659 093
questions
1 420 534
réponses
1 430 817
membres
M'inscrire Me connecter
Inscription gratuite !

J'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ? - Page 48

Question anonyme le 13/02/2011 à 15h42
Dernière réponse le 14/11/2018 à 22h38
[ ! ]
J'ai un qi de 160 et j'aimerais savoir qui suis je ,que puis je en conclure concrètement ?
Répondre
946 réponses pour « 
j'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ?
 »
Réponse de R.E.D
Le 12/09/2018 à 09h25
[ ! ]
Oui, oui! (ironie en smiley) Et "un égoïste c'est quelqu'un qui ne pense pas à moi." "Si je répète les choses c'est parce que vous ne les entendez pas. Hein comment que me répondez vous?" Dialogue de sourd. Maintenant abordons les problèmes concrets s'il vous plait et vous parliez des femmes... ça c'est étrange... Il me semble que, bien plus avant, je vous avais conseillé de lire avec attention "l'amour et l'occident" de Denis de Rougemont. ( Quelques études socio-économiques, assez pointues sur le sujet, pourraient vous donner quelques clef afin de mieux comprendre la manipulation médiatique ayant eu lieu au 20ième siècle... L’utilisation de la publicité, entre autre pour établir les codifications des rapports hommes femmes.) Je repense ici à une ancienne voisine qui faisait trois fois par jour le ménage complet de sa maison, juste histoire de s'occuper parce qu'elle avait tout et qu'elle n'avait pas besoin de "travailler"! Tout le petit matériel, depuis le sèche linge en passant par le robot multifonction. Revoir donc la mythologie de la liberté des femmes au travers de la glorification des sentiments comme valeur absolue, le frigidaire libérateur et la machine à laver, le biberon et la couche culotte... Y ajouter au shaker la problématique de l'esthétique et du "charme"... La propagande cinématographique (en dehors de tarzan et sa compagne, à deux doigts d'être censuré), l'idée véhiculé durant des années que le viol était le fantasme le plus fréquent chez les femmes, les perturbations endocriniennes liés aux contraceptifs, la problématique de l'avortement, l'éclatement des familles et la coupure générationnelle, la pratique courante de l'individualisme et de la réussite personnelle... La banalisation de la dépression ( idem les analyses plus que douteuses à la Dolto sur celle post natale) et les petits cachets roses, l'industrie pharmaceutique et la consommation addictive... De l'histoire des magazines féminins ou comment l'on passe de "modes et travaux" à "Marie claire". Je passe ici l'étude de "genres" des années soixante dix, la revisitation des clichés du "féminin sacrée", la glorification de Mars et de Vénus, Marie Madeleine et le Da vinci code, le rétablissement du mythe de l'androgine... Observez avec attention en identifiant les diverses causes des comportements tout en prenant en compte qu'il existe divers degrés d'induction comportementale. Allez faire un petit tour dans les us et coutumes extra européennes, et revenez m'en parler quand vous aurez vomi, digéré, fait un gros caca et assimiler ce qu'il en reste. J'y ajouterais qu'il y a les amis de la Sophie et ceux de la pratique. Les mathématicien et les physiciens... Et que le débat est clos depuis belle lurette de savoir si c'est la main ou si c'est la tête qui fabrique l'outil... Il reste à constater. Bon courage pour y voir clair et surtout ne mettez pas de prothèses si vous devenez aveugle: Achetez un chien, ça vous aidera à traverser la route sans vous emplafonner sur le mur d'en face!!! "Ah les femmes je vous jure!!!" Oui mais lesquelles?
