomène du même nom observé jusqu’à nos jours uniquement chez les autres. 
Et beaucoup me diront « je suis pleinement vivant ».. Question : Si l’on exclu la causalité de sens de similarité de renvoie de balle des autres par selection d’un animal valorisé « positivement et négativement », que j’appellerai image consciente de l’univers pseudo-distinct de moi, ne ferions nous pas que transvaser de paysages ? Aussi la stabilité de l’équation différentielle de la moyenne, n’est autre que l’évolution projetée par la causalité des autres pour leur propre evolution exhibée démontrée par la force de retour rétroactifs se voulant surpasser un ennemi commun. Exemple simple : Hawking pourrait aussi être projeté, non à sa fertilité physique, mais à votre téléphone, vous prenez soin de lui (du moins ne le détruisez rarement volontairement) pour sa puissances « de calculs », et l’entretenez d’électricité. S’occuper de ses propres besoins « corporels » reviendrez à dire que votre smartphone devrait se brancher tout seul pour que vous en soyez ravi. C’est absurde, quoi que quand lorsque l’aphone 18 sortira, c’est lui qui vous branchera à votre cuisine pour que vous l’utilisiez. Ce qui se cache dérière, est une valorisation selective dans la non délégation de besoin que tous sont en mesure de réaliser ou « pragmatisme morale ». C’est-à-dire « moi je me démerde tout seul ». Et qui sous-entend en réalité, que l’incapacité serait comblée par les autres de manière chaleureuse. Tous les paradoxes de l’auto-suffisance. C’est une erreur de raisonnement, la société ne fait que conserver ce qui la nourrit, un corps à entretenir est négligeable au vu des preuves réalisée par ce qu’il contient à la nourrir. Cependant, la société est je dirais prudente, d’où le « surfait pénible » qui amène à une séclusion, différent de la fuite mais plutôt résultante de regimes totalitaires sur la communication en une morale comme effigie ordonnée auto-justifiante du bien commun, et nous tournons en rond !? (À méditer) Quoi qu’il en soit, un « surdoué » est dans une ambivalence de se faire proie attirante autant que de chasser. Et une opinion n’est qu’un refus de superposition, une limite communicable. Un renforcement sociétales par la notion de dirais-je « ressource sociale ». Tout le subterfuge est que se faire proie en conscience est tout autant une prédation dans la notion de « piège », que je résumerai en « il n’y a pas de beauté morale, faire de son mieux, sur ce plan, est aussi laid que de se contenter d’obéir à une sérénité octroyée». Je reprend le fil de mon argumentaire : Nous observons une hiérarchisation des narratifs dans leur domination (je pourrais trouver un synonyme pour l’esthétique, mais je me veux formel cette nuit suite à votre plainte sur laquelle je reviendrai à la fin) en cascade, rien de plus, dès que nous parlons des autres. Et ceux qui sont dominants sont simplement ceux qui renforcent la cohésion du groupe. Autant que dans un milieu chaotique, ceux qui renforcent la cohésion du groupe ne sont autres que des sanguinolents de l’origine supposée du désordre. Syncrétisme d’exhibition de cohésion versus immanence de pouvoir, où démarquage versus amitié. Facile non ? Le problème c’est bien les autres. Et ne me parlez pas d’une personne qui aurait grandit avec des loups, les loups sont tout aussi des « consciences image». Quand à me parler de celui qui n’a jamais vécu que seul sur une île déserte. Il y a toujours les arbres qui ont une « conscience image ». En revanche j’aime assez l’idée d’imaginer un être qui a évolué dans le vide, quel oxymore ! d’appeler cela évoluer, mais ne serait-il pas au contraire plein ? Ayant « bouffé » tout l’univers. Le super prédateur idéal en somme qui n’a plus peur de l’énergie du vide, qui n’existe pas.. Bref, A partir du moment, ou vous êtes conscient, vous interagissez en identification/différenciation -> selection d’ordre « societal » que ce soit ces « humains » ou ces « plantes ». La seul question à se poser sur tout ce qui est animal supérieur est alors : Pourquoi les gens apparement intelligents plutôt que de dire « je suis intelligent » disent « j’évolue ». (N’y verrait-on pas une emprise indirecte intelligente ??) La théorisation de réalité est donc de mettre en perspective par une communication ce mécanisme de stabilisation du paysage « conscient » qui autant qu’il nous détruit, nous maintiendrait partiellement. « Le jour où la science commencera à étudier les phénomènes non physiques, elle fera plus de progrès en une décennie que dans tous les siècles précédents de son existence. » (Tesla) Pas de poésie sans modération, que du brut, je pourrais vous en faire un dictionnaire sans même me fatiguer. Faîtes moi plaisir RED, devenez scientifique. (En surinterprèterant)
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 11/09/2018 à 07h55
[ ! ]