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 12/09/2018 à 16h31
[ ! ]
Une petite pause de plus à papoter sans prétention avec vous. ça n'est que très récemment que nous avons vu apparaitre le principe d'un contrat social, non? La socialisation, l'adaptation ou pas à la structure sociale, le principe d'intégration et autres bidules ne viendrait il pas du fait que l'égalité des conditions de vie selon les droits de l'homme et du citoyen tend à aplatir nos différences dans le renforcement d'une "classe moyenne"? Cette confusion commune entre égalitarisme de condition et singularisation génétique qui fait de chacun une espèce en voie d'extinction. La codification de plus en plus drastique par les stéréotypes, sourire de façade et politiquement correct lénifie la conscience collective en un sirop douçâtre à la saveur justement moyenne. Ne pas polluer, ne pas faire de bruit, ne pas déranger... L'uniforme qu'on revêt simplement pour être admis en "société" devient aussi contraignant que de vouloir rentrer son pied dans une chaussure qui n'est pas à votre taille. Trop grand ou trop petite, le résultat est le même: MALAISE!!! Voyez vous je sors très peu, mais simplement par "nature". Le propos de l'intégration de grès ou de force dans le corps sociale est un problème typiquement français. Une sorte de volonté napoléonienne à vouloir fabriquer une population "uniforme". Langues coutumes, apologie du parisianisme, centralisation... L'amalgame actuelle entre différenciation et discrimination le montre assez bien. Hors si nous sommes ce que nous sommes, à l'état individuel, la société n'est alors qu'un troupeau de singleton et c'est le concept même de société qu'il faut remettre en cause. Se pencher donc sur l'amalgame entre sociétés et "socialisme". Une "société" dans le sens groupement de personnes, qui refuse à l'un de ses membres le droit d'être lui même au titre qu'il doit être comme la moyenne de tous les individus qui la compose, refuse de s'enrichir de la différences de chacun. Ce qui est, en sortie un replis identitaire par défaut d'avoir reconnu la diversité des états. et phénomènes. Non? Il y a fort à parier que la vulgarisation du chiffre et des moyennes par la pratique des sondages en tous genres aura terminé d'abrutir nos contemporains dans une conscience faussée de l'observation du réel. L'idée de se mouvoir dans un système de stéréotype véhiculé sous forme de préjugés renforce faussement l'idée de particularisme en noyant ceux ci dans la somme des moyennes de singularités. Le problème de la notion d'individualisme de notre époque est certainement plus un problème de d'incompréhension de termes... Une sorte d'exercice de logique rendu absurde par l'intégration de données ineptes!!! Du genre: "Lorsque la moyenne des troupeaux d'éléphants parcourent un hectare de savane en ligne droite, selon une vitesse approximative de quinze nœuds à l'heure, le sol vibre sur une fréquence de quinze méga hertz. Calculez avec précision, selon la résistance commune des matériaux, l'enfoncement probable de la toundra par un troupeau de mammouth pour la raison que les mammouth ont eux aussi une trompe." Si c'est un joyeux casse tête distractif, pas de danger! Mais si l'ensemble d'une société composée d'individus moyennement intelligents par le fait qu'ils ont su distingué ce qui l'était de ce qui ne l'était pas, se tape le luxe de se focaliser sur la résolution de ce genre d'exercice afin d'en déterminer une mesure type apte à mesurer (justement) le problème de l'intelligence moyenne... Là ça devient grave! Si celle ci par dessus le marcher, se pose la question de savoir le niveau d'intégration sociale (et le type de cette intégration) de chacun de ses membres selon une solution type et moyenne de la valeur de l'intelligence générale... on est franchement dans la bouse!!! ... Pour la raison que nous avons des trompes et au moins deux pour les femmes (faloppe et eustache) mais vu qu'elles ont moins de poils parce qu'elles ne portent pas la barbe... Calculez la moyenne des divergences sociétales entre les groupements humains selon le prix des rasoirs jetables! bon sur ce, j'ai 160 de QI depuis bien longtemps et ça ne me fait ni chaud ni froid sinon quelques belles insomnies lorsque je n'arrive plus à me rappeler ce qu'est l'intelligence moyenne... Drôle non?
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 13/09/2018 à 07h07
[ ! ]
« Encore un siècle de lecteurs et l’esprit même sentira mauvais. » Votre pub des petits suisses à 10 euros.. Vous avez bouffé le ver. J’entends l’oxyurose de la culture littéraire. Hiroshima en orgasme, et alors ? Est-ce qu’à la fin du livre il entre dans la jeune fille à la perle à petit coups rythmés ? Tenez-moi au courant ! Tiens l’autre jour, j’ai vu une femme sur Canal + se faisant un cunilingus à elle même, c’est crypté qu’en fonction de la valeur absolue de l’heure (AM PM), mais je n’ai ressenti aucune excitation, j’ai soudaimenent remarqué le lien entre moi et les autres que j’interprète aussi largement que le socio-économique nique nique. Bref, Je passe aux aveux, j’ai un trouble intrusif de manque d’attention à ce que je ne peux estimer, qui me pourrit la vie, dès les premieres lignes ou les premiers mots en général je décroche pour une hyperlucidité inébranlable et acquise, C’est un miracle que j’arrive à vous lire. Tout résulte d’un égo surdimensionnés, qui lui résulte de mon enfance plus que sordide, où au lieu de renforcer les liens affectueux par des évidences, je ne trouvais que des contradictions logiques dans l’expression d’autrui. Passionnant les 9 premières années, et puis ce n’est plus sur les personnes que les contradictions emergent mais sur les groupes sociaux, et puis ce n’est plus sur les groupes sociaux que les contradictions emergent mais sur l’univers et la conscience, et puis ce n’est plus sur l’univers et la conscience que les contradictions emergent mais d’un soit moi. Drôle non ? Alors j’ai appris à tourner en rond de boucle recursive, cela consiste à transformer soit moi en les autres pour recréer des contradictions que je peux décortiquer historiquement. « Lui aura-t-on seulement dis qu’il passera sa vie à tourner dans le labyrinthe ? » Rencontrant un marteau (un Minotaure hostile), il n’y plus que pour ces êtres identifiables à reconnaissance faciale dans les aéroports d’aller droit dans le mur ? Un peu de sérieux, votre analyse des phénomènes sociaux sur les rapports hommes/femmes ne valent pas mieux qu’un court métrage d’amateur qui a lu son journal avec efficacité tous les matins à 8H pétante pendant 30 ans. (Renvoyer la balle) Sur la femme Sur l’homme Sur l’alien disons qu’ disons qu’ disons que Elle est Il est C’est Conscience Conscience. Surhumain.
Miroir Réfléchis Interpretant, peut-être sans s’en rendre compte, la femme dans une approche « moderne » pour ce que soit résumer, la société dans des éléments interagissant selon l’affable de la culture.
Or tout est dans la pluralité des éléments en axiome, que je relève, est l’exclusion de la superposition solliptique/2-composite pour appréhender l’univers. Il ne s’agit donc, et votre livre aussi aucunement de prise de conscience, de réalisation mais d’ordre social, ce qui résume l’argument en une constatation temporelle mais nullement de création de valeur (pour en revenir au nihilisme). Toutes les références merdiques contre-balance l’esthétique, d’un « enfer », un puant, un mal, et je crois que c’est un christianisme caché, excrémentation. Cependant, cette fois-ci allégoriquement dans l’idée de votre « amour occidental » manger est feminum, … donc l’enfer c’est masculin ? Autre approche non personnalisée avec unicité, que je ne trouve jamais chez vous. La conscience n’est qu’une opposition à dirais-je l’aspect skyzophrénique (deux entités, le romantisme surhumain) et le pluralisme de réalité psychologique ou « développement personnel » la domination triangulaire (le monde), qui ne peut ce denier qu’être une dévalorisation non de la femme en soi mais de la relation homme/femme. Et qui est un viol (intrusion non voulu dans le corps, même dans l’oreille de foutu bouquins) conceptuel, par un « oubli » du mystère de l’être et une retrogradation aux problématiques communes. L’origine de la culture ou la notion de singularité sont la même question, Nous y viendrons (non modestement), être surdoué c’est avoir 20 ans d’avance sur l’histoire ? Je m’en vais quelques jours pour la Schwarzwald, contrat social oblige (de retour d’être bucheron cette fois ci extralucide..)
Répondre
Réponse de R.E.D
Le 13/09/2018 à 08h10
[ ! ]
Être surdoué, c'est avoir vingt ans d'avance pour toujours, prospective oblige... Lorsqu'on s'ennuie à faire l'effort d'écouter des conversations dont on connait déjà la fin. Vous avez au moins l'avantage d'être justement "récursif" comme vous dites à tourner en rond autour du pot avec de grands maux. à titre de tac au tac, le livre dont je vous parle développe justement vos commentaires: Maintenant je descend à l'atelier scier du bois comme la mère Nicolas, je n'irais pas au bois les lauriers sont coupés... Solution possible: sortir justement des Histoires sans se poser la question de savoir si celles sont inéluctables parce qu'elle sont écrites ou si c'est la fonction magique de l'écriture qui rendent nos Histoires si importantes! Amusez vous bien, loin des "Hommes"...