"C’est une erreur de raisonnement, la société ne fait que conserver ce qui la nourrit, un corps à entretenir est négligeable au vu des preuves réalisée par ce qu’il contient à la nourrir." Oui bon d'accord j’acquiesce ici à tous vos raisonnements... Comme quelqu'un qui y a beaucoup réfléchi et pour qui tout ceci est désormais une affaire classée: Une sorte d'évidence. Mais en dehors de ceci qui n'apporte rien d'autre que des pierres à l'édifice morbide d'une affirmation comme "radicalement optimiste et fondamentalement pessimiste", en terme justement d’évolutionnisme des probables (ce qui rejoint votre constatation d'une faculté d'intelligence), en dehors de toute vision "finaliste" et d'une tendance à complexifier les évidences vus lu ou su, concrètement (un peu de prospective) s'installer stylite dans le haut des ruines d'un "système" qui, ayant fait ses preuves se contente de parasiter bêtement de peur d'envisager la symbiose, qui prêche à qui veut l'entendre (au méga-faune) la courbe ascendante d'un libertarisme individualiste et l'expansion d'un univers par le vide... Big bang et effondrement, dualisme des opposés action et réaction...ETC. Bref, la prospective scatophage d'un recyclage, même positif, m'emmerde pour ce qu'on y inclue une nouvelle forme de nihilisme. Il y a déjà très longtemps, prenant en compte la strict réalité (et sans aucune poésie métaphorique) que je me suis aperçu que nous vivons tous (j’entends ici toutes les formes et au delà des classements) sur une fosse commune! Et alors? Croyez vous sincèrement que la prise de conscience intellectuelle si communément vantée de nos jours dans les théories du développement personnel (qui soit dit en passant rejoint certaines de mes réflexions... Non plutôt certaines de mes constatations sur une autre certaine perception de la "réalité" et ne revenons pas s'il vous plait sur le relativisme de la construction d'une notion de réalité!!!) change quoi que ce soit sinon ajouter une couche d'enduit supplémentaire à l'idée d'une "faute" originelle qu'il nous faudrait dépassé d'une manière ou d'une autre? L'idée sacrificielle justifiable par on ne sait quel artifice post empathique d'une sorte d'espèce voué au culte de sa personnalité ne fait que justifier sa mort. Un peu comme la visite à la Toussaint des Halloween psychotiques... Non? Que faites vous donc de la puissance même de cet "instinct de conservation", de cette force brut justement qui fait tomber des graines presque invisibles entre les concrétions volontaristes de nos démesures, à en faire péter les joints? Quid encore du délavage des peintures de nos histoires en théorème? Il y a, je remarque de plus en plus, un effort justement de ce qu'on a appeler longtemps l'absolutisme d'une forme dévoyé de science comme seul moyen de connaissance absolue (ce qui nous renvoi à une controverse sur le propos même de l’accession au savoir: Gnose ou révélation? Origine des mystères opposition entre savoir et connaissance, être ou faire, initiation, degrés classements, hiérarchie... Cherchez l’intrus...) Un effort donc de celle ci, pour se dépasser la métrique en valeur absolue... Des "questions" comme "qu'est ce que la réalité?", qui furent durant des siècles de gargarisme opposés aux "philosophies" (quoi que j'aime de moins en moins ce terme d'origine) douteuse) semblent maintenant évidentes et entre autre justement par le maniement d'une mécanique quantique dans l'imbrication... Le propos même d'une causalité logique du principe de l'hypothèse et de sa justification se trouve être remis en cause par le fait qu'on examine ses fondement en étudiant non plus la supériorité de tel ou tel phénomène (selon la règle de plus c'est complexe plus c'est évolué... bon ça maintenant c'est une évidence!!!?) Mais les interactions entre ses dits "phénomènes". "Bref, A partir du moment, ou vous êtes conscient, vous interagissez en identification/différenciation -> selection d’ordre « societal » que ce soit ces « humains » ou ces « plantes ». Toujours cette opposition entre nature et culture, dénomination et classification. J'y ajouterais que conscience ou pas les "choses se font" soit en tenant compte du volontarisme parfois mal placé de notre supposée conscience "éclairée" soit en mettant un point d'honneur par des conjonctions d'une telle complexité qu'elles nous semblent évidentes d'un "bon sang mais c'est bien sûr!" à nous foutre en l'air tout l'édifice même de la pensée que nous en avions eu... J'expliquais l'autre jour à quelqu'un justement que lorsque nous y pensons correctement la culture n'est rien d'autre que le réseau d'influence complexe que nous entretenons avec l'extérieur. Ce qui nous amène à nous poser la question de savoir ou commence celui ci? Et que donc l’acquit et l'innée sont des valeurs induites au même titre que le rouge et le noir et tout ce qui s'en suit... Pas la peine de développer... Pas la peine non plus de nous opposer ou de nous rejoindre pour former le moindre groupement du genre unissons nos force pour faire un tas de gravier devant la montagne... Veuillez s'il vous plait ne pas confondre la simplicité avec la médiocrité par fainéantise, considérez le propos de l’efficacité comme un moyen de se reposer afin justement de vivre longtemps et de s'en contenter sans pour autant ne pas être conscient... de toutes les questions et de toutes les probables réponses! Quant à la conscience, les multiples questions et interrogations sur justement celle ci me semble certainement plus "constructives" que les propos sur son éloge!!! Encore une fois la réalité est certainement plus fantastique que la moindre de nos fictions!! Et d'ailleurs dans la vraie vie, ce qui nous emmerde le plus ce sont les scénarios bâclés sur des clichés qui comme tous les clichés sont éculés... Mais il faut des livres d'enfants, des abécédaires en quelque sorte et l"espoir que ceux ne soient pas qu'une simple propagande idéologique... UAQVVDB.