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 23/10/2018 à 00h04
[ ! ]
« La socialisation, l'adaptation ou pas à la structure sociale, le principe d'intégration et autres bidules ne viendrait il pas du fait que l'égalité des conditions de vie selon les droits de l'homme et du citoyen tend à aplatir nos différences dans le renforcement d'une "classe moyenne »? » Élisabeth Báthory en est ravie. Comment ne pas vouloir les baffouer ? Un délice si bien écrit.. Sans même aucun intérêt de découvrir comment nager dans les airs en arrachant les ailes de papillons. Pourquoi l’homme s’octroie-t-il de droit universaux ? D’une quelconque justice. Entropie disais-je, il n’y a que d’établir par des règles groupées, l’esquive du viol simplé. Et tous vos « amis » aussi moraux qu’ils se clament et se présentent ne sont que des apprivoisés d’un lien direct de la duplication à l’embuscade du monde. (Culture) Aucun pour ainsi dire de nos contemporains n’a la moindre notion de puissance du sollipsipsme, Aucun pour ainsi dire n’est capable de sentir l’exaltation de pouvoir, à être justement. Faire, au sens commun, est le comble d’être Darwinien, l’action devient la prise de conscience qui tout au mieux celle qui amène à réagir à un « environnement ». L’action la seule, est de détruire tous les paradigmes pour en faire d’autres naîtrent. Sérendipité comme seul volonté louable, hélas ! La culture est un piètre maitre-chien de la nature. Votre « sophistication de réseau complexe » ne vaut pas pire qu’une administration pour éliminer dans le bourrage de papier de l’imprimante, les philosophes. Glorification de l’athéisme en somme, qui à mon sens, est le plus lucide à notre époque. Il faudra faire les deux pas, pour un divin, et le mettre dans le « je », sans que tout ne s’écroule d’une différenciation humaine Napoléonienne, de domination de ce qui n’en sont pas gnostique, et nécessiteux justement d’un rassemblement à croire que jésus est autre, ou Boudha ou Mahomet, ne sont que des status à admirer sans accès à leur personne. La notion de réflexivité, rend l’altruisme comme volonté d’un ennemi qui peut s’opposer, non ce pathétique soutien dominant d’une moralité désabusée dont la copie massive lui suffirait pleinement de subsister. J’ajoute, lapidaire, que la subsistance par la popularité est l’exacte prison de développement théorique, vitriol par les fans, oxytoxin abrutissante, domptage culturel d’une contradiction « ma personne et ce dont j’ai besoin », en bref, mario autiste de sa propre creation en théorie quantique des boucles, Elon musk y a mi un gros coup de reins, pour autant les leaders économiques sont assez méditadiocre, j’y ajouterai notre 160 QI de bill gates, qu’être une bête africaine, qu’elle charité !! La philosophie à l’entendre, une justification d’un vol de bon t’es peut-être, Et Zuckerberg, SON Facebook de se nourrir lui même, et les danses de touche à tous, en quoi ce n’est pas un vitriol encore ? Sang à gogo sur un surréalisme de femme à poil au trottoir, même avec avertissement majeure, nos, les forums, heureusement que l’ici orderline de l’être, (khi sait d’un combien de temps), comme les commentaires youtube, faut se faire la bonne geôle, et tous ceux qui viennent s’y greffer en parasite bienveillant, non mais attends, google va nous sauver eternally, puisqu’il connait la couleur de ton caleçon, peut t’orienter vers un kiabi adapté, Colère colère ! Surtout prenez mes mots avec de la distance, être surdoué c’est être hypersensible ! Et là je suis VNR+ A propos, et pour vous la prospection, quand je te donne une suite de chiffre, tu y identifie un schéma et devine la suite, la prospection comme faculté intelligente est virée cependant, pour la simple idée que les prospectives sont multiples, et qu’aucune ne sera vrai jusqu’à l’histoire qui y répond. L’évolution n’est pas mise à mal et dans le fond de répéter un schéma simple au travers de ce que « nous » sommes » dans la prospective de ce que je peux devenir, Aussi toute l’humanité se cantonne à valet des prospectives sur la popularité encore, Et c’est ca qui fait votre « importance » d’avoir la vérité parfois sur un futur que tous se demandent, 