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 12/09/2018 à 08h05
[ ! ]
“Pour approcher le spirituel en art, on fera usage aussi peu que possible de la réalité, parce que la réalité est opposée au spirituel.” Veuillez vivre longtemps et refus du nihilisme.. Flagrante manipulation. Sommes nous devenu un jeu de rôle ? Bientôt commercialisé, casket « The_Monkey » avec sur le T-Shirt « Ecrasons l’humanité », beret Red avec sur le pantalon la ceinture marquée «par delà le par delà le bien et le mal ». Des hooligans se retrouvent demain places de la république dans un affront métaphorique entre Aprodite et Perséphone, en banderoles « pessimiste de survie » et « créateur de valeur éphémère ». Comment vivre sur une fausse commune ? En étant chiant ! Tiens je te rep comme tu l’attends, est-ce vraiment ce foutu message que vous souhaitez aux autres « Veuillez, essayer de vivre longtemps ». Tous le problème de cette idéologie, est que pour vivre longtemps on est amené à parasité de nonchalance, plus de nuages sous nos pieds.. Juste un espèce de rationalisme de sécurité. Félicitation pour la cohésion. Tous les gogos sont de votre côtés. A quoi bon vivre si longtemps si c’est pour en arriver à la conclusion de sortir les poubelles ? Et en arriver plutôt qu’une évolution à soumettre que la femme n’est qu’une bouet remplaçable à peine de sauvetage.. d’un agité dans la mer, la boue s’achèche. Voyez-vous quand je parlais de cynisme : « La femme est un animal vulgaire dont l’homme s’est fait un trop bel idéal. » Des « hommes presque Flaubert » par millions. Se complaire, de n’avoir jamais su trouver une dualité dans l’approche se révèle, sur le QI c’est toute la difficulté dans le fond, comment se mélanger à l’autre quand tous ont l’air de processus, à voir l’ensemble toujours et jamais quelqu’un qui sort de conceptualisation, du déjà pensé. Cette « simplicité » du mondain, avoir des amis dans l’idée d’une conquête commune une compétition, que l’autre adule d’avoir eu un moment les mêmes désirs. Ce côté, d’essayer d’être dedans, avec disjonction d’une agitation mentale spécialisé et un social réglementé qui n’autorise aucune fantaisie ? tout de suite vue dans la perversion ou dans la pathologisation pour un « bien commun », pour un bien commun ? Se retrouver dans la catégorie des instables des gens à éviter..? En parallèle, se dire que d’autres ressentent la même chose pour moi ? Ou pourrait ? Un top soulevé et un bottom, pour essayer d’en découdre autre chose que l’évolution. John Nash : Ce n’est pas moi qui n’aime pas les autres, c’est les autres qui ne m’aiment pas. Passer par la théorisation, pour redescendre sur une espèce illusoire, de considération qu’après tout, ma vie c’est ça, être multiple personnalité en fonction de, et je suis content aujourd’hui j’ai échangé, en plus les autres font comme moi. Voilà la réelle médiocrité, se sustenter. L’évolution c’est de vouloir d’autre avec qui échanger. Si ce n’est par la force. Et puis ce son après tout, tout une forêt enchanteuse, j’aime beaucoup la simplicité tant qu’elle est rude, je ne traine que dans des milieux remplis de colériques et d’antisociaux, au plus bas « moralement »; ils me sont un brasier infini, Un passant demandant à Socrate : « Pourquoi je vous trouve toujours dans les rues d’Athènes à répéter la même chose ? » Socrate : « Ce qui est surprenant n’est pas tellement que ce que je répète soit la même chose mais plutôt que ceux à qui je le dis soient toujours les même ».
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
j'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ?
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T14.769