j’ai lu un millier de ligne en 3 jours, et quelques part ce qui m’en a donné la force était que ce n’était pas le même auteur, sainte je te hais point, c’est tout Pour autant, de ce que j’ai lu, il me semble nécessaire d’ajouter que votre passé n’est pas moins incertain que votre future, comme la prospective vous y faite de lien et reconstituez, La question du temps est maltraitée. Allé 3/20 à l’humanité, le zéro est surhumain, on est en loin aussi, Veuillez agrémentez mes distinctions distinguées, Bien cordialement, Madoff
Répondre
Réponse de The_monkey
Le 14/11/2018 à 22h38
[ ! ]
« Et alors? Cette recherche qui vous anime, recherche d'une solution unique pour une unique vérité n'a t'elle pas assez fait de dégât autour de vous? » Il est grand temps de vous écrire, ce que j’entend par « romantisme surhumain ». En premier lieu, chaque monothéisme, s’accorde sur l’incarnation de la perfection. Le schéma est une entité autre parfaite. Donc unicité. Pourquoi n’est pas appelé le/la partenaire « Dieu » ? L’incarnation duale. Il est clair que le contemporain, s’accorde de considerer, à une pioche, une selection darwinienne de moindre puissance. En reversant, les concepts, toute perception est l’expression fractale imparfaite de l’incarnation ultime. Cela manque de dégât ? Surement, tous s’efforcent à leur petite ou grande entreprise, de rechercher l’unicité désincarnée : abstraction vénimeuse en contradiction pratique justifiante. Comment vouloir être le plus puissant, si ce n’est en une incarnation idéale ? Que l’on crée, afin que la réflexivité nous crée, « je me crée ». Il est beaucoup de grands hommes qui ne pouvaient être forts, inconscient de leur volonté d’unicité, qui furent tout au mieux une propagande idéologique pour en simuler une. Chaque reflexion, est l’imperfection de l’unique entrelacement, la puissance du solipsisme est dans l’appréhension que Descartes dans sa boîte, ou non est en relation quelque soit la réalité, avec sa singularité, comme autre que sa seule tronche,
La fausse commune est, et signifie votre divinité tout autant. Il n’y a pas de positionnement, d’un enfer ou d’un paradis mais leur interaction dans leur jointure. 
L’incarnation religieuse polarisée est une erreur de considération entre ce qui engendre le choix et ce que le choix engendre. Le libre arbitre est aussi vrai que l’esclavage, ce qui fait la conscience est leur entremêlement. Nous n’avons pas encore crée un monothéisme à notre personne, il y en aura et des plus rudes et violents, pour la simple raison que le refus de perfection est le nihilisme incomplet. L’humain si tenté qu’il est ne peut se limiter à chier sans s’élever tout autant. Aussi votre fausse commune, ne peut cacher, sa réciprocité, s’il y avait ne serait-ce qu’une fondamentale polarisation à l’univers, nous pourrions commencer à parler de vérité, je n’en ai trouvé aucune à part la plus maladive « elation », par delà tout groupe la conscience est la distinction de de entités parfaite, fractalisée en un paysage sensible qui percute faussant le semblable, le soleil, la terre contre les étoiles, la vanité transcendante de ne plus vouloir la sustentation de l’approbation d’un groupe, la séclusion d’une domination dominée. Ce passage que vous avez manqué souvent, entre dominer le monde et l’univers : Le monde est la portée mais il ne suffit pas sous toute ses formes. Ainsi Ahura, parle aux âmes du reflet : Désires la puissance au travers des autres, n’écoutes pas ces charognards d’un bien être défini, aime l’unicité dans le moi, les autres sont un paysages pour toi, je suis un arbre pour toi. Le désagrément, est la seule chose qui fera que l’on se parle, de ton « moi » que j’ai aussi, L’univers est une dance, sans sérieux, sans rire, ou les deux.. Voici l’ambition, un sabouleux triangle, L’instinct de preservation est alors, en toute raison, la trivialité des moqueurs.
Répondre
Publiez votre réponse
Règles de bonne conduite :
  • Du respect et de la politesse envers les autres
  • Un style rédactionnel clair, une orthographe soignée
  • Le langage SMS n'est pas autorisé
  • Une réponse construite, détaillée et argumentée
  • Pas de propos insultant, diffamatoire, ni xénophobe
  • Pas de publicité, de spam, ni de contenu illicite
  • Pas d'information personnelle divulguée
  • Pas d'échange d'email, ni de coordonnées personnelles
Réponses sur le thème « 
j'ai un QI de 160. Que puis je en conclure ?
 »
Etes-vous un expert ?
Répondez à l'une de ces questions !
Posez votre question maintenant !
Publiez votre question et obtenez des réponses d'experts bénévoles et de centaines d'internautes, gratuitement.
Titre de votre question :
Votre question en détails :
T13.596